Maddy Keynote : "L’idée de partager des visions sur le monde de demain" (Hugues Deschaux / Interview)

17 février 2020 à 12h30
0


L'événement a attiré plus de 10 500 visiteurs pour sa cinquième édition, autour du thème des mutations dans les domaines du vivant et des territoires. Clubic a interrogé son directeur.

L'heure du bilan a sonné pour Hugues Deschaux. La Maddy Keynote, dont il est le directeur et dont Clubic était l'un des partenaires médias, se déroulait sur deux journées, pour la première fois en cinq ans.


Autour du sujet des mutations dans le domaine du vivant et des territoires, l'événement, qui prenait place pour la troisième année consécutive au Centquatre-Paris, un écrin idéal, a accueilli de nombreuses entreprises et start-up, mais aussi des personnalités, parmi lesquelles David Caroll, lanceur d'alerte dans l'affaire Cambridge Analytica ; le co-créateur de Siri, Luc Julia ; la directrice de Station F, Roxanne Varza ; Barbara Belvisi, la fondatrice d'Interstellar Lab ; l'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg ; ou encore le directeur général de la Croix-Rouge française, Jean-Christophe Combe, pour ne citer qu'eux. Tous ou presque sont passés devant notre objectif.

Le directeur de la Maddy Keynote, Hugues Deschaux, fait le bilan, pour nous de l'édition 2020 de la Maddy Keynote.

Hugues-Deschaux-Clubic-Maddy-Keynote.jpg
Hugues Deschaux (© Alexandre Boero)

L'interview de Hugues Deschaux, directeur de la Maddy Keynote

Clubic : Quel bilan peut-on tirer de cette cinquième édition de la Maddy Keynote ?

Hugues Deschaux : Nous attendions 10 000 visiteurs et avons dépassé nos attentes avec un petit peu plus de 10 500 visiteurs. Nous sommes ravis, puisque c'est la première édition que nous organisions sur deux journées, c'était un gros changement. Il y avait aussi une attente de la part de nos visiteurs, qui nous avaient dit qu'il y avait beaucoup de contenus et beaucoup de choses intéressantes. Le public était satisfait.

Un autre chiffre marquant de cette cinquième édition. Nous attentions 100 000 personnes sur le live, et avons finalement clôturé avec plus de 150 000 personnes qui ont suivi toutes nos conférences sur notre plateforme Maddyplay.

« Des sujets importants alors que les 13-14 derniers mois ont vu l'émergence des gilets jaunes »


Ces bons chiffres sont-ils le signe qu'il y a une prise de conscience des enjeux, notamment des mutations dans les domaines du vivant et des territoires ? Comment a réagi l'auditoire face aux intervenants sélectionnés cette année ?

La Maddy Keynote vise à rassembler de nombreux profils différents : des entrepreneurs, des décideurs, des politiques, des artistes, des sociologues etc. Chacun y trouve son compte. Ce qui est certain, c'est que les thématiques abordées de cette année sont intrinsèquement liées à n'importe quelle strate de notre société actuelle, que ce soit la société civile ou dans le monde économique, cette mutation est partout. Il était très important d'aborder ce sujet cette année, et encore plus à la lueur des 13 ou 14 derniers mois en France qui ont vu l'émergence des gilets jaunes. Lorsqu'on y réfléchit, pas mal de mouvements proviennent des transformations écologiques et numériques.


Est-ce que le numérique, les technologies peuvent être une réponse à ces enjeux politiques ?

En partie. Pendant longtemps, nous avons cru que le numérique était la réponse à tout. Je pense qu'il n'y a pas une réponse juste. Pour avancer, il faut avancer collectivement. Certes, le numérique est une réponse, mais il n'y a pas que ça. Les mentalités doivent aussi évoluer. Il faut surtout éveiller les consciences aux changements que nous devons mettre en place aujourd'hui, que ce soit d'un point de vue écologique et économique.

« David Caroll représente le symbole de ce que ne doit pas devenir la technologie. Elle doit rester à la main de l'être humain, et ne pas prendre le pas sur lui »


Cette année, la Maddy Keynote a accueilli du beau monde. Nous pouvons citer par exemple la présence de David Caroll, lanceur d'alerte dans l'affaire Cambridge Analytica ; ou celle de Luc Julia, co-créateur de Siri etc. Quels sont les intervenants qui ont le plus marqué cette édition et qui ont suscité le plus de discussions ici au Centquatre-Paris ?

David Caroll a effectivement un parcours incroyable. L'histoire de Cambridge Analytica nous montre aussi les dérives potentielles qui peuvent émaner d'une mauvaise utilisation de la technologie. Nous essayons de faire en sorte que tous nos intervenants puissent défendre quelque chose et avoir un point de vue différenciant. David Caroll représente le symbole de ce que ne doit pas devenir la technologie. Elle doit rester à la main de l'être humain, et ne pas prendre le pas sur lui. Comme le dit Luc Julia, la technologie doit être au service de l'humain, et non l'inverse. On a ici parlé de big data, d'intelligence artificielle ou de hacking. Si nous ne faisons pas attention, il peut y avoir des dérives qui soient irréversibles. Il ne tient qu'à nous d'avoir une technologie vertueuse, profitable au plus grand nombre et non l'inverse.


Vous parlez du hacking, il est à noter que durant la Maddy Keynote a eu lieu un hackathon.

Il y avait effectivement une hacking room sur ces deux journées. Cela s'est fait avec pas mal d'étudiants issus de plusieurs écoles qui ont accepté de faire des démonstrations sur ce qu'il se passe lorsque des personnes veulent vous voler vos données. Le grand public n'est pas forcément tout le temps conscient qu'il est très simple de se faire voler ses données si l'on n'est pas un peu vigilant.

« L'idée est de rassembler les gens qui ont envie de partager, d'échanger et de connecter des visions sur le monde de demain »


Doit-on s'étendre à un allongement de la durée de la Maddy Keynote sur les prochaines années ?

Ce n'est pas forcément le but. Nous ne faisons pas la course aux chiffres. Nous nous sommes d'abord construits avec un public qui est en priorité composé de lecteurs de Maddyness. L'idée est de rassembler les gens qui ont envie de partager, d'échanger et de connecter des visions sur le monde de demain et de réfléchir sur ce que l'on doit faire pour le construire.

Hugues-Deschaux-Clubic-Maddy-Keynote-2020.jpg
Hugues Deschaux (© Alexandre Boero)

Un mot sur le lieu, le Centquatre-Paris ?

C'est un lieu assez exceptionnel, qui nous accueille depuis maintenant trois ans. Le Centquatre se prête bien à la Maddy Keynote. C'est un lieu qui vit au rythme de l'innovation, de la culture et de l'économie, à la croisée des chemins entre plusieurs mondes et acteurs.


Quelles retombées peut avoir la Maddy Keynote ?

L'événement est très important pour notre communauté, puisque que plus de 700 000 lecteurs nous suivent tous les mois. Forcément, c'est un temps fort très suivi. Le fait de voir que 150 000 personnes au total ont suivi en direct les conférences montre qu'il y autant de personnes intéressées par les sujets et par les personnes que nous mettons en avant. C'est notre vocation de connecter ceux qui veulent faire bouger les lignes dans l'innovation.

C'était le mot de la fin. Merci pour cette interview-bilan, et bon courage pour la suite.

Merci ! À l'année prochaine en 2021 !

Retrouvez toutes les interviews réalisées à la Maddy Keynote :


0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
Un vaste trou s'est formé dans la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Les conseils de Hyundai pour maximiser la batterie de son véhicule électrique
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
scroll top