Pour Amazon, la perte du contrat à 10 milliards avec le Pentagone est un "abus de pouvoir" de Trump

Alexandre Schmid
Publié le 11 décembre 2019 à 15h44
Donald Trump

Amazon ne digère toujours pas le fait d'avoir perdu un appel d'offre du Pentagone et accuse Donald Trump d'ingérence et abus de pouvoir.

Il y a de cela quelques semaines, le département de la défense des États-Unis signait un méga-contrat avec Microsoft dans le cadre du programme JEDI (« Joint Enterprise Defense Infrastructure »), dont le but est de renouveler les systèmes informatiques et les réseaux du Pentagone. Dans la foulée, Amazon contestait ce choix, estimant que la procédure de l'appel d'offre manquait de transparence et d'équité.

Un contrat à 10 milliards de dollars

Amazon revient à la charge en s'en prenant à Donald Trump. D'après la firme de Seattle, le président américain a « mené de manière répétée des attaques publiques et en coulisses » dans le seul but qu'Amazon soit privé du contrat, d'une valeur de 10 milliards de dollars. La société de Jeff Bezos a même constitué un dossier d'une centaine de pages pour se défendre.

Le géant du e-commerce et du Cloud estime que ce sont les relations tendues entre Donald Trump et Jeff Bezos qui lui ont fait perdre l'appel d'offres. « Le président des États-Unis et commandant en chef de notre armée s'est servi de son pouvoir pour "dégager Amazon" du contrat JEDI dans le cadre d'une vendetta personnelle et hautement médiatisée contre M. Bezos », assure le groupe américain dans le document.

Trump VS. Bezos

Aussi, Amazon s'insurge contre le fait que Trump utilise « le budget du département de la Défense à des fins personnelles et politiques » et demande à ce que les offres soient réévaluées, cette fois sans influence du président américain. Le Pentagone a cependant communiqué être confiant dans son choix et ne devrait pas relancer de nouvelle procédure.

Donald Trump s'est souvent attaqué à Jeff Bezos et Amazon en public. Le président américain reproche en effet à l'homme d'affaires d'être le propriétaire du Washington Post, média dont le traitement de l'actualité lui déplaît (car ne faisant pas la propagande de son administration). Numéro 1 mondial du Cloud avec sa plateforme AWS, Amazon, qui s'occupe déjà des serveurs de la CIA, était pourtant le grand favori de l'appel d'offre en question.

Source : RFI
Alexandre Schmid
Par Alexandre Schmid

Gamer et tech enthusiast, j’ai fait de mes passions mon métier. Diplômé d’un Master en RNG sur Hearthstone. Rigole aux blagues d’Alexa.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (8)
Kergariou

« car ne faisant pas la propagande de son administration » on a vu plus neutre et plus argumenté

Popoulo

Amazon… commencez par payer vos impôts dans tous les pays dans lesquels vous vendez après venez la ramener. Rien qu’aux USA, 11.2 milliards de bénef, 0 impôts d’après Fortune.
Ce même Amazon qui déclare « Amazon paie tous les impôts que nous sommes tenus de payer aux Etats-Unis et dans tous les pays où nous exerçons nos activités » et qui finit par « nos bénéfices restent modestes, le commerce de détail étant une activité hautement compétitive et à faible marge bénéficiaire ».

Blues_Blanche

J’en conclue que le Washington Post fait de la propagande pour Bezos et Amazon.
+1 pour l’idée de ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier.

Daeneroc

Merci pour les commentaires argumentés, au contraire de cet article qui pue la propagande anti-Trump.

Akerusan

(car ne faisant pas la propagande de son administration).

Ce dernier commentaire personnel du journaliste qui fait tache serieux…

Tant qu’a pomper l’article du RFI autant tout mettre.

« Trump n’aime pas le WP parce qu’il l’a attaque a plusieurs reprise » c’est quand meme tres different de « parce qu’il ne fait pas la propagande de son administration »

roboc

Bien dit ! Politique courante dans les entreprises pour ne pas être « fournisseur dépendant ». Et là on ne parle pas de n’importe qu’elle boîte. Pentagone, CIA…

carinae

sans compter que le bonhomme a l’air de se plaindre et critiquer l’ingérence du président dans la politique de défense du pays … mais ce n’est pas dans les attributions du président ça ? … :wink:

newseven

Est-ce que valable aussi pour Microsoft Popoulo.