Après les navettes, la "palette spatiale" de la NASA facilitera les futurs alunissages

26 novembre 2019 à 14h39
0
lunaire atterrisseur NASA
© NASA

Une équipe de chercheurs de la NASA a mis au point un nouveau concept pour faciliter l'alunissage des futurs rovers.

La NASA ayant encore de nombreux projets pour la Lune, cette « palette spatiale » doit permettre l'envoi de charges conséquentes sur la Lune avec des coûts réduits.

Un concept à petit prix

L'ingénieur à la tête du projet, Logan Kennedy, a déclaré dans le communiqué de la NASA que « cet alunisseur a été conçu dans un souci de simplicité tout en permettant la livraison de 300 kilos de charge utile à un pôle lunaire. Nous avons utilisé des systèmes de chaînes, des mécanismes simples et la technologie déjà existante pour réduire la complexité [ de l'appareil ] ».

Le concept serait né d'études menées autour du VIPER (Volatiles Investigating Polar Exploration Rover), un rover devant partir dès 2022 à la recherche de traces d'eau au pôle sud de la Lune. Ces études avaient pour objectif de « minimiser les coûts et le temps nécessaires » des futures opérations.

Faciliter les alunissages futurs

Si le concept n'a pas encore de nom, cette « palette spatiale » (un terme que l'on retrouve dans le dossier technique de l'appareil) fait partie du CLPS (Commercial Lunar Payload Services), un programme commercial pour lequel la NASA a conclu, il y a un an, un partenariat avec neuf entreprises privées américaines.

NASA palette timeline
© NASA

Le concept constituerait ainsi un moyen plus simple et moins onéreux de faire alunir des rovers aux pôles de notre satellite. Une fusée lancerait la palette équipée de son rover et la placerait sur la trajectoire de la Lune. La palette se chargerait ensuite, quelques jours plus tard, des manœuvres d'alunissage. Après avoir touché le sol, elle libérera le rover, collectera des informations sur ses environs directs et les expédiera à l'équipe sur Terre avant de s'éteindre définitivement au bout de huit heures.

La palette spatiale n'est effectivement pas conçue pour rester en activité, ceci nécessitant des infrastructures trop coûteuses aux yeux de la NASA. Elle pourrait cependant être utiles aux missions ultérieures, puisque son repérage pourrait servir de balise de navigation, par exemple.

Source : TechCrunch
Modifié le 26/11/2019 à 14h39
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Coronavirus : le traçage numérique
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
scroll top