Cet astéroïde menace la Terre ? Pas de panique, voici notre guide pour naviguer dans l'actu

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
17 mars 2023 à 18h18
21
Ce ne sont pas les belles vues d'artistes qui manquent (notez que ce n'est pas la Terre derrière, pour une fois) © N.A.
Ce ne sont pas les belles vues d'artistes qui manquent (notez que ce n'est pas la Terre derrière, pour une fois) © N.A.

Qu'il s'agisse d'une nouvelle découverte ou d'un astéroïde géocroiseur revenant à proximité de la Terre après plusieurs années, vous allez voir de nombreuses informations erronées. De la fake news à la mauvaise traduction, faisons un peu le tour des écueils à éviter. Et surtout, souvenez-vous : pas de panique.

Et une bonne dose d'indulgence…

Cet astéroïde va-t-il frôler la Terre ?

Tout d'abord, il faut revenir un peu sur ce que sont les astéroïdes géocroiseurs. Du moment qu'il s'agit de corps mineurs du Système solaire et que leur orbite passe à moins de 200 millions de kilomètres du Soleil (ou 1,3 unité astronomique), ils entrent dans cette catégorie. Inutile de le préciser, mais cette dernière compte évidemment des dizaines de milliers de membres, dont plusieurs milliers sont découverts chaque année. Ils sont d'ailleurs répartis en différentes familles (Apollon, Aten, Amor, Atira), mais ce n'est pas le sujet du jour. Ce qu'il faut retenir, c'est que les géocroiseurs (ou NEO, pour Near Earth Objects en anglais) ne sont pas nécessairement proches de la Terre.

La "patate" Itokawa, observée par la mission japonaise Hayabusa, est un géocroiseur © ISAS / JAXA
La "patate" Itokawa, observée par la mission japonaise Hayabusa, est un géocroiseur © ISAS / JAXA

Mieux, parmi ces géocroiseurs, on retrouve les objets « potentiellement dangereux ». Cela fait toujours hausser un sourcil lorsqu'on lit un article : voici un astéroïde géocroiseur potentiellement dangereux. Mais là encore, c'est une étiquette qui ne reflète pas réellement le risque. En effet, un PHO (Potentially Hazardous Object) est un astéroïde géocroiseur brillant ou d'au moins 140 mètres de diamètre, amené à passer à moins de 20 fois la distance Terre-Lune, soit la bagatelle de 7,7 millions de kilomètres. Eh oui, ils ont reçu cette étiquette car ils ont été, ou pourraient être (notez bien le conditionnel), amenés dans les milliers d'années à venir à passer près de la Terre ou sur la trajectoire de la Terre.

Alors, à votre avis, est-il bien nécessaire d'écrire ou d'aller lire un article sur un astéroïde qui va « frôler » notre planète, sous prétexte que c'est un géocroiseur potentiellement dangereux ? Ce n'est pas à nous de juger, mais juste une information de fréquence : dans la seconde moitié du mois de mars 2023, ce sont au moins 8 astéroïdes géocroiseurs qui vont s'approcher de notre planète, et tous sont classés « potentiellement dangereux ». Aucun ne passera cependant à moins de 2,8 millions de kilomètres, ils auront donc autant d'influence sur vous que du sel de table manipulé en Islande, ou que votre signe astrologique.

L'astéroïde Bennu, dont la NASA a prélevé quelques centaines de grammes (qui sont en route pour la Terre), était à un moment donné l'un des plus dangereux des astéroïdes présents sur les listes. Mais il ne frappera pas la Terre © NASA
L'astéroïde Bennu, dont la NASA a prélevé quelques centaines de grammes (qui sont en route pour la Terre), était à un moment donné l'un des plus dangereux des astéroïdes présents sur les listes. Mais il ne frappera pas la Terre © NASA

Sa taille est exprimée en crocodiles du Nil : c'est pour vous faire cliquer

Il peut être scientifiquement intéressant d'observer un astéroïde géocroiseur, qui plus est un « potentiellement dangereux » lors de son passage près de la Terre. Cela permet de bien le documenter, de comprendre éventuellement d'où il vient, ou tout simplement d'affiner les estimations de sa taille et de sa masse. Mais en dehors de quelques clichés radars ou de passages extraordinairement rares d'astéroïdes suffisamment proches pour que les images puissent révéler quelque chose, on n'y verrait qu'un point ou une courbe spectrale qui permet d'analyser les matériaux. Pas très vendeur…

Mais ce n'est pas grave, la tendance est autre. Comme le public s'est un peu lassé de tous ces astéroïdes qui « frôlent » la Terre, et que la réputation des Américains avec le système de mesure international n'est plus à établir, les cotes des astéroïdes sont exprimées n'importe comment. Un rocher de 4 girafes de large, un autre gros comme 3 frigos, ou un pâté de maisons, 8 autobus… Tout pour se démarquer.

En réalité si quelques-uns des premiers titres d'article versaient dans la démesure avec humour, c'est devenu une pratique courante : pour râler, lire ou aller commenter, le public clique. Ironiquement, la NASA n'est pas étrangère à ce phénomène, à force de marteler que l'ISS est large comme un terrain de football et que les CubeSats font la taille d'une boîte à chaussures. Les comparaisons, pourquoi pas, mais quand c'est trop exotique, c'est qu'il n'y a rien d'autre à raconter.

Modélisation de la surface de l'astéroïde Apophis, l'un de ceux dont on sait exactement qu'ils vont passer très près de la Terre © NASA
Modélisation de la surface de l'astéroïde Apophis, l'un de ceux dont on sait exactement qu'ils vont passer très près de la Terre © NASA

Les agences spatiales font de bien mauvais complots

Certains voudraient parfois croire que les agences spatiales (saviez-vous que NASA, ça fait SATAN si on fait n'importe quoi avec 20 % de lettres en plus ?) cachent la présence d'astéroïdes de « fin du monde ». Si Hollywood a également utilisé ces ficelles, la réalité est bien plus ennuyeuse. En effet, les listings des découvertes d'astéroïdes sont générés automatiquement. Ils sont la plupart du temps découverts par des logiciels spécialisés à la suite d'observations qui font peu appel à l'humain.

Ce sont ensuite les scientifiques qui vont confirmer la présence (ou le faux positif), mais aussi affiner la trajectoire définie en observant les astéroïdes découverts pour pouvoir les classer dans les géocroiseurs, les « potentiellement dangereux », voire en les faisant monter dans les différents formats de « listes de risque ». Car oui, les agences comme la NASA et l'ESA ont bel et bien un classement public des astéroïdes qui vont passer au plus près de la Terre. Il est actualisé chaque jour ou presque en fonction des dernières observations.

Un simple exemple ? Le 26 février dernier, l'observatoire de l'Atacama a détecté 2023DW, d'environ 50 mètres de diamètre, qui est resté une dizaine de jours au sommet de la liste des astéroïdes les plus dangereux, la « risk list ». Mais les observations se multiplient, et les scientifiques ne calculent plus qu'un risque de collision le 14 février 2046, évalué à 1 sur 1 953. Ce processus est parfois lent. Les astéroïdes ont des trajectoires qui les conduisent parfois hors des champs de vue durant plusieurs mois… Il est toutefois public et rien n'est masqué. De la même façon, lorsqu'un petit astéroïde a été détecté à la mi-février quelques heures avant de traverser le ciel de Normandie, l'annonce a tout de suite été propagée.

9 fois sur 10, les petits astéroïdes ne font rien d'autre que de jolies lumières, comme ici © Port d'Arzal, Morbihan
9 fois sur 10, les petits astéroïdes ne font rien d'autre que de jolies lumières, comme ici © Port d'Arzal, Morbihan

Apprendre rapidement à faire le tri

Il n'y a actuellement aucun astéroïde, zéro, connu avec une trajectoire l'amenant à entrer en collision avec la Terre. Même Apophis, celui qui a longtemps fait peur à de nombreux prédicateurs et qui, pour le coup, frôlera vraiment la Terre à moins de 35 000 kilomètres d'écart en 2029. Cela ne veut pas dire que ça n'arrivera jamais.

Le plus simple, si vous lisez une annonce spectaculaire en ce sens, est d'aller vérifier par vous-même sur la fameuse « risk list », sur laquelle vous allez découvrir plusieurs nombres. Le premier est le diamètre, suivi par la date de l'approche de astéroïde vers la Terre, qui lui a donné sa place sur la liste.

Suivent la probabilité mathématique d'impact (IP) et deux indicateurs relatifs avec des échelles différentes, qui permettent avant tout de se faire une idée des risques d'impacts importants : l'échelle de Palerme (si elle est négative, il n'y a aucun risque avéré) et l'échelle de Turin (qui peut faire hausser les sourcils si elle dépasse 2). Si vous n'avez pas envie de les déchiffrer, il suffit d'observer ces valeurs et de ne pas oublier de regarder depuis quand l'astéroïde a été découvert. Si c'est moins d'un mois et que le risque de collision est dans plusieurs décennies, alors le calcul sera probablement affiné plus tard. Apophis avait très brièvement atteint une échelle de Palerme positive et une échelle de Turin de 4.

Le top de la "risk list" de l'ESA au 15 mars. Les risques sont réévalués automatiquement en fonction des observations et des trajectoires © ESA
Le top de la "risk list" de l'ESA au 15 mars. Les risques sont réévalués automatiquement en fonction des observations et des trajectoires © ESA

De façon plus prosaïque, il est même possible d'aller regarder les éphémérides de passage de l'astéroïde près de la Terre. Il y a un faible mais persistant risque d'impact si la distance minimale du survol de la Terre est inférieure à la marge d'erreur sur la trajectoire… Mais les probabilités et les échelles fixées plus haut donnent généralement une meilleure image globale de la situation.

Et si jamais on se faisait percuter ?

Toujours pas de panique. Si l'astéroïde ne fait que quelques mètres de diamètre, il n'y a rien à faire. Il va très certainement se consumer dans une splendide traînée lumineuse, que ce soit au-dessus de l'océan (c'est le plus probable, puisque cela représente 72 % de la surface de la Terre) ou juste au-dessus de chez vous. Notifiez le Geipan si jamais, cela peut aider les scientifiques à retrouver des morceaux d'astéroïdes. Si le caillou spatial est plus gros, eh bien, ça dépend. Un météore comme celui de Chelyabinsk en 2013 peut faire beaucoup de dégâts s'il est dense, malgré un diamètre compris entre 10 et 15 mètres. Pour ceux-ci, il faut espérer faire progresser nos moyens d'observation pour en détecter un maximum, mais ils ne présentent toujours pas de risque majeur.

Le visuel "classique" accompagnant un astéroïde qui va frôler la Terre © Crédits inconnus
Le visuel "classique" accompagnant un astéroïde qui va frôler la Terre © Crédits inconnus

Au-delà cependant, on peut estimer qu'il y a un danger avéré, et si jamais les observatoires détectaient un candidat avec une probabilité suffisamment élevée de collision, une mission pourrait être envoyée afin de le dévier. C'est l'avantage, depuis 2022, la méthode est considérée comme effective. Seul écueil, il faut du temps… Et plus l'astéroïde venant nous percuter sera gros, plus il faudra s'y prendre tôt pour espérer le dévier. Toutefois, pas d'inquiétude particulière : il en reste de moins en moins qui échappent aux détections. Et promis, si cela devait arriver, on ne râlera pas sur les articles d'actualité.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (21)

Pernel
Spoiler : non, aucun ne va frôler la terre. La terre est en permanence surveillée pour ça, si un se rapproche trop, on le saura à l’avance et des mesures seront prises.
Martin_Penwald
Vous auriez pu mentionner (29075) 1950 DA, qui est à ce jour l’astéroïde qui a le plus de risque d’entrer en collision avec la Terre. En 2880.
keyplus
ebottlaender
Exemple type de celui qui n’a pas lu l’article, en fait.
ebottlaender
Non, ce n’est pas celui qui a la plus grande probabilité. Elle est évaluée à 1/51020…<br /> Et c’est dans la Risk List (Special Risk List &gt; 100 ans, en bas) du site dont on a mis le lien
v1rus_2_2
Bruce Willis: ah shit, here we go again
Zimt
Pas de vrai risque de collision avant les 100.000 prochaines années, en fait…
Francis7
C’est vrai que l’on peut lire pas mal de news sur les astéroïdes. Le plus récent qui a frôlé la Terre avait un diamètre suffisant pour détruire des hectares de forêt en Sibérie, en 1908.<br /> Le plus étrange, c’est que cela se serait reproduit il y a quelques années seulement, toujours en Sibérie, décidément : les gens ont découvert avec surprise des forêts dévastées et puis cela a été attribué à l’explosion une météorite en altitude comme une bombe atomique. Mais, cela n’avait pas été prévu par les scientifiques. Heureusement que ce n’était pas au dessus de Paris par exemple, sinon quoi ?<br /> La Terre compte de nombreux cratères d’impact : il peut y en avoir des dizaines sur quelques Km carré. Il y en a des gros un peu partout dans le monde.<br /> Et puis, il y a 66 millions d’années à l’heure du début de l’extinction massive de la faune sur Terre comprenant les dinosaures, les volcans massifs indiens de l’époque auraient joué un rôle aussi en modifiant le climat et la lumière du jour sur Terre comme en l’an 536 de notre ère. Ca a été la pire période de l’histoire de l’humanité.
MattS32
Pernel:<br /> La terre est en permanence surveillée pour ça, si un se rapproche trop, on le saura à l’avance et des mesures seront prises.<br /> C’est loin d’être aussi simple. Les astéroïdes renvoient très peu de lumière, et donc il y en a énormément qui échappent aux observations. On estime qu’on n’a repéré à ce jour qu’un tiers des gros astéroïdes…<br /> Et on a plusieurs exemples récents d’astéroïdes importants qui n’ont été détectés que quelques jours où quelques semaines avant de frôler la terre.<br /> Celui qui a explosé au-dessus de la Russie il y a une dizaine d’année n’avait pas été détecté du tout. Et c’est déjà un cas qui aurait pu faire des dégâts matériels et humains conséquents s’il avait explosé au-dessus d’une zone dense ou s’il avait atteint la surface de la Terre.<br /> Il y a 4 ans il y a un astéroïde de l’ordre de 100m qui est passé à seulement 72 000 km de la Terre n’a été détecté que… 3h avant. Alors certes, c’est pas un astéroïde qui peut provoquer une catastrophe mondiale. Mais là encore, s’il tombe sur une zone dense, ça peut faire de gros dégâts. Rien que le cratère (donc la partie centrale de la zone de destruction totale) ferait plus d’1 km de rayon. Après, statistiquement, il a quand même bien plus de chances de tomber dans une zone désertique ou l’océan que sur un centre urbain…<br /> Quand aux mesures qui seront prises… ben à l’heure actuelle, y a pas grand chose à faire. Si l’astéroïde n’est pas détecté au moins 6 mois avant l’impact éventuelle, on peut déjà oublier toute tentative de le dévier.<br /> Ensuite, quand bien même il serait détecté 6 mois avant, on n’a pour l’instant testé qu’une seule méthode pour dévier un astéroïde, mais on ne sait pas si elle marcherait à tous les coups (plus il est gros, moins ça a de chances de marcher notamment…). Et surtout, il se pose le problème de la prise de décision… Si une agence spatiale annonce la découverte d’un géocroiseur ayant 10% de risque d’impact majeur avec la Terre, qui a la légitimité pour décider de tenter de le dévier pour réduire cette probabilité ? Qui pour prendre la responsabilité d’une telle décision, sachant que cette déviation peut aussi provoquer la collision alors que l’astéroïde serait passé à côté sans ?<br /> Par contre, ce qui est sûr, c’est si un jour un astéroïde arrivera avec une forte probabilité d’impact majeur est détecté tardivement, ça servira strictement à rien de paniquer… Faudra simplement se résigner et se mettre en tête qu’on ne peut de toute façon rien y faire, et profiter du temps qu’il nous reste.<br /> On peut d’ailleurs se demander si dans le cas d’un risque d’impact très élevé détecté trop tard pour avoir une chance de faire quoi que ce soit, il ne vaudrait pas mieux conserver l’information secrète pour éviter une panique inutile.<br /> Martin_Penwald:<br /> Vous auriez pu mentionner (29075) 1950 DA, qui est à ce jour l’astéroïde qui a le plus de risque d’entrer en collision avec la Terre. En 2880.<br /> Non, c’est de loin pas le plus à risque de collision. Seulement 0.003%. Il y en a un par exemple qui est à plus de 10% (2010 RF12), pour 2095.. Et deux à 0.003% et 0.23% pour l’an prochain (2021 EU et 2022 YO1).<br /> Par contre 1950 DA est celui dont l’impact serait le plus violent, équivalent à 75 Gt de TNT contre à peine 9 kT pour celui de 2095 et 2 Mt et 2 kt pour les deux de 2024.<br /> Pour comparaison, les 2 kT de celui qui a 0.3% de risque de toucher la Terre l’an prochain, c’est à peu près équivalent à 1/5ème de la puissance de la bombe MOAB que les américains ont utilisé en Afghanistan il y a quelques années.
Felaz
Super article de décryptage
Pernel
Oui enfin j’allais pas faire un cours d’astronomie non plus, je parle bien entendu des astéroïdes dangereux, parce que des petits qui seront mis en poussière dans l’atmosphère il y en a des milliers, mais c’est pas intéressant (sauf pour les chaines de TV).
PaowZ
Magnifique titre clickbait qui fait que j’ai cliqué pour lire un article de sensibilisation sur le clickbait !<br /> Habile, monsieur Bottlaender !
Augusto
Chuis pas d’accord sur un seul point. Les signes astrologiques c’est vachement important.<br /> Là.<br /> Ça y est j’ai lâché ma connerie ça va mieux.
Gus_71
Les astéroïdes suivent-ils la loi de Murphy ?
Core-ias
Si c’est croire au pire sachant qu’il peut arrivé et sans paniqué, alors oui.
Gus_71
Comme la terre est plate, il suffit que l’astéroïde arrive parallèlement à sa surface pour n’avoir quasiment aucune chance de la toucher !
MattS32
Mais s’il est lui aussi plat et très dur, en arrivant d’une direction parallèle à la surface, mais lui même perpendiculaire à la surface, il peut la couper en deux, ce qui aurait des conséquences dramatiques ! Il faut d’urgence développer un système d’arrimage pour rattacher les deux parties si ça arrive !
Core-ias
Oui, c’est juste dans plusieurs dimensions. <br /> Déjà qu’il y a des théories qui veulent que le big bang soit le passage de matière dans un trou noir, chose qui expliquerait l’expansion de l’univers mais pas la direction en 3 dimensions.<br /> Au final, si on dit que l’univers est une sphère, il va falloir attendre un peu pour voir la thèse réfutée.
Gus_71
Certes, mais avec la gravité, les 2 parties vont se rapprocher et s’amalgamer de nouveau ( en respectant la platitude, ça va sans dire ).<br /> Il suffit d’être présent et assez nombreux à un bord pour pouvoir y déposer préalablement une fine couche de super-glue, et la Terre retrouve son aspect d’origine.<br /> Dans le temps, nos ancêtres utilisaient ce qu’ils avaient sous la main : boue, bave d’escargots, diverses matières fécales, etc.<br /> Et tout ça est vrai et prouvé : j’aurais pu le lire (si je savais lire) dans Tik-Tak, Lie Social de Trump, et Fesse de Bouc.
BernardB
La Terre !<br /> Néanmoins cette jolie planète avait une vie différente qu’icelle de l’homme, mais l’hominien la méjugé ?<br /> Nonobstant la Terre l’u crée, pour ne plus permettre l’extinction des différentes vies d’auparavant.<br /> Survenu d’un événement à son âge avancé, d’une collision providentielle d’origine d’outre Terre.<br /> Elle dû réajusté l’évolution des espèces restantes, en donnant à celui-ci, la faculté de pouvoir contrôler son environnement dans le but de réagir face à un éventuel péril de même nature.<br /> Consciente que c’était une maîtrise à double tranchant, ce qui fut raisonner exista et fondé, l’homme ne tarda point de ce servir dés deux coupants.<br /> N’avait elle pas crée maintenant une créature qui se détruisait elle-même et d’autres vies ?<br /> Qu’elle recourt pouvait elle accomplir, pour que cela ne ce réalise pas ?<br /> Puisque tout son écosystème était assurément et gravement perturbé, qui de surcroît détruisait toutes les différentes espèces persistantes.<br /> La Terre leurs envoya de juste fléaux, afin de les prévenir de la menace éminente.<br /> Mais la majorité n’écoutant qu’eu même, avec l’égoïsme habituel de son état, sans discerner cet horizon funeste,… fallait-il réajusté son équilibre une nouvelle foi ? Pour concevoir quoi, maintenant ?
Objets_Scientifiques
Les astéroïdes nous rappellent à quel point notre univers est vaste et dynamique. Chaque nouvelle découverte est un témoignage de la beauté et du mystère de l’espace qui nous entoure. Espérons toujours avancer dans notre compréhension et notre respect pour ces géants silencieux.
Pernel
lol ok
Voir tous les messages sur le forum