🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

La NASA poursuit ses tests du Space Launch System (et ça fonctionne !)

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
02 juillet 2020 à 17h28
6
SLS Artemis 1 décollage vue d'artiste © NASA
Vue d'artiste du lanceur SLS lors de son premier vol "Artemis 1". © NASA

Alors que la date du premier vol, repoussée à 2021, n'est pas connue, la NASA continue de tester son futur lanceur super-lourd. Le programme progresse à petits pas…

Des éléments de vol commencent même à s'empiler au Centre Spatial Kennedy .

Une étape de plus

Au centre d'essais Stennis, non loin de la Nouvelle-Orléans, le premier étage du lanceur SLS (Space Launch System) est à la verticale depuis bientôt six mois. Il s'agit pourtant bien du premier exemplaire destiné à envoyer la capsule Orion en orbite (et même vers la Lune, dans un vol de test non habité). Sa campagne d'essais, qui devait initialement durer quelques mois pour culminer avec le « Green Run », un test de ses quatre moteurs sur la durée de vol (presque neuf minutes), a été amplement prolongée.

D'abord par des détails techniques, ensuite par la crise liée à la pandémie de COVID-19. Ainsi, l'étage, qui à lui seul est plus grand qu'une fusée Ariane 5, vient de terminer ses tests de l'avionique, qui pilotera SLS lors de sa montée vers l'orbite.

Une validation historique après des années de simulation, et un progrès qui aura pris pratiquement deux mois aux équipes sur place. Il reste encore cinq étapes majeures avant le test « Green Run », que bon nombre d'experts n'attendent plus avant le mois d'octobre. Et si l'une d'entre elles échoue, le programme SLS souffrira sans doute d'au moins une année de retard supplémentaire.

Une rupture pour la bonne cause

Quelques centaines de kilomètres plus loin au centre spatial Marshall, la NASA vient de terminer les tests structurels de la fusée, qui ont duré trois ans.

Produites avec les mêmes techniques que les exemplaires de vol, les différentes pièces du premier étage de SLS ont été soumises sur place à des essais de vibrations, de contractions, d'étirements et de flambage. On se souvient des spectaculaires images du réservoir d'hydrogène que les équipes avaient poussé jusqu'à ses limites en décembre dernier… Elles ont remis le couvert, cette fois pour le réservoir d'oxygène, rempli d'eau pour l'occasion, qui a également été amené jusqu'à la rupture. Au-delà de l'effet visuel, ce sont surtout des milliers de points de données que les équipes de la NASA et Boeing peuvent appliquer pour valider ou améliorer les designs existants.

En Floride, manipulation de boosters

Enfin, au Centre Spatial Kennedy, la préparation à l'assemblage des deux énormes boosters auxiliaires de SLS, qui fourniront 70 % de sa poussée initiale, ont commencé.

Leur voyage en train depuis l'Utah s'est terminé fin mai, même si les dix segments sont prêts pour leur vol depuis plus de deux ans (ils sont stockés en longue durée chez Northrop Grumman). Les équipes sur place, qui se sont déjà entraînées avec des éléments structurels, vont commencer par attacher les cônes (en haut) et les jupes sur les tuyères (en bas) avant de procéder à l'assemblage sur la table de lancement mobile de SLS.

Il ne sert à rien de prendre trop d'avance, puisqu'il faudra dans tous les cas attendre l'arrivée du premier étage (après son test « Green Run », donc), au plus tôt cet hiver.

Confiante, la NASA a récemment pré-commandé 60 éléments de boosters supplémentaires, assez pour couvrir neuf missions de SLS en tout pour la décennie à venir.

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
5
Niverolle
« assez pour couvrir neuf missions de SLS en tout pour la décennie à venir » ==> compte tenu de l’impact de la crise sanitaire actuelle, et compte tenu du fait que la NASA a souvent servi de variable d’ajustement budgétaire, je verrais bien une ch’tite coupe budgétaire d’içi là…
Nicolas_Croizier
«&nbsp;Assez pour couvrir neuf missions&nbsp;», signifie «&nbsp;au moins un&nbsp;» et «&nbsp;moins que dix&nbsp;».<br /> Donc coupe où pas, il n’y aura que très peu de lancement d’ici 2030…
ebottlaender
J’ai l’impression que beaucoup de monde tique sur cette formulation. J’ai juste voulu écrire simplement que la NASA avait lancé une pré-commande pour les boosters des vols 3 à 9, qui devrait être finalisée en contrat d’ici la fin de l’année. Il n’y a pas de sous-entendu qu’il pourrait y avoir «&nbsp;entre 1 et 10 vols&nbsp;» d’ici 2030.
Niverolle
Ce ne sont pas encore des commandes fermes, donc ça va plutôt de 0 à 9.
ebottlaender
Ceux du premier vol sont, comme expliqué dans l’article, en cours d’assemblage. Ils ont déjà été commandés, payés et livrés.<br /> Ceux du vol numéro 2 sont déjà commandés et produits, il ne manque plus que la livraison qui attendra puisque la NASA a préféré demander à Northrop de les garder en stockage. Ceux du vol numéro 3 sont, il me semble (mais c’est de tête) déjà commandés et ce sont les 6 autres qui font l’objet d’une pré-commande pour atteindre les 9 exemplaires.
Niverolle
Limpide !
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Bon plan VPN : craquez pour Surfshark, le VPN le moins cher marché
La célèbre trottinette électrique Xiaomi M365 en promo chez Darty 🔥
Bon plan Amazon : 2 enceintes Ultimate Ears Wonderboom 2 à 100,99€
ID.3 R : Volkswagen travaillerait sur une version sportive de sa citadine électrique
Android TV : Google tiendra un
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Les meilleures séries d'anthologie
Les meilleurs series animes
Black Friday Amazon : Microsoft Surface Pro 7 à 799€ au lieu de 1069€
RED, Free, B&You ou Sosh : quel forfait pas cher et sans engagement choisir ?
Haut de page