La Lune, Mars, Vénus : le programme spatial indien voit plus loin

Benoît Théry Contributeur
10 septembre 2019 à 19h36
0
ISRO

Il y a quelques jours, la sonde indienne Chandrayaan-2 échouait à se poser sur le sol lunaire. Mais qu'importe : les responsables de l'ISRO (Indian Space Research Organisation) pensent déjà à la suite.

Le programme indien envisage déjà de retenter un alunissage, mais inclut aussi des explorations de Mars et même de Vénus.

« Le meilleur reste à venir »

L'échec de Chandrayaan-2 ne semble pas décourager le programme spatial indien. Pour le Premier ministre Nahrendra Modi, « le meilleur reste à venir. Il y a de nouvelles frontières à découvrir, de nouveaux endroits où aller ». Le meilleur, dans le cas présent, concerne aussi bien la Lune que d'autres planètes du système solaire.

La prochaine mission spatiale de l'Inde, si elle est approuvée par son gouvernement, sera plus ambitieuse que Chandrayaan-2. L'Inde collabore actuellement avec l'Agence aérospatiale japonaise, la JAXA, pour envoyer un rover à haute durée de vie au pôle Sud de la Lune en 2023. Les deux pays concurrenceraient alors la NASA, qui souhaite envoyer une mission habitée dans cette même région un an plus tard. L'objectif : réussir à creuser et à trouver de l'eau gelée sur cette partie de la Lune que la lumière du Soleil n'atteint pas.


Le programme envisage également de nouvelles missions, à commencer par Chandrayaan-3, à destination de la Lune. L'objectif pour l'Inde est, outre l'atterrissage et l'excavation, d'emmener des Hommes dans l'espace. Mais le pays a également en vue d'envoyer des sondes vers Mars et Vénus.

Au-delà de la Lune

Si l'on excepte la Lune, l'ISRO poursuit le reste de son programme à destination des autres planètes de notre système. L'Inde a réussi son premier exploit concernant Mars en 2014, lorsque sa sonde MOM (pour Mars Orbiter Mission) est parvenue à pénétrer l'orbite martienne et à transmettre des informations. Un succès notable quand on sait les problèmes techniques que peut provoquer l'atmosphère de Mars : en 2016, la mission russo-européenne Schiaparelli a échoué à atterrir sur Mars.

Après ce succès, MOM 2 doit aller plus loin, analysant la morphologie, l'atmosphère et la minéralogie de la planète rouge. Celle-ci n'est pas prévue avant 2022.


Et puis, l'Inde met au point un ensemble de vaisseaux destinés à atteindre et à analyser d'autres destinations. En 2020, la mission Aditya-L1 doit examiner la couronne solaire, c'est-à-dire la partie extérieure de l'atmosphère du Soleil, responsable du « climat spatial » susceptible d'endommager les satellites, et à l'origine de certaines aurores boréales. D'autres missions, baptisées XPoSat et Shukrayaan, doivent respectivement observer la polarisation des sources de rayons-X et examiner la planète Vénus.

Source : Space.com
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
Le trou dans la couche d'ozone n'a jamais été aussi petit depuis les années 1980

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top