🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Invendus consommables : Amazon dans le viseur du gouvernement, qui compte légiférer

15 janvier 2019 à 15h52
17
Amazon entrepôt
Getty Images

Le géant mondial du e-commerce détruirait environ 3 millions de produits invendus chaque année en France. Pour lutter contre cette pratique choquante, l'État va proposer une loi au Parlement.

Depuis plusieurs années, des dizaines de millions de Français sont devenus clients d'Amazon, le géant mondial du e-commerce. Dimanche 13 janvier, M6 diffusait un nouveau numéro de Capital consacré en partie à la firme de Jeff Bezos. Et le constat des équipes du magazine est accablant : chaque année, Amazon détruirait plus de 3 millions de produits invendus rien qu'en France. Invitée à réagir en plateau, Brune Poirson, Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a promis de proposer une loi au Parlement dans les prochains mois, pour lutter contre le gaspillage.

« 70 à 80 % des produits jetés encore vendables »

Pour rassembler les éléments nécessaires à l'enquête, les équipes de Capital ont pu observer et décortiquer les process d'Amazon pendant plusieurs mois, en infiltrant l'entreprise et en recueillant les témoignages d'anciens employés de la firme. Celui de Julie, ex-Responsable d'équipe Amazon, est assez triste : l'entreprise de commerce en ligne se débarrasse des produits qui ne trouvent pas preneur : « Vous avez des produits neufs parmi ceux jetés », indique-t-elle en précisant que « 70 à 80 % » des produits jetés sont encore vendables.

Sur la politique de destruction des invendus, les cinq entrepôts français sont concernés. À Saran, dans le Loiret, ce sont des livres, des couches, des boites de Lego, de Playmobil ou parfois des téléviseurs qui passent à la trappe. À Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, l'un des plus petits sites en France de l'entreprise américaine, 293 000 produits ont été envoyés à la casse, presque tous neufs, en seulement neuf mois. Si l'on reporte ce chiffre à l'ensemble de la France, on estime que plus de 3 millions de produits auraient été détruits dans les entrepôts français d'Amazon.

Amazon se propose de détruire les stocks via un système incitatif

Dans les faits, si des produits proposés sur l'immense marketplace d'Amazon (là où les nombreux revendeurs proposent leurs stocks) ne se vendent pas, la firme de Seattle se propose de les retourner à l'entreprise vendeuse, moyennant une somme d'argent, ou bien de les détruire, moyennant une très faible somme d'argent.

En Chine par exemple, une entreprise localisée à Shenzhen qui a bien voulu témoigner dans le magazine, indique qu'Amazon lui impose des frais de stockage colossaux pour conserver ses produits aux États-Unis ou en Europe : 26 € par mètre cube et par mois, puis 500 € lorsque le stockage dépasse les 6 mois, et enfin 1 000 € lorsque celui-ci dépasse les 12 mois. Pour éviter ces lourds frais, Amazon propose alors à son vendeur une solution radicale et nettement moins coûteuse : la destruction, pour seulement 0,15 centimes d'euro par produit. Une technique bien incitative et efficace pour la société.

Amazon se défend et indique ne détruire qu'une « petite fraction des produits invendus »

Au jeu de la responsabilité, Amazon la renvoie à ses vendeurs, prétextant que les stocks détruits ne lui appartiennent pas. En revanche, concernant ses propres produits, l'entreprise américaine envoie une partie de son stock chez des soldeurs ou à des œuvres sociales comme Emmaüs.

À ce propos, Amazon a répondu, au lendemain de la diffusion du magazine, que « seulement une petite fraction des produits invendus est détruite », et rappelé que « la grande majorité est recyclée, revendue, retournée ou donnée. Par exemple, nous faisons régulièrement des donations pour des associations. [...] Nous nous efforçons de réduire le nombre de produits pour lesquels nous n'avons d'autre choix que la destruction, notamment en portant le sujet auprès des autorités compétentes ».



Une loi pour lutter contre le gaspillage étudiée par le Parlement d'ici cet été

Questionnée par Julien Courbet, Brune Poirson promet que « dans les mois à venir, d'ici l'été, il y a une loi qui va passer au Parlement ». La secrétaire d'État a fait part de son intention d' « interdire ce type de pratique. Des marketplaces comme Amazon ne pourront plus jeter des produits qui sont encore consommables. Elles ne pourront pas non plus rendre impropres à la consommation des produits qui pourraient être utilisés ».



Comment le gouvernement compte-t-il s'y prendre ? Brune Poirson considère que les entreprises comme Amazon doivent trouver elles-mêmes les moyens nécessaires, comme « le don aux associations », suggère-t-elle. Et si les géants du e-commerce ne se mettent pas au diapason, des sanctions financières seront prises et des sanctions pénales, comme des peines de prison, pourraient même être prononcées.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
0
lordypakna
Les gros méchants d’amazon, et darty, fnac etc, il recycle l’obsolescence programmée?
PsykotropyK
Il est normal qu’Amazon en tant que market place cherche à faire tourner les stock des vendeurs pour lesquels ils assurent la logistique. Ainsi la hausse des coûts de stockage dans le temps n’a rien de surprenante.<br /> .<br /> Pourtant, si ils arrivent à trouver des solutions alternatives à leurs produits pourquoi ne le proposent-ils pas à ceux de leur vendeurs? Une vente en destockage, un don, etc.
ultrabill
Amazon peut se permettre de tirer au sort des clients, qui pourront alors se servir gratuitement dans les produits initialement voués à la destruction, en limitant le nombre et la valeur totale. Seuls les frais de port resteraient à la charge du client (business is business )<br /> Les vendeurs auraient donc le choix de payer le rapatriement des produits (très cher), de les faire détruire (cher) ou les passer en dons aux clients (pas chers).<br /> Les vendeurs sont incités à donner plutôt qu’à détruire. Et Amazon fait le vide dans ses stocks de façon plus morale, plus utile, plus propre, sans perte.
jaceneliot
Quand on voit les cons qui foncent à BlackFriday, pas besoin de donner, 50 % de réduc tout part.
ultrabill
Je crois que d’un point de vue réglementaire c’est plus facile de donner des produits (une sorte de jeu sans obligation d’achat) que de justifier des promos à -50%
Rumpelstiltskin
C’est limite incompréhensible de mettre Amazon fautif<br /> 1 ces produits ne leur appartient pas<br /> 2 les stocks se renouvellent , il faut de la place<br /> Sa paraît logique de vouloir renouveller la place …
Rumpelstiltskin
Darty Fnac , hormis Darty qui est limité utile pour l’électroménager , comparer à Amazon…
Rumpelstiltskin
Y a pas un truc qui interdit la vente à perte<br /> C’est l’hôpital qui se fou de la charité…
claudemc
en passant à 1000€ le Mètre cube, c’est amazon qui incite à la destruction,<br /> la vente à perte est interdite, mais pas entre commerçants, il suffirait alors de donner un autre choix, celui de la vente à un marchand, amazon ne le fait pas car elle a peur de retrouver ce stock loué au prix normal (26€ par mois au lieu de 1000),<br /> un tas de produits disparaissent ainsi de chez amazon, non pas parce que ce sont de mauvais produits, mais parce qu’lls ne partent pas assez vite,<br /> une solution simple: toute destruction devrait être soumise à déclaration, voire taxée si l’impact environnemental est grand (produit non recyclable ou cher pour la planète à fabriquer)…<br /> Amazon refléchira autrement si ces chiffres deviennent publics.
mcbenny
Stocker 1m3 pendant 1 mois : 26EUR, et magiquement, le 7ème mois coûte 526EUR. Etrange.<br /> C’est surtout que si Amazon ne pousse pas les produits vers la sortie, ils restent au catalogue, et Amazon se retrouve à vendre des produits anciens, voir dépassés. Après tout, ils gèrent le catalogue global.<br /> Quant aux prix de renvois, destruction etc, ce ne sont pas des prix en fonction de coûts réels mais bien en fonction d’un objectif : s’il est intéressant pour le vendeur initial de récupérer ses produits, il va le faire et chercher à continuer à vendre sa marchandise quelque part, sûrement à un prix inférieur, pour accélérer la vente tout de même, résultat Amazon se retrouve avec un catalogue de neuf plein tarif face à des concurrents vendant des produits plus anciens mais moins cher, vers lesquels de nombreux clients vont aller faute de moyens suffisants.<br /> Donc ils ne veulent plus de ces anciens produits chez eux, mais il ne faut surtout pas qu’ils soient disponible ailleurs non plus !<br /> CQFD
Urleur
le problème c’est la pce que prends un produit, à moins de le vendre à perte signifie que l’acheteur va attendre tout le temps que ce produit soit toujours en solde. donc il faut bien étudier le marché et limiter le nombre, mais encore tout ceci n’est qu’une spirale et du lobby industriel, ceux qui paye la casse c’est nous. c’est énervant de voir un set de lego partir à la poubelle.
BEBER_OM4Ever
Beaucoup ici parle sans connaître. Le stock coûte de l’argent et le gouvernement est au courant. Si Bercy réduisait ou annulait les taxes sur la valeur de stock, il ne serait utile de jeter/recycler/donner que pour un gain de place. Et la ministre qui fait fi de ne pas connaitre les plans de ferraillages…
Metaphore54
personne ne remet en cause vos 3 points, c’est la destruction des produits neufs qui touche la morale française.
fg03
La vente à perte… y a des limites !<br /> Quand il s’agit de concurrence déloyale donc de dumping oui. Quand il s’agit d’éviter les frais exorbitants de Amazon passé les 1 an de stockage, y a un truc qui s’appelle les soldes et on trouve des soldes à 80%.<br /> Ce qui choque c’est qu’on trouve en tant que client rarement de très bonnes affaires, parce qu’ils savent bien que les gens n’attendraient une chose, à savoir la grande braderie et n’achèterait pas le reste de l’année… et ça c’est pareils dans la grande districbution, ils preferent jeter que de vendre à -50% en permanence les fins de date… en fait ils en font mais à la marge, pour dire qu’ils évitent le gaspillage… comme dit Amazon qu’ils donnent a des associations… j’aimerais bien voir les ratios ce qui est jeté, ce qui est donné pour rire !
ioman_1999
Je suis client Amazon…<br /> Et je trouve cette pratique scandaleuse !<br /> On ne doit pas jeter ce qui n’est pas périmé !!!
Momozemion
Et pas un seul commentaire pour rappeler que les dons ne coûtent absolument rien. Belle mentalité.<br /> Aussi belle que celle d’Amazon qui préfère payer pour stocker avant de payer pour détruire car ils considèrent que tout ce qui est donné, c’est des trucs qui ne leur seront pas achetés (au prix fort).<br /> Cette boîte symbolise tout ce qu’il y a de plus écœurant dans le libéralisme économique et la mondialisation sauvage.<br /> Oh, les gilets jaunes, plutôt que casser les couilles des commerçants français, vous voulez les adresses des entrepôts?
sweetynico
EXACTEMENT !!! surtout qu’ils ne payent pas leurs impots à coup de montage financier
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Intel Core i9-9990XE : 14 coeurs jusqu'à 5GHz, disponible uniquement aux enchères
⚡️ Bon Plan : Casque Gaming avec microphone Salar KX101 3.5mm Filaire à 10,22€
Le casque Sony WH-1000XM3 rencontre de gros problèmes quand il fait froid
⚡️ Bon Plan : PC Gamer MSI GS65 8RF-225FR Stealth Thin à 1699,99€ au lieu de 1899,99€
Gilets Jaunes et e-commerce : la FEVAD publie son enquête sur les fêtes de fin d'année
L'ESA va lancer un satellite pour étudier la santé des plantes et de la planète
Red Dead Redemption 2 : l'Agence Pinkerton attaquée en justice par Take-Two
⚡️ Bon Plan : Barre de Son Samsung HWMS651 à 199,99€ au lieu de 399,99€ (via ODR de 100€)
NVIDIA : les RTX 2060 et les nouveaux drivers 417.71 WHQL sont disponibles
Apple Music ne permet plus d'écouter un morceau différent sur iPhone et HomePod
Haut de page