Jean-Christophe Combe, DG de la Croix-Rouge : "Notre espace humanitaire se réduit" (Interview)

05 février 2020 à 15h00
0

Coronavirus, détérioration du climat, menaces technologiques sur le terrain... Les acteurs humanitaires assistent depuis quelques années à une multiplication des menaces. Le directeur de la Croix-Rouge française explique comment les appréhender et les surmonter, dans une interview accordée à Clubic.

Les associations d'aide humanitaire affrontent, ces dernières années, des dangers de plus en plus nombreux et de plus en plus variés. Le changement climatique a des conséquences partout sur le globe, les guerres très localisées nourries d'armes autonomes rendent les opérations de terrain parfois impossible à mener, et le Coronavirus a fait son apparition il y a quelques semaines, suscitant l'inquiétude.


Dans une interview accordée au Centquatre-Paris dans le cadre de la cinquième édition de la Maddy Keynote, le 31 janvier 2020, Jean-Christophe Combe, le directeur général de la Croix-Rouge française, a pu nous expliquer comment l'association, qui en profite pour lancer un appel aux bonnes volontés, se démène pour fournir l'aide nécessaire sur tous ces terrains.

Jean-Christophe-Combe 2.jpg
Jean-Christophe Combe (© Alexandre Boero pour Clubic)

Jean-Christophe Combe, l'interview exclusive

Clubic : Notre première question concerne le climat, un sujet plus que jamais d'actualité. En France, notamment, nous avons battu des records de chaleur à plusieurs reprises et dans de nombreuses régions. Le phénomène, qui est appelé à se répéter, coïncide avec un rapport publié par la Croix-Rouge fin 2019, nous relayant des projections alarmantes de l'OMS, qui fait état de 250 000 décès supplémentaires par an, à terme, du fait de la dégradation du climat.

Jean-Christophe Combe : Pour nous, le climat est l'enjeu le plus important pour les années qui viennent. C'est le premier défi en termes de santé publique pour le vingt-et-unième siècle, et il est normal que la Croix-Rouge, dans son ensemble, s'intéresse aux conséquences du changement climatique sur la santé. C'est une question humanitaire, puisque ce sont les personnes les plus vulnérables qui sont les plus impactées par ces changements climatiques, mais aussi parce que le changement porte atteinte directement aux droits de l'Homme, au droit de vivre dans un environnement sain, et au droit à la santé de façon générale.

« Le climat est l'enjeu le plus important pour les années qui viennent »


Nous le voyons, les conséquences sont de plus en plus fortes, et sont de plusieurs natures, directes notamment avec la multiplication des phénomènes météorologiques violents extrêmes, dont la puissance est de plus en plus importante. Nous connaîtrons 60 000 morts supplémentaires liées aux conséquences des changements climatiques sur la santé à partir de 2030. Les conséquences indirectes, comme les épisodes de sécheresse, vont causer des dégâts sur la sécurité alimentaire et l'économie de certains pays, qui seront déstabilisés, qui connaîtront les conflits et subiront la migration.

Pour cela, la Croix-Rouge souhaite mobiliser la communauté internationale et les communautés locales, pour faire face à ces changements climatiques. Nous avons publié un rapport alarmant, effectivement, néanmoins l'objectif n'est pas de faire peur à tout le monde, mais d'avoir une prise de conscience collective. Le message, dans ce rapport, est que nous sommes en capacité de faire face aux changements climatiques, de nous adapter et d'apporter des réponses.


...La situation n'est donc pas irréversible.

Ce n'est pas irréversible. Le mouvement est sérieusement enclenché, et nous savons que nous enregistrerons une hausse de 2,5 degrés et demi d'ici à 2050, ce qui aura des conséquences considérables sur le climat. Mais l'Homme a la capacité de s'adapter à tout cela, ainsi que celle d'atténuer son empreinte.

« L'objectif n'est pas de faire peur à tout le monde, mais d'avoir une prise de conscience collective »


L'Organisation mondiale de la santé va même encore plus loin et nous dit que les progrès réalisés en matière de santé ces 50 dernières années pourraient être effacés, réduits à néant d'ici 2050, marquant un retour en arrière de l'espèce humaine.

Complètement. La mortalité va revenir à la hausse, l'espérance de vie des populations les plus vulnérables, dont les systèmes de santé sont les moins adaptés aux changements, va diminuer. Mais nous sommes tous concernés, même les pays les plus développés. La canicule, les inondations, l'évolution des maladies concernent l'Europe par exemple, avec l'apparition du chikungunya et de la dengue pas si loin de chez nous. Si nous ne faisons rien, que nous n'adaptons pas notre comportement, notre façon de vivre, et que nous ne renforçons pas notre système de santé, tous les efforts et progrès de la médecine de ces 50 dernières années pourraient être annihilés.

croix-rouge-equipiers.jpg
Départ d'équipiers Croix-Rouge de Roissy, en présence du Président de la Croix-Rouge française (© Nicolas Beaumont)

Peut-on rentrer dans les clous de l'accord de Paris, dont les États-Unis se sont retirés, où cet accord n'aura-t-il finalement été qu'un feu de paille ?

Nous pensons qu'il faut y croire, qu'il faut s'engager de toutes nos forces dans cet objectif et réussir à mobiliser l'ensemble de la population mondiale, qu'elle prenne conscience de ces enjeux et que chacun rentre dans l'effort et dans la transformation de son mode de vie, pour réussir à rester sous les 2°C.

« Tous les efforts et progrès de la médecine de ces 50 dernières années pourraient être annihilés »


Comment réagit la Croix-Rouge française face au coronavirus et son expansion ? Êtes-vous plus du côté de ceux qui pensent qu'il faut s'alarmer ou davantage du côté de ceux qui dénoncent une certaine paranoïa ?

Il faut être prudent. C'est une situation qui peut potentiellement être grave. Aujourd'hui, que ce soit du côté de l'OMS ou des États, les mesures ont été prises pour limiter l'expansion du phénomène. La recherche a été lancée pour trouver des vaccins et assurer la prévention et la prise en charge de ce virus. Nous prenons la situation au sérieux, mais il n'est pas l'heure de s'alarmer. C'est comme pour le changement climatique : paniquer ne conduira à rien de bon et aura plus tendance à nous paralyser et à nous empêcher d'apporter les bonnes réponses. Mais je crois qu'aujourd'hui les choses sont sérieusement prises en main, et nous avons de bonnes raisons de penser que nous réussirons à maîtriser l'expansion de ce virus.


Une vingtaine de collectivités et d'associations ont intenté une action en justice contre Total pour « inaction climatique », sur la base de l'accord de Paris et de la loi sur le devoir de vigilance des entreprises. Est-ce un danger pour les entreprises françaises ou une opportunité de les rappeler à l'ordre ?

Je ne commenterai pas la méthode employée. Mais ce que j'observe aujourd'hui, c'est que de plus en plus, les entreprises s'engagent aux côtés de la société civile et des pouvoirs publics pour faire face aux enjeux climatiques, mais aussi, comme nous l'avons vu avec la loi PACTE, pour faire évoluer leur raison d'être et travailler sur les questions d'intérêt général. Il faut aller encore plus loin dans cet engagement des entreprises, car face aux défis immenses que nous allons devoir affronter dans les années qui viennent, nous aurons besoin des efforts de tous pour y parvenir.

« Le Coronavirus ? Nous prenons la situation très au sérieux, mais il n'est pas l'heure de s'alarmer »


Tout autre chose, les technologies évoluent de plus en plus, il en est de même pour l'armement. Est-ce que cela pose des difficultés pour la Croix-Rouge qui opère parfois sur des terrains ô combien dangereux, pour ne pas dire mortels ?

La transformation digitale et l'arrivée de nouvelles technologies posent des difficultés mais sont aussi une opportunité pour travailler et répondre de façon plus efficiente aux besoins sociaux et aux défis auxquels nous sommes confrontés. En tant qu'acteur humanitaire, nous le voyons, mais ce n'est pas tant lié aux défis technologiques qu'à l'environnement dans lequel nous vivons aujourd'hui. Notre espace humanitaire et notre capacité à agir et atteindre les populations qui en ont besoin sont de plus en plus réduits, car on ne respecte plus les principes élémentaires d'humanité ni le travail des humanitaires. C'est un défi. Il est vrai que cela est renforcé par l'arrivée de nouvelles formes de guerre, de combats, de nouvelles technologies, par l'urbanisation également des conflits et l'utilisation de drones. Nous vivons une période où il est impératif, aujourd'hui, que les États reprennent le chemin de l'ordre international tel qu'il a été créé après la seconde guerre mondiale et s'engagent dans la protection de l'espace humanitaire et du droit international humanitaire.

croix-rouge-eau.jpg
Distribution de bouteilles d'eau à la population (© Emmanuelle Labeau / CRF)

Il y a des zones dans lesquelles la Croix-Rouge ne peut plus pénétrer aujourd'hui ?

Le comité international de la Croix-Rouge, soit l'organe du mouvement Croix-Rouge, qui a mandat pour intervenir en zone de conflit, intervient aujourd'hui dans des zones dont la sécurité est de plus en plus tendue. Il n'y a pas de zones dans lesquelles nous n'intervenons pas. En revanche, le risque est de plus en plus grand pour nos équipes, pour nos volontaires engagés sur le terrain. Il y a de plus en plus de décès parmi les équipes humanitaires, ce qu'on ne peut pas accepter.

« Notre espace humanitaire et notre capacité à agir sont de plus en plus réduits »


Est-il plus difficile aujourd'hui de sensibiliser les gens à rejoindre la Croix-Rouge ? Ou est-ce que le danger peut faire naître des vocations ?

Pour ceux qui croient dans les idéaux de la Croix-Rouge et de l'action humanitaire, cela nous fait redoubler d'effort. À nous d'aller chercher les bonnes volontés et de susciter l'engagement. Aujourd'hui, nous sommes dans une société où, globalement, les jeunes sont en quête de sens, d'action, d'engagement. À nous, grandes organisations, de nous adapter à leurs capacités et envie d'agir. Pour cela, il faut aller dans les écoles, collèges et lycées pour sensibiliser, éduquer et informer sur les enjeux du monde dans lequel on vit.

La Croix-Rouge arrive-t-elle à suivre, financièrement, le rythme des évolutions ? C'est le moment de faire un appel...

Nous avons besoin de plus d'engagement. Les besoins sociaux et défis sont immenses. Seuls, nous n'y arriverons pas et avons besoin de la mobilisation de tous. Je lance effectivement un appel à toutes les bonnes volontés, à celles et ceux qui veulent s'engager pour donner de leur temps et partager leurs compétences.

C'était notre dernière question Jean-Christophe Combe. Nous vous remercions pour temps et vous souhaitons bonne continuation.

Merci à vous.

5
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
scroll top