Les scientifiques viennent d'observer la collision entre deux étoiles à neutrons

04 mai 2019 à 12h37
0
Galaxie

Le 25 avril, grâce au LIGO (Observatoire d'interféromètre laser à onde gravitationnelle), récemment réouvert, un phénomène spectaculaire a été observé : une ondulation dans l'espace-temps qui suggère une collision entre deux étoiles à neutrons incroyablement denses. C'est arrivé il y a plus de 500 millions d'années, mais nous ne l'avons repéré qu'à présent sur Terre.

Une découverte qui en cache une autre

Le LIGO a enregistré les ondes gravitationnelles après sa réouverture en avril, aux côtés du détecteur européen Virgo. Les installations avaient été fermées pour des mises à jour importantes : suite à ce contre-temps, les scientifiques espèrent ainsi et à présent faire de nouvelles découvertes.

De fait, la découverte la plus importante reste sûrement à venir. Le 26 avril, au lendemain de l'observation de la collision des deux étoiles par LIGO, les scientifiques ont repéré une autre source : une collision potentielle entre une étoile à neutrons... et un trou noir. Si cela est bel et bien confirmé, ce sera ainsi la première fois que les scientifiques enregistrent une telle collision. "L'univers nous maintient en haleine", a déclaré Patrick Brady, professeur de physique à l'Université du Wisconsin-Milwaukee. Le seul problème : le signal de cette collision était trop faible. "C'est comme si on écoutait quelqu'un chuchoter un mot dans un café très fréquenté", a expliqué Brady, "il peut être difficile de comprendre le mot, ou même d'être sûr que la personne chuchote du tout. Il faudra un certain temps pour arriver à une conclusion".

LIGO et Virgo disposant de trois installations distinctes permettant des localisations précises, la possible collision entre le trou noir et l'étoile à neutrons aurait eu lieu à 1,2 milliard d'années-lumière.

LIGO et Virgo à la recherche de nouvelles collisions

Pour ce qui est de l'autre collision d'étoiles à neutrons (hors trou noir) il est plus complexe de déterminer son emplacement. Seul deux des trois installations ont enregistré cet événement, ce qui signifie que les astronomes devront scanner 25% du ciel pour en trouver la source.

Selon Brady, il est difficile de repérer la localisation de l'événement en raison de la quantité de ciel à couvrir et des changements rapides de luminosité. LIGO et Virgo offriront à priori davantage de possibilités en recherche d'explosions et de collisions et ce, au cours de l'année prochaine.

Depuis qu'il a été remis en route, LIGO (associé à Virgo), a également repéré trois collisions de trous noirs.
Modifié le 10/05/2019 à 13h03
10
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Volvo va brider toutes ses nouvelles voitures à 180 km/h pour lutter contre l'insécurité routière
La NASA vous explique pourquoi la montée des eaux est difficilement perceptible
StopCovid : voici à quoi ressemble l'application, captures d'écran à l'appui
Voiture électrique : un nouveau barème pour le bonus écologique et la prime à la conversion
Les constructeurs tentent l'aventure de la voiture électrique depuis près de 50 ans
En attendant le nouvel essai de vol habité de Crew Dragon, regardez le replay du live de mercredi !
Windows 10 : la mise à jour de mai arriverait dans la semaine, mais pas en automatique
Tesla va augmenter le prix de son AutoPilot, Elon Musk explique pourquoi
Porsche va devoir limiter les ventes de la Taycan pour réussir à contenter les clients
scroll top