Guillaume Champeau (Qwant) : "Avec Qwant Causes, les dons ne coûtent rien aux utilisateurs"

Alexandre Boero Contributeur
30 mai 2019 à 12h20
0
Corner Qwant - VivaTech 2019
Qwant était présent au salon VivaTech 2019 (Crédits : Alexandre Boero pour Clubic.com

Avec Qwant Causes, Qwant poursuit sa diversification en mettant cette fois à profit les recherches des internautes pour reverser des dons à des associations.



Qwant, le moteur de recherche générique - et français - qui ne collecte pas vos données personnelles, a lancé il y a quelques jours Qwant Causes, le premier moteur de recherche dédié à plusieurs milliers d'associations françaises et internationales. Toujours dans une démarche éthique et bienveillante, le moteur permet à ces associations de recevoir des dons financés par... les recherches des utilisateurs. Pour en discuter, pour évoquer également la forte présence du moteur de recherche français et européen au sein d'institutions et de grandes entreprises, et tirer un bilan de la première année du RGPD, nous avons rencontré Guillaume Champeau, directeur éthique et affaires juridiques chez Qwant, lors du salon VivaTech 2019.


Interview de Guillaume Champeau, directeur éthique et affaires juridiques chez Qwant

Clubic : Qwant vient de lancer Qwant Causes, le moteur de l'engagement citoyen. Pouvez-vous nous le présenter brièvement ?

Guillaume Champeau : Qwant Causes, c'est un petit mode que l'on peut activer en un clic en cliquant en haut à droite de l'interface, sur un bouton qui nous dirige vers Qwant Causes.

De là, vous avez quelques petites publicités en plus dans les résultats de recherche, mais tous les revenus générés par cette publicité là sont versés à 100% aux associations de votre choix. Nous en indexons plus de 1 500, et vous pouvez soutenir celle que vous voulez.

« Les dons ? Ça ne coûte rien à l'utilisateur »


Lorsque vous cliquez sur une publicité, cela génère des points, les « QOZ », qui ont une certaine valeur, reversée aux associations en fin de mois, dès le premier centime. Cela permet de faire profiter de vos recherches à vos associations, et ça ne coûte rien à l'utilisateur, il n'y a pas même pas besoin de créer de compte. Tout se fait dans le respect des valeurs de Qwant.

Tout cela permet aux associations d'engranger des dons très facilement, sans avoir besoin de demander aux gens de sortir leur portefeuille, de signer un chèque, ou de s'engager à adhérer.

II n'y a pas de plafond au versement et il n'y a même pas un minimum d'internautes nécessaire pour figurer dans la liste.

Qwant Causes - page accueil.png
Qwant Causes est facilement identifiable sur la page d'accueil (Crédits : Alexandre Boero pour Clubic.com

Quelles associations sont représentées aujourd'hui sur Qwant Causes ?

Il faut que l'association soit d'intérêt général, d'intérêt public ou que ce soit une Fondation. Si je crée le fan-club de Guillaume Champeau, je ne serai pas sur Qwant Causes (rires). Tous les mois, nous choisissons une association que nous souhaitons soutenir. Pour le lancement et jusqu'au 1er juin, nous soutenons l'association Care France, qui fait beaucoup pour les femmes dans le domaine de l'éducation, de l'égalité hommes-femmes, contre les violences, etc.

Qwant Causes.png
La page de Qwant Causes (Crédits : Alexandre Boero pour Clubic.com

Qwant est un moteur français, mais il est bon de souligner qu'on ne retrouve pas que des associations françaises sur Causes, mais aussi internationales...

Nous avons travaillé très tôt avec la Fondation Acted, qui a des activités dans une vingtaine de pays, sur tous les continents, et qui mène des actions très ciblées à la fois sur le développement local, économique et environnemental, ou lors de catastrophes naturelles. Nous sommes engagés depuis longtemps auprès de certaines causes, souvent sans que les internautes le sachent.

Qwant Causes - association à l'honneur.png
En scrollant, on tombe rapidement sur l'association mise à l'honneur par Qwant (Crédits : Alexandre Boero pour Clubic.com

Il y a-t-il un objectif que vous souhaitez atteindre pour Qwant Causes ?

Nous allons voir comment les internautes reçoivent ce moteur. Mais nous sommes très optimistes sur les résultats potentiels. Nous espérons reverser à ces associations des milliers d'euros dès cette année.

« Beaucoup d'acteurs ne respectent toujours pas les règles rappelées par le RGPD »


Le RGPD fête son premier anniversaire. On sait que, par définition, c'est quelque chose qui vous tient à cœur. Quel bilan pourriez-vous tirer de cette première année du Règlement européen Général sur la Protection des Données ?

Pour Qwant, c'est très encourageant. Nous voyons que beaucoup d'entreprises commencent à aller sur le terrain de la privacy, car aujourd'hui, la menace de sanctions financières à hauteur de 4% du chiffre d'affaires fait que vous êtes obligé de mieux respecter la protection des données personnelles. De son côté, la CNIL commence à agir sur le terrain des sanctions. Maintenant, il faut aller plus loin. Beaucoup d'acteurs ne respectent toujours pas les règles rappelées par le RGPD.

Le RGPD n'est pas une fin en soi, puisqu'il n'interdit pas non plus de collecter et de manipuler des données : il est respecté à partir du moment où vous avez respecté un certain nombre de critères. Il va falloir voir si le régulateur va aller assez loin dans la protection des intérêts des internautes, pour qu'ils soient réellement conscients des données qu'ils donnent aux services qu'ils utilisent et de ce qui peut en être fait. Cela passe aussi par l'éducation.


Vous avez récemment signé un partenariat avec la Caisse d'Épargne et le Crédit Agricole Provence-Alpes Côte d'Azur... c'est important, de signer avec de tels acteurs ?

Effectivement. Nous avons eu un premier mouvement venant de la puissance publique, avec l'Assemblée Nationale, la Région Île-de-France, et plusieurs ministères qui ont basculé chez Qwant l'année dernière. Là, nous assistons à un second mouvement avec de grandes entreprises qui viennent nous approcher parce qu'elles ont pris conscience de l'importance de protéger leurs données ; et c'est vrai que là-dessus, le RGPD a beaucoup aidé, car adopter Qwant comme moteur de recherche, c'est une démarche de conformité au RGPD. Ces entreprises viennent nous voir et comprennent aussi les intérêts de la souveraineté numérique européenne, car en tant que grandes entreprises, elles ont compris qu'il n'était pas normal que 95% des gens en Europe utilisent un moteur de recherche américain et que ce soient les États-Unis qui aient la connaissance de ce qui est sur Internet. Elles sont dans cette démarche de construire l'indépendance technologique européenne.

« Chatouiller les pieds des géants américains et asiatiques. »


Le fait que le moteur Qwant soit bien perçu par le gouvernement, ça vous offre une belle vitrine pour nouer des partenariats...

Le regard bienveillant du gouvernement et globalement des pouvoirs en France et en Europe (avec la Commission européenne) fait partie d'un impératif de développement de la souveraineté économique européenne, et c'est pour cela qu'ils nous soutiennent. C'est la première fois que nous avons la chance d'avoir, en Europe, un acteur qui va pouvoir aller un peu chatouiller les grands acteurs américains. Tout cela donne un certain crédit qui fait que les entreprises ne nous regardent plus de la même manière qu'il y a trois ou quatre ans.

Qwant a fait +20% entre septembre et décembre, notre croissance est spectaculaire, et il faut espérer que cela va donner l'envie à d'autres grosses entreprises de chatouiller les pieds des géants américains et asiatiques.

Par la force des choses, Qwant ne se destine-t-il pas à davantage devenir un moteur de recherche pour professionnels ?

Aujourd'hui, nous avons des millions d'utilisateurs, et très majoritairement, ils restent des particuliers. Le déploiement de Qwant sur des grands parcs d'entreprises reste très récent. Cela va nous permettre de continuer l'accélération, et de faire en sorte que les gens qui utilisent Qwant au travail puissent se dire qu'ils peuvent aussi l'utiliser à la maison, parce qu'ils auront vu la pertinence des résultats de Qwant au boulot, sans cette appréhension sur la qualité des résultats. Mais le grand public reste prioritaire.
Modifié le 31/05/2019 à 14h05
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Selon Bloomberg, un MacBook 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top