NASA : 125 millions de dollars pour développer une fusée à propulsion nucléaire thermique

05 juin 2019 à 09h14
19
Mars

Le gouvernement américain a accordé une enveloppe de 125 millions de dollars à la NASA pour concevoir une fusée propulsée grâce à un réacteur nucléaire. Une telle technologie pourrait grandement raccourcir les temps de trajet dans l'espace.

La NASA possède des ambitions élevées pour les années à venir : voyage sur la Lune en 2024, sur Mars en 2033... Mais pour remplir ses objectifs, l'agence américaine aura certainement besoin de nouvelles technologies.

Aller plus rapidement sur Mars

À l'heure actuelle, les fusées envoyées dans l'espace utilisent généralement des moteurs chimiques. Dans ce cas, l'énergie nécessaire à la propulsion de l'appareil est produite par combustion du carburant. Problème : avec un tel système, voyager jusqu'à Mars peut prendre jusqu'à 9 mois et nécessite une grande quantité de carburant. En l'état, aller sur la planète rouge peut donc être envisageable, mais en revenir, beaucoup moins.

Une alternative consiste alors à créer un autre type de moteur, plus efficace. Parmi les solutions envisagées, figure l'exploitation de l'énergie nucléaire, et plus particulièrement la propulsion nucléaire thermique. Dans cette configuration, on chauffe un fluide, en général de l'hydrogène liquide, à très haute température, via un réacteur nucléaire. Il est alors éjecté via un conduit à l'arrière du moteur, créant ainsi une poussée permettant de propulser la fusée. Cette technologie pourrait ainsi considérablement diminuer les temps de trajet.

Première utilisation en 2024 ?

Mais le développement d'un moteur nucléaire thermique nécessite des fonds importants. C'est pourquoi le gouvernement des États-Unis a décidé d'octroyer une enveloppe de 125 millions de dollars (environ 112 millions d'euros) à la NASA. Une somme qui sera dédiée aux recherches sur la propulsion nucléaire thermique.

En cas de réussite, il s'agirait d'une première. Car si un tel projet avait déjà été lancé dans les années 1960, il n'avait finalement pas abouti et a été abandonné quelques années plus tard.

L'agence spatiale américaine espérerait pouvoir exploiter le futur moteur nucléaire dès sa mission lunaire de 2024. La NASA voit surtout plus loin, dans le temps et dans l'espace, avec l'objectif Mars en 2033.

Source : Digital Trends
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
19
0
leochok
Tryphon Tournesol ? Hergé ?
ultrabill
C’est pas la fusée du Pr Tournesol qui était à propulsion nucléaire ?
Papounet17
Je croyais que le nucléaire était interdit dans l’espace.
gwlegion
je comprends pas vraiment l’interet …<br /> si on chauffe de l’hydrogene et qu’on l’expulse, il faut quand meme embarquer de grandes quantités d’hydrogene …<br /> du coup, est ce que c’est vraiment plus leger qu’un moteur fusé actuel ?<br /> Et puis comment on refroidit un reacteur nucleaire dans l’espace … le refroidissement par rayonnement IR, c’est quand meme pas terrible.<br /> Bref, avec ce que j’en sais pour le moment, j’ai de gros doutes sur la viabilité du truc
Cobbalt
Ah nous avons sur Clubic un ingénieur en fusée visiblement…
Tybald
Oui Cobbalt, c’est fou nous avons la chance d’avoir pas mal de prix Nobel dans différents secteurs !
fredolabecane
joli feu d’artifice quand ça va pêter ça…
rsebas3620
je suis ni ingenieur ni astro physicien mes etudes s’etant arreter en license mias et j’avais juste comme option supplementaire en vu d’un master de l’astrophysique… mais au derniere news si mes cours ne sont pas trop lointain dans l’espace ou la temperature moyenne est entre -100 et -150 a mon avis le refroidissement ne sera pas trop un probleme et une solution sera vite trouvé…perso je vois bien le bordel refroidi par un circuit d’eau dont une grande partie de l’eau est refroidi via des tuyau qui seront a l’exterieur autour de la fusée ne sorte de watercooling… je dis ca comme ca mais ca peut etre une solution on verra bien ce que nous propose les bac +12 des ingenieurs de la nasa
philumax
vraiment! faudra pas que la fusée retombe sur terre…
Thelt
Il n’y a pas vraiment de “température dans l’espace”. Le refroidissement sur terre se fait par échange entre les atomes, hors l’espace étant constitué de vide, la chaleur ne peut s’échapper vers des atomes voisins, et elle reste donc confinée à la fusée.<br /> Cette précision étant apportée, je fais confiance aux ingénieurs de la NASA pour trouver une solution D’ailleurs le principe ici n’est pas de faire des moteurs embarquant moins d’hydrogène ou pesant moins lourd, mais simplement qui permet d’aller plus vite. Je pense que le nucléaire à un bel avenir dans les vols spatiaux, il faut juste prendre le temps de faire les choses bien pour éviter tout risque d’accident (confinement des matières dangereuses en cas d’accident, etc…)
hiroko83
@papounet17 : ca n’aurait aucun sens d’interdire le nucléaire dans l’espace sachant que le soleil et la plupart des étoiles sont des réacteurs de fusion nucléaire auto régulé . A l’échelle d’une fusée ça reviendrait a interdire a un navigateur d’éternuer au dessus de l’océan pour ne pas le mouiller. Pour info les astronautes de l’ISS reçoivent en 4 semaines, 20 mSv qui est la limite annuelle autorisée pour les travailleurs du secteur nucléaire.
hiroko83
l y a 3 types de transfert de chaleur, la conduction, la convection (naturelle ou forcée) et la radiation. Les deux premières ne peuvent marcher dans l’espace (ou donne peu de rendement) donc la navette utilise des échangeurs thermique composé de plaques radiantes dans lesquelles circule un métal liquide ( en l’occurrence la NASA a choisi le lithium pour ce projet ) <br /> Pour climatiser l’ISS et donc éviter au astronaute de rotir le système de climatisation évacue les calories a l’exterieur via des conduites d’ammoniac disposés le long de la structure.
Thelt
Merci pour ces précisions !
olivierEric
Et au cas ou le lancement échoue, le site sera radioactif ou ils ont prévu une solution.
sokaris
“a mon avis le refroidissement ne sera pas trop un problème”… hmmm pas d’atmosphère, pas de conduction thermique, ça va être “chaud” pour refroidir un watercooling <br /> (si tu avais une bonne conduction dans l’espace, t’aurais pas, entre autre, presque 300°C d’écart entre la face à l’ombre et celle au soleil des combinaisons spatiales)
zemarsu
Il fait froid dans l’espace mais il n’y a pas d’air et donc pas de conduction thermique. Le refroidissement des tuilleres des fusees est un probleme et en general ce sont les “gaz d’echapement” qui sont utilises ou comme dit par gwlegion le rayonnement infrarouge. Si tu veux plus d’information tu peux aller voir la chaine YT de "techniques spaciales qui a fait deux excellentes videos (quoi que un peu techniques) sur les moteurs des fusees.<br /> Ceci etant il est dommage qu’il n’y ait aucune mention sur la quantite d’hydrogene a emporte, l’un des plus gros frein pour la connolisation de Mars (ou meme de la Lune) est la faible charge utile que les fusees peuvent emporter. Si cela ne permet pas d’augmenter la charge utile ca racourcira peut etre le voyage mais cela n’aidera pas plus que ca
beber2
normalement c’est un ancien projet on la abandonnée car le nucléaire est interdit
beber2
imagine juste que sa explose toute façon toute substense nucléaire est interdit
gwlegion
l’espace n’est pas froid dans le sens ou on l’entends.<br /> la temperature est une mesure de l’agitation de molecules.<br /> Dans l’espace, des mollecules, y’en a pas des masses.<br /> Et puis le probleme que j’evoque est le refroidissement … donc un probleme d’echange de chaleur. Du coup, dans l’epace, t’echange ta chaleur avec quoi ? c’est vide dehors.<br /> du coup, quand tu veux refroidir un truc, il faut evacuer ta chaleur par rayonnement thermique.<br /> Concernant mes diplomes, c’est pas pertinant. Il y a pas besoin d’avoir bac +X pour avoir un point de vue et des idées pertinantes. C’est valable pour moi, mais egalement pour les autres … je me fous de savoir si vous avez fait des etudes et dans quel domaine. Ca vous empeche pas d’etre interresants.<br /> Par contre, maintenant qu’on le dit, le refroidissement peut etre geré via le gaz de propulsion… tant qu’on en a.<br /> l’hydrogene etant chauffé puis expluslé, il recupere bien de la chaleur du reacteur avant de quitter le circuit.<br /> par contre, comment on gere la temperature du reacteur une fois qu’on a vidé les reserves ? comment on empeche la fusion du coeur ?<br /> Pareil, les problemes de fiabilités, et de consequences en cas d’echec … un moteur fusé, on peut toujours le faire peter, et faire s’ecraser les debrits en mer … y’a pas franchement de consequences desastreuses.<br /> mais comment on gere l’echec sur un reacteur nucleaire ? le faire peter ? le faire s’abimer en mer ?
gwlegion
le nucléaire est interdit dans l’espace, mais ce n’est pas pour les raisons que tu crois …<br /> C’est purement militaire. SI tu as le droit d’envoyer du nucléaire dans l’espace, rien n’e t’interdit d’y emporter des ogives tactiques, te permettant de toucher n’impote quel point du globe.
Papounet17
L’interdiction n’a rien à voir avec les effets.<br /> C’est simplement que la communauté internationale ne veut pas d’armes de destruction massives dans l’espace.<br /> Pas de bombes Atomique.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Intel présente ses nouveaux NUC Pro
Ce chargeur à induction de chez Samsung est GRATUIT
BMW va adopter le même format de batteries que Tesla
Amazon Prime Video s'offre un coup de jeune bien mérité sur les Freebox
Mettez Chrome à jour tout de suite pour corriger une faille zero-day exploitée
Realme lance son 9i 5G au rapport prix-performances bluffant, mais arrivera-t-il en France ?
Quelle puce dans quel iPhone 15 ? A16 ou A17 ? Les choses se précisent
Cet étonnant robot est animé par un Raspberry Pi, mais est loin d'être low-cost
Le Core i9-13900K Raptor Lake d'Intel aurait un mode
Intel Arc A580 : sur Ashes of the Singularity, la carte graphique est au niveau d'une RTX 3050
Haut de page