Émissions de CO2 : l'Assemblée nationale vote l'augmentation du malus à 20 000 euros

18 décembre 2019 à 08h25
0
CO² véhicule
© Shutterstock.com

Bruno Le Maire souhaitait faire grimper le plafond du malus des véhicules les plus polluants, pour financer la transition écologique. Il a obtenu gain de cause ce mardi au Palais Bourbon.

Le mois dernier, Bruno Le Maire s'était offert une sortie fortement commentée après avoir annoncé vouloir déplafonner le malus automobile qui touche les véhicules qui émettent le plus de CO2. Le ministre de l'Économie et des Finances regrettait qu'à compter du 1er janvier 2020, le maxi malus n'atteigne que 12 500 euros pour un véhicule émettant 173 grammes de CO2/km ou plus. Mais un amendement déposé par le gouvernement ce 14 décembre, adopté le mardi 17 décembre, fera exploser le compteur.


Un plafond presque doublé

Mardi, l'Assemblée nationale a voté une augmentation du plafond du malus appliqué pour l'achat des véhicules les plus polluants, qui passe désormais de 12 500 à 20 000 euros, comme le suggérait l'amendement au projet de loi de finances pour 2020. Cela signifie que dès le 1er janvier, les grammes de CO2 supplémentaires vont peser lourd, très lourd.

Les véhicules dont les émissions de dioxyde de carbone vont de 173 à 183 grammes de CO2/km feront l'objet d'un malus avec barème progressif, débutant à 12 552 euros à 173 grammes pour atteindre 19 641 euros à 184 grammes. Le plafond, lui, sera de 20 000 euros pour tous les véhicules supérieurs à 184 grammes de CO2/km, ce qui semble plus conforme au souhait de Bruno Le Maire.

Le gouvernement mise sur 50 millions d'euros de recettes

Un véhicule comme la nouvelle Renault Mégane RS essence (en sa version TCe 280) émet 181 g Co2/km. Avec le barème 2019, la taxe pour ce modèle était fixée à 7 613 euros. Dans quelques jours, elle basculera à 17 490 euros. Encore plus élevé en termes de prix, le Porsche Macan, qui émet 218 grammes au kilomètre, était soumis à un malus de 10 500 euros. Désormais, ses acheteurs devront faire avec un malus de 20 000 euros.


Le gouvernement a affiché son but de renforcer la fiscalité environnementale à des fins de soutien de la transition écologique. Il espère tirer parti de la mesure autour de 50 millions d'euros, somme qui permettrait de fournir en ressources financières deux fonds destinés aux sous-traitants de la filière automobile.

L'État entend « soutenir les entreprises qui feraient face à des difficultés d'accès au crédit, et accompagner les projets des entreprises dans la croissance, l'investissement, ou la diversification, pour permettre aux entreprises de se renforcer face aux difficultés du secteur ».

Source : Assemblée nationale
Modifié le 18/12/2019 à 09h13
166
55
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Bugatti dévoile un concept d'hypercar dément, conçu par un étudiant en design
Le processeur AMD Threadripper 3990X peut faire tourner Crysis… Sans carte graphique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top