Fake news : L'UE met la pression sur les géants du web avant les élections européennes

le 02 février 2019 à 12h46
0
commission européenne.jpg

À l'approche des élections européennes, la Commission européenne a demandé à Facebook, Twitter et Google de prendre des mesures plus fortes pour lutter contre la désinformation. Si l'institution a noté certains progrès, elle les considère comme insuffisants et a exhorté ces acteurs à intensifier leurs efforts.

Les prochaines élections européennes se tiendront entre le 23 et le 26 mai 2019. Face à l'imminence de cette échéance, l'Union européenne s'inquiète de voir le scrutin influencé par une éventuelle ingérence étrangère, comme cela a pu être le cas aux États-Unis en 2016.

La mobilisation contre les fake news...


L'UE a pris la mesure de cette menace il y a déjà plusieurs mois. Elle avait en effet établi un « Code de conduite » à l'automne 2018, incitant (sans obliger) les acteurs du web à partir à la chasse aux faux comptes et à informer clairement les utilisateurs quant aux publicités. Cette charte avait alors été signée par Facebook, Twitter, Google et Mozilla.

Et depuis, les géants du web ont mis en place des actions pour combattre la désinformation. Ainsi, Facebook a imposé de nouvelles conditions quant aux publicités politiques dans plusieurs pays, pour garantir une plus grande transparence de ces annonces.

De même, Google a annoncé le renforcement de sa lutte contre les fake news, notamment dans le cadre des élections européennes. Quant à Twitter, il prévoit d'empêcher les auteurs de fausses informations de promouvoir leurs tweets.

... jugée insuffisante par l'UE


Si la Commission européenne se réjouit de constater les progrès engendrés par ces mesures, elle est loin de s'en satisfaire. Pour l'institution, il y a désormais urgence à renforcer drastiquement la lutte contre la désinformation, à quelques mois des élections. « Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour garantir la transparence totale des publicités politiques d'ici le début de la campagne pour les élections européennes », a ainsi déclaré un responsable de la Commission.

Cela passe notamment par un « accès approprié » aux données des acteurs du web et par des explications détaillées concernant les outils destinés à traquer les fake news. De plus, l'UE entend mettre davantage en avant le « Code de conduite » et évaluer régulièrement son application. Et en cas de résultats insatisfaisants, la Commission affirme qu'elle pourrait l'imposer de manière plus stricte, en le rendant obligatoire.

Source : Le Point
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top