Les voitures-radar privées vont verbaliser sur davantage de routes françaises

Bastien Contreras Contributeur
13 mai 2019 à 16h13
0
Radar

Après une expérimentation menée en Normandie, les voitures-radar privées vont étendre leurs zones de contrôle à trois régions supplémentaires. Ce dispositif, géré par l'État, est confié à des sociétés privées, qui n'ont cependant pas accès aux données remontées de manière automatisée aux services de verbalisation.

La voiture-radar n'est pas un système révolutionnaire en soi, dans la mesure où de tels véhicules circulent depuis longtemps en France. Mais auparavant, ceux-ci étaient toujours conduits par des policiers ou des gendarmes. Dorénavant, cette tâche peut être confiée à des entreprises privées.

Les voitures-radar privées ne sont pas payées à la « prune »

C'est le sens de l'expérimentation menée en Normandie depuis 2017. Dans cette région, des voitures-radar privées arpentent les routes, à la recherche de contrevenants aux limites de vitesse. L'objectif de cette mesure est de « libérer du temps aux forces de l'ordre pour le consacrer à des tâches plus qualifiées comme l'interception au bord des routes (alcoolémie et stupéfiants) », selon le ministère de l'Intérieur.

Néanmoins, si la conduite des véhicules est confiée à un prestataire, la verbalisation reste entièrement gérée par l'État. En réalité, les excès de vitesse relevés par les voitures-radar sont envoyés automatiquement aux officiers de police judiciaire du Centre national de traitement (CNT), à Rennes. Et ce, sans que le conducteur du véhicule ni son employeur n'aient accès aux informations et aux photos prises par les caméras embarquées.

Il n'y a donc a priori aucun risque que l'entreprise ne fasse du zèle pour « flasher » davantage (le flash étant, par ailleurs, invisible). D'autant que contractuellement, la rémunération prévue est fixe et le parcours effectué imposé par l'État.

Au total, 4 régions seront concernées à partir de 2020

Malgré les critiques soulevés par les tests réalisés en Normandie (en particulier concernant le rapport coût/efficacité du système), le dispositif va prochainement être étendu à trois nouvelles régions : la Bretagne, le Pays de la Loire et le Centre-Val de Loire. Au total, ce seront 60 nouveaux véhicules qui seront introduits sur ces territoires à partir de janvier 2020. Ils circuleront 6 heures par jour, 7 jours sur 7.

Avant ce nouveau déploiement, l'État s'est assuré du bon fonctionnement du système et qu'aucun automobiliste ne soit verbalisé à tort. De plus, ce type de contrôle induit une marge de tolérance supérieure : 10 km/h au-dessus de la vitesse autorisée pour les routes limitées à moins de 100 km/h, 10 % de plus pour les autres. Les autorités tiennent donc à rassurer les citoyens respectueux des lois : « Toute personne normalement attentive aux limitations de vitesse peut donc rouler sans crainte d'être verbalisée ».

Source : Autonews

Modifié le 13/05/2019 à 16h32
25 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
La majorité des publicités anti-vaccins sur Facebook issue de seulement deux organisations

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top