Loi mobilités : à ce stade, le problème des zones blanches n'est pas résolu pour le Sénat

Alexandre Boero Contributeur
01 novembre 2019 à 15h52
0
covoiturage-voiture.jpg

La chambre haute du Parlement regrette que la dernière version du projet de loi de finances pour 2020 ne consacre pas de ressources visant à favoriser les alternatives à la voiture dans les territoires ruraux et périurbains.

Le projet de loi sur l'orientation des mobilités, destiné à lutter contre les fractures territoriales en matière de transports, est discuté depuis le 19 mars par les parlementaires, opérant la traditionnelle navette d'une chambre à une autre. Après avoir été récemment débattu à l'Assemblée nationale (mi-septembre), c'était au tour du Sénat et de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable de se prononcer sur le texte. Au terme de son examen, les sénateurs ont décidé de ne pas adopter - en l'état - le projet de loi. Voyons pourquoi.

La mobilité absente de la loi de finances pour 2020

Comme l'indique le rapport de Didier Mandelli, sénateur LR de la Vendée et Vice-président de la commission, la version du texte proposée par les députés n'apporte aucune réponse à l'essentielle question du financement des alternatives à la voiture individuelle dans les territoires qui en sont dépourvus.


Le projet de loi de finances pour 2020 ne comprend effectivement pas de lignes spécifiques portant sur la façon de financer le développement du transport à la demande, des aides à la mobilité ou des plateformes de covoiturage et d'autopartage, dans les territoires périurbains et ruraux, défavorisés aujourd'hui en matière de transition énergétique.

La promesse du gouvernement partie pour ne pas être tenue

Pour appuyer sa déception, le Sénat rappelle que le gouvernement s'était engagé à octroyer des ressources aux collectivités pour les aider à mettre en œuvre les alternatives. Pire, celui-ci ampute les collectivités d'une partie de leurs ressources, en réduisant de 45 millions d'euros la compensation que l'État leur verse.

« Il est regrettable de constater que le projet de budget pour 2020, qui devait apporter un financement aux collectivités pour développer une offre de mobilité, réduit en fait les moyens dont elles disposent », regrette Hervé Maurey, Président de la commission. Le rapporteur Didier Mandelli, lui, estime purement et simplement que « la promesse du gouvernement de mettre fin aux zones blanches de la mobilité ne pourra pas être tenue ».


Pour tenter de trouver un consensus et de sortir de l'impasse, le Sénat examinera, ce mardi 5 novembre, le projet de loi en nouvelle lecture.
Modifié le 04/11/2019 à 04h50
2 réponses
3 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
La Volkswagen e-up! 2.0 électrique affiche ses prix en France
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top