Sur la Lune, la cohabitation avec la poussière lunaire ne sera pas facile

apollo 11
On laisse des traces sur la Lune. L'inverse aussi ?

Si de futurs explorateurs sont amenés à passer des semaines, voire des mois sur la Lune, ils seront confrontés à la poussière lunaire, un matériau fin qui s'infiltre partout et qui a de dangereuses propriétés abrasives.

« Je pense qu'on peut surmonter tous les aspects physiologiques et mécaniques, sauf la poussière lunaire » avouait en son temps Eugene Cernan, dernier marcheur lunaire et celui à avoir passé le plus de temps sur notre satellite naturel. Il faut dire que la poussière lunaire colle aux combinaisons, s'infiltre dans les plus petits plis, et que les astronautes en ont respiré à la minute où ils ont enlevé leurs casques à bord de leurs modules lunaires. Tous ont décrit cette odeur de façon relativement similaire, ressemblant au parfum de la poudre restant dans l'air après une déflagration (sans toutefois le côté métallique). Mais chez certains elle a eu un effet immédiat, comme pour Harrison « Jack » Schmitt, chez qui elle a presque immédiatement déclenché des symptômes que l'on décrirait couramment comme ceux du rhume des foins. Une première... Mais pas une dernière ?

La poussière lunaire à la loupe

Depuis les années 70, le corps médical s'est largement emparé de la question de la poussière spatiale. Avec un constat partagé : cette dernière devrait mettre des bâtons dans les roues des futurs marcheurs et potentiels habitants lunaires.

Une étude publiée en avril 2018 mettait par exemple le doigt sur les effets toxiques de poussière lunaire simulée sur des cultures de cellules pulmonaires et neurologiques. Selon John Cain, expert anglais sur la question, il faut pousser plus loin les investigations sur ces effets, et trouver de nouveaux moyens de se protéger de l'exposition aux poussières lunaires. Car respirer ces particules serait aussi dangereux que de travailler dans une mine de charbon sans les protections adéquates, et leurs effets sur le matériel sont tout aussi ravageurs : dommages sur les tissus, rayures sur les verres et les visières, encrassement rapide des pièces mécaniques mobiles...


Ces grains qui peuvent être invisibles à l'œil nu représentent un véritable défi. Et pas question d'envoyer des explorateurs sans leur fournir une solution pour parer aux risques à court et moyen terme.

Des poussières en opportunités

Lorsque les agences se seront sérieusement occupé du problème pour éviter au maximum de mettre les humains au contact des poussières lunaires et pour rendre les équipements résistants, John Cain estime qu'il sera possible de transformer ces nouvelles connaissances pour de nouvelles applications sur Terre.


Lutter et comprendre comment se dissémine la poussière lunaire sur les poumons en gravité réduite, c'est aussi pouvoir développer de nouveaux moyens de renforcer la santé sur notre planète, ou de créer de nouveaux médicaments. Et de la même façon, étudier les effets de ces poussières abrasives (et de s'en protéger) sur la peau pourrait fournir de nouvelles pistes pour des cosmétiques des futures générations. D'ici là, sortez couverts.

Source : Space
Modifié le 22/10/2019 à 09h30
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
14
11
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Facebook : Mark Zuckerberg n'a pas l'intention de censurer les annonces politiques
Casque audio Beats en promo sur Rakuten
Le routeur Google Wifi à seulement 79,99€ au lieu de 139,99€
Netflix n’empêchera pas (tout de suite) de partager votre compte avec vos amis
Pour l'achat du Xiaomi Redmi Note 5, le bracelet Mi Band 3 offert pour moins de 120€
Sur Android TV, le Play Store s'offre une refonte
Samsung pense pouvoir écouler entre 5 et 6 millions de smartphones pliables l'année prochaine
Corsair dévoile de nouveaux modèles de PC gamer One et One Pro
Faites vous plaisir avec le Samsung Galaxy Note 10 Plus en promotion
Haut de page