Bientôt la dernière ligne droite pour les parachutes d’ExoMars

ExoMars parachutes
Les véhicules et parachutes de la mission ExoMars 2020

La mission collaborative entre l'ESA et Roscosmos (Russie) doit décoller l'été prochain pour la surface de Mars.

L'atterrisseur et le petit robot sont presque prêts, mais un doute subsiste concernant les parachutes, qui vont démarrer leurs derniers essais.

Il n'y a plus qu'à...

C'est la dernière ligne droite. L'atterrisseur russe (Kazachok de son petit nom) a passé différents tests ces derniers mois, et le petit robot Rosalind Franklin de l'ESA est déjà replié. Leur mission vers la surface de Mars, second volet de l'aventure ExoMars, est en préparation depuis plus de six ans. Ils sont d'ailleurs attendus sur place par l'orbiteur ExoMars TGO, la sonde la plus imposante actuellement en orbite de la planète rouge... Mais la décision d'envoyer la mission repose sur les résultats des tests des parachutes, qui ont démarré au sol et vont se prolonger début 2020 avec des essais critiques en vol.

Freiner à travers l'atmosphère martienne

La descente vers la surface de Mars est un exercice complexe, que seule la NASA est parvenue à maîtriser ces dernières décennies. Pour réussir à se poser en douceur, la mission ExoMars utilisera d'abord un bouclier thermique, qui freinera l'appareil dans les hautes couches de l'atmosphère, avant de le larguer, et de déployer un premier parachute de 15 mètres de diamètre à vitesse supersonique. Lorsque ce dernier aura suffisamment freiné le véhicule, un second parachute de 35 mètres de diamètre, le plus grand jamais déployé sur une mission martienne, prendra le relais jusqu'à 1 km de la surface. La phase d'approche et de freinage terminale sera quant à elle gérée par de petits propulseurs.

Problème : lors d'un test (sur Terre) au mois de mai, les deux parachutes principaux se sont déchirés lors de leur extraction. Et rebelote en juillet avec le plus imposant des deux, malgré un changement de design du système...

Quatre mois pour tout valider

Après une dernière modification, les deux systèmes de parachutes ont été envoyés aux USA en Oregon, où ils vont être testés en vol au premier trimestre 2020. Aidés par les ingénieurs du laboratoire JPL (celui qui s'occupe des atterrisseurs martiens de la NASA), les équipes d'ExoMars vont une nouvelle fois soumettre les systèmes de parachutes à des largages en février et mars prochain. Un comité devra alors prendre la difficile décision d'envoyer ou non la mission vers Mars : c'est le dernier moment pour intégrer les parachutes sur le véhicule à Cannes avant qu'il soit envoyé à Baïkonour pour un décollage à partir du 26 juillet prochain.

Si le système n'est pas validé et doit être redessiné, atterrisseur et rover seront stockés durant deux ans en attendant la prochaine fenêtre de tir vers Mars à l'automne 2022. La facture augmenterait alors de plusieurs dizaines de millions de dollars. Mais atterrir en sécurité sur la planète rouge a-t-il un prix ?

Source : ScienceMag
Modifié le 28/11/2019 à 14h45
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Intel lance ses nouveaux SSD 665p en QLC seconde génération
1 Français sur 10 possède désormais une enceinte connectée chez soi, en faites-vous partie ?
Black Friday : Canon EOS 4000D + Objectif EF-S 18-55mm III à prix choc
Black Friday Cdiscount : Xiaomi Mi Note 10 + Mi Band 4 à 509,90€ via ODR
Black Friday 2019 : Pack Xbox One S All Digital + PC Portable HP 14
Black Friday 2019 : Pack PS4 500Go + 2ème manette + 2 jeux à moins de 300€ chez Cdiscount
Le ransomware Clop serait à l'origine de la cyberattaque du CHU de Rouen : les détails de l'ANSSI
Black Friday Amazon : Disque dur portable WD My Passport Ultra 2To à 88,62€
Panasonic stoppera sa production de dalle LCD en 2021
Haut de page