Suite bureautique en ligne: le test Microsoft Office Web Apps

17 mai 2010 à 17h52
0
0000007D03183794-photo-logo-microsoft-office.jpg
Parallèlement à la mise au point de la version finale de Microsoft Office 2010, déclarée RTM il y a de cela quelques semaines et sur laquelle nous reviendrons dans les semaines à avenir au moyen d'un article complet, Microsoft se prépare doucement à proposer une version en ligne de ses applications Office. Baptisée Office Web Apps, l'offre de bureautique en ligne de Microsoft, la première du genre pour la firme de Redmond à l'exception du service Office Live qui n'a pas grand chose de comparable, est en quelque sorte la concrétisation des promesses répétées de l'éditeur en matière de Cloud Computing.

Présentée fin 2008, lors d'une PDC où Microsoft exhibait également la première version Beta de Windows 7, les Office Web Apps sont depuis restées dans l'ombre. Le temps pour Microsoft de peaufiner les versions en ligne de ses outils bureautiques les plus populaires, sans pour autant, hélas, en profiter pour clarifier sa stratégie en la matière. Comme souvent avec le géant des logiciels, la stratégie semble partir dans tous les sens puisque si l'objectif avoué des Office Web Apps est de concurrencer l'offre de Google avec ses Google Docs, Microsoft propose un accès aux Office Web Apps de bien trop de manières différentes, comme nous le verrons plus en avant.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, il existe pas moins de six moyens différents d'accéder aux Office Web Apps. Nous reviendrons sur le détail des modalités d'accès un peu plus en avant dans cet article, histoire d'évoquer le manque de clarté de la stratégie retenue par Microsoft. En attendant, nous considérerons les Office Web Apps sous le regard de l'utilisateur final qui y accède depuis les services Windows Live et donc depuis Hotmail (depuis la Wave 4) ou son Skydrive. Nous reviendrons dans les lignes qui viennent sur les applications disponibles, leurs fonctionnalités et leur comportement sans oublier d'évoquer la compatibilité avec les différents navigateurs du marché.

03192394-photo-ic-nes-microsoft-office-web-apps.jpg


Compatibilité avec les navigateurs

On attendait Microsoft au tournant, et évidemment la firme créée par Bill Gates n'a pas replongé dans ses vieux travers... Les Office Web Apps fonctionnent en effet sous plusieurs navigateurs : Firefox bien sûr, Internet Explorer évidemment, mais aussi Chrome. C'est un premier bon point d'autant que nous n'avons pas pu mettre la dites compatibilité en défaut : tout semble fonctionner en lecture comme en édition sur chacun des navigateurs cités.

0000008703181194-photo-microsoft-office-web-apps-chrome.jpg
0000008703181196-photo-microsoft-office-web-apps-firefox.jpg
0000008703181198-photo-microsoft-office-web-apps-internet-explorer.jpg

Microsoft Office Web Apps : Chrome, Firefox, IE


La compatibilité avec Safari, le navigateur livré avec MacOS X est bien entendu assurée avec les Office Web Apps. Qu'en est-il d'Opera ? Ici la situation semble se complexifier quelque peu puisque si le service est accessible et semble opérationnel, certaines manipulations semblent problématiques. Nous n'avons pas réussi à ouvrir sous Opera 10.53 notre document de test, le chargement se bloquant sans explication à 95%. En tout état de cause si Microsoft a indiqué clairement son intention d'offrir une compatibilité des Office Web Apps avec Firefox et Safari, le géant des logiciels ne s'était pas prononcé sur Opera.

000000CD03181730-photo-microsoft-office-web-apps-safari.jpg
000000CD03183580-photo-microsoft-office-web-apps-opera.jpg

Office Web Apps : sous Safari, puis sous Opera


Office Web Apps : hébergement et compatibilité

Avant d'évoquer les fonctions de visualisation ou de création d'un nouveau document, il est important de revenir sur l'un des principes retenus pour la version grand public des Office Web Apps : tout passe en effet par le service Windows Live SkyDrive. Une explication s'impose ici : le service SkyDrive est accessible à tous et consiste en un espace de stockage virtuel sur lequel vous pouvez déposer plusieurs gigaoctets de fichiers. Pour fonctionner, les Office Web Apps nécessitent donc que le fichier que vous souhaitez lire soit hébergé sur votre SkyDrive ou bien qu'il vous soit parvenu sur Hotmail via l'intégration des fonctions Office dans la Wave 4 de la messagerie Hotmail. Et lorsque vous créez de toute pièce un document, celui-ci sera sauvegardé sur votre SkyDrive mais vous pourrez bien sûr le rapatrier en local sur votre disque dur.

Au niveau de la compatibilité des documents en lecture, ceux-ci doivent être enregistrés sur votre SkyDrive au format binaire Office, les classiques *.DOC, *.PPT ou *.XLS ou bien au format Office XML avec les plus récents *.DOCX, *.PPTX, *.XLSX. Dans le cas de fichiers binaires Office, ceux-ci subissent une conversion avant leur ouverture et une copie est générée automatiquement sur votre SkyDrive. Surprise toutefois, alors que Microsoft se veut ouvert et promeut son ouverture depuis plusieurs années maintenant, l'édition ou la consultation de documents au format OpenDocument (ODT) n'est pas prise en charge par les Office Web Apps (au contraire de la suite Office du reste).

0000010903181200-photo-microsoft-office-web-apps-conversion.jpg

Conversion d'un document


Avec Office 2010 enfin, il est à noter que les documents hébergés sur le SkyDrive peuvent être ouverts naturellement comme s'ils étaient stockés sur un disque partagé du réseau. Même chose pour leur sauvegarde. Tout cela passe toutefois par un module additionnel baptisé « Centre de téléchargement Office ». Ce résident s'occupe alors de rapatrier les documents sur votre ordinateur ou de les envoyer sur le serveur.

000000F503181420-photo-microsoft-office-web-apps-sauvegarder-depuis-word-vers-windows-live.jpg
000000CD03184158-photo-microsoft-office-web-apps-centre-de-t-l-chargement-office.jpg

Intégration des Web Apps à Office 2010 et centre de téléchargement Office
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Nvidia : la RTX 3080 déclinée en trois modèles se confirme et arriverait dès septembre
Hyperion dévoile une supercar à hydrogène dotée d'une autonomie de 1 600 km
Microsoft lancera son smartphone Surface Duo le 10 septembre à 1 399 $
En Allemagne, les ventes de véhicules électriques ont explosé en juillet
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
scroll top