Ikéa étudie de près les habitats martiens

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
04 décembre 2019 à 18h45
0
MDRS sunrise
Le soleil se lève sur Mars (sur l'Utah, en fait)

L'entreprise, qui fait office de référence pour l'aménagement des espaces réduits, avait envoyé des designers s'inspirer des simulations de mission martienne. Elle souhaite désormais proposer ses propres solutions.

De Mars à la Terre...

Pour de futurs voyageurs vers Mars ou la Lune, les espaces ne ressembleront pas forcément à ce que Hollywood a pu nous proposer. À l'image de la station spatiale internationale au sein de laquelle chaque volume peut être exploité pour une expérience, il faudra optimiser au maximum ces habitats pour qu'ils soient efficaces, mais aussi agréables à vivre : pas facile lorsqu'il n'y a que quelques mètres-cube à disposition.

En 2017, Ikea avait envoyé une équipe de designers visiter la base MDRS (Mars Desert Research Station) dans le désert en Utah (USA) : une base de « simulation » utilisée par des équipes de recherche, mais aussi des étudiants, pour de courts et moyens séjours. On y teste les conséquences de l'isolation, les conditions d'une mission, la réaction des participants à tel ou tel événement, ainsi que les différentes options de recherche qui s'offriront (peut-être) un jour à des humains sur Mars. L'habitat (le Hab) mesure 8 mètres de haut et comporte deux étages : laboratoire et atelier en bas, chambres et cuisine en haut. Six personnes doivent y cohabiter.

Imprononçable, mais confortable

Si l'expérience de 2017 visait pour les designers d'Ikea à s'imprégner de ces difficultés pour créer des objets plus pratiques pour de petits espaces sur Terre, les rôles ont à présent été inversés : Ikea a en effet proposé à Christina Levenborn d'aménager l'intérieur du MDRS pour le rendre plus efficace et pratique. Un exercice qui a porté ses fruits : des meubles reconfigurables et assemblables pour l'atelier et le laboratoire, des ensembles empilables et pliables pour les espaces communs, des crochets, rangements organisés et ambiances tamisées pour les (minuscules) chambres individuelles... Ce sont d'ailleurs ces dernières, qui sont les seuls espaces véritablement personnels, qui ont demandé le plus de travail, l'objectif étant de ne pas faire ressentir l'isolement, tout en offrant un lieu « confortable et rassurant ».

Ikea ne vise (pas encore) Mars

La designer a pu s'appuyer sur des années de recherche sur les petits espaces, compilant notamment des milliers d'interviews, dont les résultats sont publiés dans les rapports (publics) d'Ikea nommés « Life at Home ». L'exercice, en plus d'être un challenge, tendait également à montrer que même si les besoins et les objectifs de vie évoluent, avec des humains qui pourraient se rendre « ailleurs », il resterait toujours des composantes essentielles pour un « chez soi » : parmi elles, le besoin de se réunir et de disposer ensemble d'une sensation de sécurité, de confort et de bien-être.

Source : Fast Company
5
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Coronavirus : le traçage numérique
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
scroll top