Les voitures autonomes favoriseraient le mal des transports

13 avril 2015 à 10h43
0
Des universitaires américains se sont penchés sur la question du mal des transports appliqué aux voitures sans conducteur. L'étude qui en découle évoque une potentielle recrudescence des personnes malades en déplacement dans des véhicules autonomes.

Les voitures autonomes pourront apporter certains avantages aux voyageurs, mais également certains inconvénients à ne pas négliger. L'un d'eux est mis en avant dans une étude menée par deux chercheurs de l'University of Michigan Transportation Research Institute, qui explique que le développement des voitures sans conducteur devrait s'accompagner de celui du mal des transports.

01F4000007989203-photo-flock-voiture-autonome.jpg

En d'autres termes, davantage de personnes pourront être malade dans ce type de véhicule, en particulier ceux qui ont l'habitude de conduire. La raison : à partir du moment où l'on ne contrôle pas le véhicule soi-même, il est impossible d'anticiper de manière optimale les changements de vitesse, les moments où la voiture tourne et tout autre manœuvre sur la route. Or, le mal des transports est justement lié au fait de mal anticiper les mouvements du véhicule, ce qui provoque un conflit entre le sens de l'équilibre et les informations visuelles.

Les chercheurs rappellent d'ailleurs à juste titre que le mal des transports touche bien plus de passagers que de conducteurs de véhicules, ce qui ne va donc pas aller en s'améliorant. Pour leurs recherches, Michael Sivak et Brandon Schoettle ont questionné 3200 personnes adultes à travers le monde, pour leur demander ce qu'ils feraient s'ils se trouvaient dans une voiture autonome. 37% ont cité une activité connue pour aggraver le mal des transports, comme lire, regarder un film ou envoyer des SMS.

De grandes fenêtres pour lutter contre le mal des transports

Pour lutter contre la recrudescence de gens malades dans les voitures autonomes, les chercheurs recommandent certaines mesures aux constructeurs automobiles : opter pour de grandes surfaces vitrées permettant aux passagers de voir un maximum à l'extérieur, et bannir les sièges pivotants pour que les passagers soient toujours face à la route. Par contre, les sièges « entièrement inclinables » sont, eux, recommandés.


A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Il va pleuvoir des radars tourelles, avec 1 200 installations supplémentaires d'ici 2020
Traçage numérique : Emmanuel Macron officialise l'arrivée prochaine d'une application
Porn : Macron veut
Trop chers, pas assez autonomes, les véhicules électriques n'intéressent qu'un français sur dix
Radars tourelles : on les croyait indestructibles, ils ne résistent pourtant pas à la colère de citoyens
De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Amazon suspend provisoirement l'activité de ses centres de distribution français
Le nucléaire provoque-t-il moins de morts que le solaire ou l’éolien ?
Convention citoyenne pour le climat : les propositions phares retenues, et leur avenir
Émissions de CO2 : l'Assemblée nationale vote l'augmentation du malus à 20 000 euros
scroll top