La sonde OSIRIS-REx en pleine phase de sélection de son futur site d'atterrissage

05 décembre 2019 à 15h25
3
bennu

La sonde OSIRIS-REx se lancera bientôt dans la partie la plus complexe de sa mission d'exploration de l'astéroïde Bennu. Elle a ainsi choisi quatre sites potentiels où prélever un échantillon, chacun présentant un véritable défi technique pour les chercheurs. Bientôt, ils auront la lourde tache de choisir sur lequel la sonde devra se poser.

Lancée en 2016, la mission OSIRIS-REx de la NASA nous a d'ores et déjà appris beaucoup de chsoes sur l'astéroïde géocroiseur Bennu. Après en avoir capturé des clichés saisissants, la sonde a découvert la présence de minéraux hydratés à sa surface. Désormais, c'est la partie la plus complexe de la mission qui est sur le point de débuter.

Sandpiper, Osprey, Kingfisher ou Nightingale ?

En effet, le but principal d'OSIRIS-REx est de récolter un échantillon de l'astéroïde afin de le ramener sur Terre. Pour cela, la sonde a identifié quatre sites potentiels où se poser, et a passé plusieurs mois à les survoler afin de les analyser plus précisément. Malgré leurs nombreux avantages, chacun présente également de grandes difficultés.

La sonde a tout d'abord étudié Sandpiper, l'un des sites en apparence les plus accessibles. Les chercheurs ont néanmoins remarqué, grâce aux nombreux survols et données collectées par OSIRIS-REx, que le site mettrait le mécanisme de récupération de l'échantillon en grande difficulté.

Le deuxième site potentiel est nommé Osprey : il abrite des matériaux riches en carbone, mais aussi des objets bien trop larges pour être collectés par la sonde.

OSIRIS-REx s'est également rendue au-dessus du site Kingfisher. Cette zone présente un avantage certain puisqu'elle est située dans un cratère récent, où les matériaux sont plus frais et moins abîmés. Malheureusement, les images haute définition ont révélé que le sol y était très rocailleux rendant la mission plus périlleuse.

Enfin, Nightingale est également un lieu où se trouvent des matériaux qui n'ont pas encore été altérés, les chercheurs craignent toutefois que sa position, qui se trouve très au nord de l'astéroïde, n'entraîne des problèmes de déplacement pour la sonde.



Un défi technique immense

Le choix du site est crucial pour le reste de la mission. Comme l'explique Heather Enos de l'université de Tucson, l'endroit doit être optimal en termes de « sécurité de la sonde spatiale, de présence de matériaux échantillonnables et de valeur scientifique ». C'est donc un immense défi technique qui attend les chercheurs, qui ont tout mis en œuvre pour que tout se passe pour le mieux.

Pendant la phase de reconnaissance, ils ont ainsi établi une cartographie précise de Bennu afin d'intégrer cette dernière dans le système de navigation d'OSIRIS-REx. En outre, une nouvelle fonctionnalité de sécurité a été implémentée dans la sonde : si cette dernière détecte la présence d'un danger, comme un sol trop rocheux, alors elle n'effectuera pas l'échantillonnage.

Les scientifiques estiment que plusieurs tentatives seront ainsi nécessaires avant que l'engin puisse mener à bien sa mission. Pour rappel, le retour d'OSIRIS-REx sur Terre est prévu pour 2023.

Source : Space Daily
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Fulmlmetal
Oh là, l’info a 4 mois. Vous n’êtes pas en en retard d’un wagon, là c’est carrément de quatre trains.<br /> Futura<br /> La Nasa sélectionne 4 sites d’atterrissage sur l’astéroïde Bennu<br /> La Nasa a bien du mal à trouver un site sur l'astéroïde Bennu où la sonde Osiris-Rex ira prélever des échantillons pour les rapporter sur Terre. Quatre ont donc été présélectionnés. Le Français...<br /> Bon quite à avoir du retard il aurait été bon de donner certaines infos et de bonnes infos. Parler du choix de 4 sites c’est bien mais ça aurait été bien de dire quand la décision sera prise et quand devrait avoir lieu cet « atterrissage ».<br /> Pour votre info la décision est pour ce mois de décembre et « l’atterrissage » sera au second semestre 2020. D’ailleurs il n’y aura pas d’atterrissage, en aucun cas la sonde ne se posera, elle n’est pas équipée pour cela et risquerait d’etre endommagée, en réalité elle s’approchera au plus près du sol sans le toucher, et un bras viendra collecter des échantillons sur le sol.
Gus_71
Merci Missié !<br /> Pourrais-tu STP nous rappeler où tu as diffusé auparavant tes infos « exclusives » ?<br /> C’est bien sûr beaucoup plus facile de « se la péter » en agressant un site d’infos générales (et non spécialisé sur ce sujet), dont l’article m’a appris (ou remémoré) pas mal de choses …
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Des smartphones Android hackés pour y faire tourner Windows 10 ARM
Opera 55 implémente une fonctionnalité qui force le mode sombre sur n'importe quel site
Le MIT a conçu une IA qui aide à comprendre certaines lois de la physique
Espagne : Amazon va construire une centrale solaire de 149 MW pour alimenter AWS
Idée cadeau de Noel : disque dur externe portable Seagate de 5 To pour moins de 100€
Idée cadeau de Noël : jeu physique et numérique Lego
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Cinq nouvelles banques françaises seront compatibles Apple Pay dans quelques semaines
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
La Chine ambitionne de construire une centrale solaire spatiale d'ici 2035
Haut de page