La France, mauvaise élève du recyclage des appareils électroniques

01 juin 2018 à 15h36
0
Peu de professionnels informent correctement les internautes qu'ils peuvent reprendre gratuitement leurs anciens appareils électroniques. La France figure comme un mauvais élève dans ce domaine.

La France n'est pas bonne élève en matière de reprise des anciens appareils électroniques usagers. Selon une étude réalisée par CLCV (Consommation logement et cadre de vie), seulement un quart des Français ayant acheté un appareil sur un site marchand se sont vus proposer la reprise de leur machine usagée.

Les marchands en ligne sont clairement montrés du doigt pour leurs manques en termes d'information du public. Le document révèle que peu de magasins, particulièrement en ligne, jouent le jeu. Sur Internet, 26% des consommateurs ont été avertis. En magasins, ce taux remonte à 79% du panel.

Depuis 2006, les enseignes sont tenues de proposer à leurs clients la reprise gratuite de leurs anciens appareils électriques et électroniques. Une obligation qui n'est cependant pas toujours appliquée, en particulier sur de nombreux sites de vente en ligne.

0258000008010120-photo-d-chets-lectroniques-ermess-fotolia-com.jpg

Toujours est-il que parmi les acheteurs en ligne, 64% ont tout de même pu bénéficier de la reprise. Certains ont dû cependant payer ce service normalement gratuit, pouvant débourser entre 5 et 234 euros de leurs poches, estime le rapport.

A lire également
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le logiciel libre est en croissance et il recrute
Bouygues Telecom : data illimitée le week-end sur les 6 premiers mois de 2016
Leica M Typ 262 : silencieux et 100 % photo
Daesh s'organise contre la surveillance en ligne
GFI Informatique, repris par un groupe qatarien
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page