Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile

Bruno Le Maire
© Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

Souhaitant lutter contre les véhicules qui émettent le plus de CO2, le ministre de l'Économie et des Finances a fait, dimanche, trois propositions pour atténuer leur impact sur l'environnement.

Invité de l'émission BFM Politique ce dimanche 17 novembre, Bruno Le Maire a été questionné sur ce qu'il conviendrait de faire face à la pollution excessive causée par certains véhicules comme les SUV et les grosses cylindrées, dont les ventes sont croissantes et qui font face à la grogne de militants ou élus, qui réclament leur éviction des villes. Le ministre de l'Économie et des Finances, qui craint que la France et le monde soient en train de « perdre la bataille du CO2 », a évoqué trois propositions visant à limiter l'empreinte carbone de ces véhicules.

Mettre fin au plafonnement bloqué au-dessus de 173 g CO2/km

Bruno Le Maire souhaite, dans un premier temps, déplafonner le malus automobile qui touche les véhicules qui émettent le plus de CO2. À compter du 1er janvier 2020, pas moins d'un véhicule sur deux sera frappé par le malus auto, puisque les taxes débuteront à partir de 110 grammes de CO2 émis par kilomètre. Le maxi malus, lui, (dès 173 g CO2/km) atteindra 12 500 euros.


Malgré ce durcissement, le ministre pointe le fait qu'au-delà de 173 g CO2/km, « ça ne progresse plus ». Autrement dit, si un véhicule atteint 200, 250 voire 300 g CO2/km, il reste plafonné à 12 500 euros. Bruno Le Maire veut en finir avec cette règle.

Informer les citoyens de l'impact environnemental d'un véhicule dans les publicités

Pour motiver sa deuxième proposition, l'ancien ministre de l'Agriculture a pris comme exemple les domaines du tabac, de l'alimentation et de l'alcool. Il souhaite en effet que les publicités liées à l'automobile intègrent, elles aussi, le moyen d'informer les citoyens sur l'impact environnemental du véhicule faisant l'objet de l'annonce. Et ce, de façon obligatoire. « Pourquoi laisserait-on des constructeurs automobiles faire un marketing offensif sur les véhicules qui polluent le plus sans que les clients, les citoyens, soient avertis sur les risques de pollution liés à ces véhicules ? » s'est-il demandé.


Enfin, Bruno Le Maire a pointé du doigt une réglementation européenne vieillissante qui a permis aux constructeurs automobiles de véhicules lourds de bénéficier de certains avantages au niveau des émissions de CO2. À ce sujet, le ministre milite pour l'ouverture d'un débat au sein de l'Union européenne, afin de réétudier les règles des émissions en fonction du poids.


Source : BFM TV
Modifié le 18/11/2019 à 10h06
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
95
38
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Tiktok a été téléchargée 1,5 milliard de fois : un tour de force pour une application encore jeune
Stadia se lancera (finalement) avec 22 jeux dont NBA 2K, Grid 2019 et Final Fantasy XV
Vous pouvez maintenant contrôler votre Xbox One via Google Assistant
Volkswagen : 60 milliards d'euros d'investissement et 75 voitures électriques pour 2029
Samsung Galaxy S11 : vers de la vidéo en 8K ?
À cause d'un bug, un entrepreneur belge se retrouve avec un solde négatif de -100 milliards d'euros
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Les dentistes pourront bientôt imprimer en 3D couronnes, prothèses dentaires et dentiers
J-12 avant le Black Friday, quels sont les bons plans du moment ?
Basses, percus : voix, une AI open source de Deezer permet de séparer les pistes des chansons
Haut de page