15 ans après son atterrissage sur Titan, l'un des derniers mystères de Huygens est levé !

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
16 janvier 2020 à 09h19
0
Lacs Titan
Vue d'artiste de la surface de Titan à partir des données Cassini-Huygens

Le 14 janvier 2005, la petite sonde européenne Huygens atterrissait sur Titan. Un exploit unique et une descente dans l'atmosphère riche en émotions : le petit véhicule s'était mis à tourner... Dans le mauvais sens !

Date anniversaire

Après son décollage en 1997 accroché sur le « dos » de la sonde Cassini de la NASA, le petit atterrisseur Huygens était longtemps resté inactif... Avant d'être largué le jour de Noël 2004 en direction de Titan, la plus impressionnante lune de Saturne. La descente de Huygens (319 kg) à travers l'atmosphère riche en hydrocarbures dura 2 heures et 27 minutes, au cours desquelles les instruments ont pu enregistrer un trésor de données. Le premier, et pour l'instant le seul atterrissage sur une autre lune que la notre fut une réussite éclatante.

Pourtant, les capteurs de bord ont relevé d'étranges mesures : lors de sa traversée de l'atmosphère de Titan, la sonde s'est mise à tourner dans le mauvais sens.


Le monde à l'envers

Huygens avait besoin de tourner sur son axe pour se stabiliser durant ses trois semaines de vol libre en approche de Titan, et faisait un tour sur elle-même toutes les huit secondes, jusqu'à entrer dans l'atmosphère. Là, mystère : en 10 minutes, la rotation a freiné, puis s'est inversée ! Heureusement, Huygens n'a pas fait la toupie jusqu'à être en danger, et s'est finalement posée sans problème majeur.

Reste qu'il aura fallu plusieurs études pour prouver pourquoi les 36 ailettes fixées sur le bouclier d'entrée atmosphérique n'ont pas réussi à diriger les flux correctement. Grâce à la soufflerie du laboratoire PRISME, à l'Université d'Orléans, des résultats définitifs ont permis comprendre le phénomène : l'antenne du radar altimétrique et le dispositif qui a permis d'éjecter Huygens de Cassini ont créé suffisamment de perturbations dans le flux aérodynamique pour inverser la rotation.


Essais en soufflerie d'une maquette de Huygens


Repartons gaiement vers Titan

15 ans après, il est important d'avoir bien résolu ce problème. D'une part parce qu'une autre mission est actuellement en préparation pour partir sur la surface de Titan (Dragonfly, de la NASA), et d'autre part pour ne pas répéter cette erreur dans une autre atmosphère, comme celle de Mars, Venus ou la Terre, avec des conséquences plus dangereuses pour la mission.

Au cours de sa descente, Huygens a tout de même pu mesurer les vents, identifier les hydrocarbures contenues dans l'atmosphère, détecter les signes des processus internes de Titan comme le cryovolcanisme, et fournir de nombreuses images...

Source : ESA
Modifié le 16/01/2020 à 09h19
7
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
scroll top