Mars pourrait bien contenir suffisamment d'oxygène pour héberger la vie

Par
Le 23 octobre 2018
 0
mars

Dans une nouvelle étude publiée dans les colonnes de Nature Geoscience, des chercheurs ont démontré que l'eau salée présente sous la surface de Mars pourrait contenir suffisamment d'oxygène pour héberger des formes de vie.

De toute évidence, Mars occupe une place centrale dans l'actualité de la conquête spatiale : en juillet dernier, un lac liquide avait par exemple été découvert à plus de 20 kilomètres de profondeur de la planète, quand le rover Opportunity, toujours réduit au silence par la gigantesque tempête de poussière observée par les scientifiques, tente tant bien que mal de se réveiller.

« La vie sur Mars a assez d'oxygène pour respirer »

Cette fois-ci, c'est sur de la potentielle vie martienne qu'une équipe de chercheurs s'est focalisée. Et la dernière étude parue dans les colonnes de Nature Geoscience, relayée par Mashable, nous apprend ainsi que l'eau salée trouvée sous la surface de la planète rouge pourrait contenir suffisamment d'oxygène susceptible de subvenir aux besoins de plusieurs formes de vie présentes sur Terre il y a des milliards d'années.

« Nous avons découvert que la vie sur Mars - si jamais elle a existé ou existe encore - avait assez d'oxygène pour respirer », a déclaré Vlada Stamenkovic, l'un des scientifiques à la tête de l'étude et chercheur au laboratoire JPL de la Nasa. La très faible présence d'oxygène dans l'atmosphère de la quatrième planète de notre système solaire a logiquement poussé les chercheurs à regarder vers les profondeurs.

L'oxygène est plus soluble dans les eaux à basse température

Le groupe de scientifiques a alors mis en place des modèles, avec lesquels ils observent comment l'oxygène se dissoudrait dans de la saumure martienne (un mélange d'eau et de sels en forte concentration). Résultats : l'oxygène est plus soluble dans les eaux à basse température et à forte teneur en sel. « Nous montrons où sont les meilleurs endroits pour trouver de l'oxygène dissoute sur la planète aujourd'hui », précise Vlada Stamenkovic.

Et d'enchaîner : « Certaines régions permettent même une solubilité de l'oxygène suffisante pour permettre à des animaux simples, comme les éponges, de respirer ». Des déclarations qu'il tient à tempérer, en affirmant que leurs « résultats n'impliquent pas qu'il y a de la vie sur Mars », mais qu'ils « montrent que l'habitabilité martienne est affectée par le potentiel d'oxygène dissous », conclut-il.
Modifié le 23/10/2018 à 15h06

Les dernières actualités Conquête spatiale

scroll top