Google abandonne son projet d'objets connectés Android Things (ou presque)

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
15 février 2019 à 21h37
0
AndroidThingsOS.jpg

Chez Google, l'Internet des objets devra se passer d'Android Things OS. L'OS, spécialement conçu par la firme de Mountain View pour animer une large variété d'appareils en lien avec la maison connectée, risque de se faire assez discret à l'avenir. Le groupe prévoit en effet de ne le réserver qu'au seul domaine des enceintes intelligentes et écrans connectés propulsés par Google Assistant. Un secteur sur lequel Android Things OS aurait de l'avenir, selon Google.

C'est une mise au placard qui n'en porte pas le nom pour Android Things. On apprend que l'OS allégé de Google devra désormais se restreindre à un secteur d'activité bien plus circonscrit qu'initialement prévu.

Le support d'au moins 4 SoMs était prévu pour Android Things

Pour autant, l'équipe Android de Google se justifie dans un communiqué : « Compte tenu du succès observé avec nos partenaires sur le secteur des enceintes connectées et Smart Displays, nous réorientons Android Things en tant que plateforme destinée à nos partenaires OEM pour concevoir dorénavant des appareils appartenant à ces deux catégories ».

Comme le note Android Police, l'OS de Google devait encore récemment supporter au moins quatre SoMs (System on Modules) destinés à des appareils IoT (Internet of Things). Ces module, les NXP i.MX8M, Qualcomm SDA212, Qualcomm SDA624 et MediaTek MAT8516, devaient être mis à la disposition des partenaires de Google pour concevoir leurs objets connectés sous le regard bienveillant de la firme, qui les aurait alors gratifiés par défaut de son support.

SoMs.jpg

Reste qu'au 25 janvier dernier, ces quatre SoMs demeuraient listés comme « prochainement disponibles » sur le site officiel d'Android Things. Dans ces conditions, et compte tenu du contexte actuel, il semble peu probable que des appareils autre que des enceintes intelligentes ou des Smart Displays sous Android Things puissent (ou aient pu) voir le jour.

Une concurrence trop forte pour Android Things ?

Si Google n'a pas donné de raison officielle à cette mise sous cloche d'Android Things OS, la forte concurrence sur le terrain des systèmes d'exploitation destinés à l'Internet des objets serait à pointer du doigt. Ubuntu Core, RIOT, ou encore l'Azure Sphere OS et Windows 10 IoT chez Microsoft (entre autres) laissaient peu de place à Android Things pour s'épanouir. Le manque de soutien de la part même de Google, qui préfère ainsi utiliser une version custom de ChromeOS pour propulser son propre Smart Display, aura fini par donner le coup de grâce à cette initiative prometteuse sur le papier, lancée il y a maintenant deux ans.

Notons toutefois qu'Android Things est toujours accessible au travers de deux kits de développement : le NXP Pico i.MX7D et le Raspberry Pi 3 Model B. Il paraît cependant très peu probable que des sociétés se lancent dans le développement de logiciels pour Android Things maintenant que Google l'a ostensiblement mis entre parenthèses.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Google renforce son contrôle et a rejeté 55% d’apps en plus en 2018
Des cellules solaire simples, peu couteuses et flexibles grâce au pérovskite
La FTC pourrait condamner Facebook à une amende de plusieurs milliards de dollars
Projet SOMEONE : prenez le contrôle de la maison intelligente d'un inconnu (consentant)
Google dévoile 14 nouveaux thèmes Chrome dont un complètement noir
AMD fait aussi appel à Samsung pour fabriquer ses puces Polaris 30
Denon lance 2 platines vinyle, dont une pouvant numériser votre collection
Qu'est-ce que Sigfox, le réseau de télécom intégré à la Freebox Delta ?
Brave : les extensions Chrome débarquent sur le navigateur
Resident Evil 2 : 3 millions de copies distribuées en 3 jours (mieux que Resident Evil 7)
Haut de page