Soyouz MS-10, le vol qui a rappelé à tous qu'il fallait des systèmes de sauvegarde

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
30 janvier 2022 à 17h17
25
Soyouz MS-10 décollage © NASA
À ce moment là, il était déjà trop tard pour la fusée. Mais personne ne le savait... © NASA

Décoller de Baïkonour pour rejoindre la Station spatiale internationale… La routine ? Pour Soyouz, on pouvait le croire. Jusqu'à un rappel à la réalité le 11 octobre 2018, quelques minutes après le décollage. La capsule d'Alexeï Ovchinine et Nick Hague s'éjecte, ils sont sains et saufs. Merci le système de sauvegarde !

Selon la définition américaine, ils ont même (brièvement) été dans l'espace !

Le ciel va leur tomber sur la tête

Lorsqu'ils s'installent dans leur capsule Soyouz MS-10, l'Américain Nick Hague et le Russe Alexeï Ovchinine sont loin d'imaginer ce qu'il va réellement se passer ce 11 octobre 2018. Bien entendu, ils ont été préparés à toutes les éventualités, et leur entraînement à la Cité des Étoiles (près de Moscou), qui se conclut par des examens pratiques et théoriques rigoureux, s'est terminé trois semaines plus tôt. Juste avant leur voyage à Baïkonour ont eu lieu quelques visites protocolaires et l'isolement médical.

Ce matin-là, ils ont fait le trajet sous un grand soleil vers le site de lancement, en respectant toutes les étapes « porte-bonheur » des voyages spatiaux à la russe (y compris l'arrêt pipi obligatoire le long du bus). Ils ont vu pour la première fois leur fusée Soyouz-FG à la verticale, dans sa belle livrée blanc/gris/orange, et sont montés s'asseoir dans leur baquet.

Ils ne sont que deux pour cette mission, à la suite de réductions de budget côté russe. Au cours du compte à rebours qui s'égrène dans leurs casques, ils entendent : « Armement du système de sauvegarde. » Et heureusement, car il va servir. Les deux passagers ne le savent pas, mais la fusée a un problème : l'un de ses quatre boosters a été mal monté, et le système capteur qui permet d'assurer une séparation correcte est forcé de travers (de très peu, mais ça suffit).

Hague Ovchinine Soyouz MS-10 © NASA
Bon ben... À toute à l'heure ! © NASA

Houston, on n'est pas dans l'espace

Le décollage a lieu comme prévu, à 10 h 40 (heure de Paris), et Soyouz FG a rapidement grimpé vers le ciel. Le vol lui-même n'a rien d'exceptionnel, c'est le 55e décollage habité pour cette version du lanceur, alors considéré comme l'un des plus fiables au monde. En effet, les 54 lancements précédents ont été des succès.

Après une minute et 54 secondes de vol, la « tour de sauvegarde », située au-dessus de la coiffe de la fusée, est éjectée. Mais heureusement, il reste un système d'urgence ! Car, quelques secondes plus tard, c'est la séparation des quatre boosters. Son capteur bloqué empêche le bloc D d'ouvrir la vanne qui lui permet normalement de basculer vers l'arrière lors de la séparation… Et vlan ! il percute l'étage central (qui vole au-delà de Mach 5), l'éventre et le fait basculer.

En une fraction de seconde, longtemps avant que les astronautes à bord aient pu se rendre compte de quoi que ce soit, l'ordinateur de bord a ordonné l'éjection d'urgence. L'étage central de la fusée se désintègre alors que les deux occupants dans leur capsule sont déjà loin, emmenés par les moteurs d'éjection auxiliaires installés dans la coiffe. Cette dernière se sépare ensuite pour libérer la capsule.

Échec ou réussite ?

Soyouz MS-10 atteindra 92 kilomètres d'altitude. Et son profil de rentrée n'est pas du tout celui qu'elle utilise à la fin d'un vol orbital. La capsule se débarrasse rapidement des autres éléments et se place « bouclier en avant », mais le freinage est puissant, et l'embarcation grimpe à 6,7 G. Pourtant, selon Nick Hague, « c'était inhabituel, mais largement dans les limites de notre entraînement ».

La capsule atterrit sous parachutes, toujours sur le territoire kazakhe. Les astronautes n'auront à attendre que 30 minutes les équipes de secours. Une fois hors de la capsule, à part un genou éraflé et gonflé pour l'Américain, les deux occupants sont sains et saufs. « Alexeï aurait pu revoler ce jour-là », confirme même Hague. Selon le Russe, ils n'ont à aucun moment eu peur, car leur entraînement les avait préparés à affronter chaque phase de cette situation d'urgence, qui s'est déroulée exactement comme elle le devait. C'est le paradoxe ici : un échec cuisant pour le lanceur Soyouz FG et une réussite éclatante pour le système d'éjection d'urgence de la capsule Soyouz.

L'incident fait les gros titres, pour les bonnes et les mauvaises raisons : quelques mois plus tôt, un trou avait été découvert dans une capsule Soyouz en orbite. La presse américaine n'hésite donc pas à faire le lien pour dénoncer des contrôles qualité défaillants et des problèmes pour l'industrie russe des lanceurs.

L'enquête, qui ne durera pas un mois, va rapidement confirmer que le bloc D ne s'est pas éjecté correctement, et comme ce dernier est récupéré au sol (il n'est pas intact, mais les éléments clés sont toujours en place), les conclusions seront rapidement disponibles. Il s'agit d'un défaut d'installation, et des vérifications supplémentaires seront effectuées lors de l'assemblage pour vérifier que le capteur situé tout en haut de la rotule qui maintient le booster en place est bien aligné. Pour les deux astronautes, cette affaire illustre aussi le besoin de formations solides et de longue durée pour préparer les futurs occupants des capsules à tous les cas de figure. Pour cela, ils ont notamment participé à des sessions avec des ingénieurs de SpaceX et Boeing.

Soyouz MS-10 moteurs de coiffe © NASA
On voit bien sur cette photo les moteurs d'urgence qui permettent d'éjecter la coiffe (au-dessus des drapeaux) © NASA

S'entraîner pour le meilleur et pour le pire

Pour Nick Hague, qui relatait l'accident en conférence en octobre dernier, « chaque vol spatial, chaque lancement est un vol test ». C'était la première activation d'un tel système de sauvegarde en 35 ans, depuis Soyouz T-10A (en réalité, le vol n'a pas de nom) qui avait permis à l'équipage d'échapper à l'incendie intégral de leur lanceur sur le pas de tir à Baïkonour. Mais les navettes STS n'avaient pas de système d'éjection d'urgence pour l'équipage, ce qui condamna les 7 occupants de Challenger en 1986… Une décision déjà longuement débattue à l'époque.

Les Européens, qui travaillaient alors sur la conception de la capsule Hermes, avaient totalement revu l'architecture du véhicule pour y intégrer de quoi protéger l'équipage (ce qui, incidemment, participa à miner le projet). Aujourd'hui, pour développer les capsules modernes, la NASA a exigé des systèmes d'éjection d'urgence à tous ses fournisseurs. Crew Dragon, Starliner et Orion en sont équipés, et ils sont d'ailleurs tous différents.

Ovchinine, Al-Mansouri et Hague lors de la soiree emiratie © MBR Space Center
Ovchinine (à gauche) et Hague (à droite) voleront finalement au sein de l'ISS l'année suivante (ici avec l'astronaute émirati Hazza Al Mansouri) © NASA

Le débat pourrait d'ailleurs revenir sur le devant de la scène alors que SpaceX prévoit de futurs vols habités avec Starship. En effet, l'entreprise ne prévoit pas d'équiper le vaisseau géant d'un système particulier, comptant sur la crédibilité de ses systèmes de vol. Reste qu'il faudra peut-être se souvenir du jour où l'un des lanceurs les plus fiables de son temps s'est désintégré en vol…

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
25
19
Steph29
J’aime beaucoup les sujets sur l’espace et la conquête spatiale, bravo à l’auteur, j’en redemande
JohanPirlouit
Tout d’abord, merci pour les articles détaillés comme celui-là, c’est toujours très bon à lire !<br /> Pour celles et ceux que ça intéresse, et en repartant de l’article d’origine (2018) cité ici et de ses commentaires, voici quelques vidéos qui retracent les conséquences de cette défaillance et la réussite du système de sauvegarde…<br /> Description d’un lancement «&nbsp;standard&nbsp;» du Soyouz en vol habité :<br /> https://youtu.be/wEIcIyeMixk<br /> Explication (rapide) du système de séparation des boosters (à partir de 6’32 si le lien direct n’a pas fonctionné) pensé par Sergueï Korolev pour sa R-7 Semiorka (1959) devenue le lanceur Soyouz au fil des évolutions :<br /> https://youtu.be/QMUJ004Dr8Q?t=392<br /> Reconstitution de la défaillance et de l’expulsion de la capsule :<br /> https://youtu.be/ocn7aLqEq-Q<br /> Retransmission complète du lancement de cette mission avortée. À partir de 2’36 on voit la procédure d’éjection des boosters puis l’équipage être plus fortement secoué qu’à l’habitude :<br /> https://youtu.be/LUwnLFKfuBE<br />
Axn40
Excellent article, mais session, pas cession…
davetge
«&nbsp;ils ont notamment participé à des cessions&nbsp;» … au cours desquelles ils ont appris que les russes n’avaient rien cédé concernant la sécurité.
ebottlaender
Désolé, c’est corrigé
benben99
Est-ce que cela aurait pu être un sabotage?
ioni
Il faut le vouloir pour saboter un Soyouz, Baïkonour est paumé au milieu du désert Kazakh et il y a des gardes absolument partout.
vVD
On accepte quelques milliers de morts sur la route tous les ans en France. Pourquoi ne pas accepter la même chose pour les engins spatiaux ? Ce qui donnerait raison à Elon Musk.<br /> La surqualité est un élément sur lequel il faut travailler, il faut juste ce qu’il faut pas plus, pas moins…<br /> Il n’y a jamais eu zéro risque a prendre l’avion… Vous en prenez pourtant.
eykxas
Parce que nos avion civil ne coûte pas de milliards (seulement des millions) et que nos vies sont bien moins coûteuse que celles des astronautes.<br /> Toutes entreprise protège ses investissements les plus importants. Je ne pense pas que tu sois un investissement important de ton entreprise. (Je peux me tromper bien sûr, mais ça paraît bien improbable).
benben99
Simple, ta vieille bagnole coute une poussière comparer a ces engins spatiaux
lepef32
C’est l’époque et son aversion au risque quasi maladive qui veut ca …
Martin_Penwald
La plus importante explosion non nucléaire est celle d’une fusée soviétique N-1, le 3 juillet 1969, à Baïkonour, dont la puissance est estimée à presque la moitié de celle d’Hiroshima. On notera sur les vidéos qu’on peut trouver l’éjection du module de secours un peu avant que la fusée n’explose.<br /> Et vu la conception de la fusée, seule une partie des 2300 tonnes de propergols a explosé. Le reste est retombé sur terre sous forme de gouttelettes de liquide enflammé pendant ½ heure.<br /> здоровье !
dimebag
C’est l’époque où des personnes se disent que prendre des risques et faire quelques morts c’est pas grave…du moment qu’ils ne sont pas concernés
Fluche
C’est tellement vrai…<br /> lepef32 devrait participer à la première mission sol/espace habitée du Starship …<br /> C’est vraiment ne pas tenir compte de la mort des 14 astronautes de STS-51-l &amp; de STS-107…<br /> Elon Musk nous refait le coup de la navette avec, en plus, le critère incontournable de la rentabilité…
Martin_Penwald
’faut bien reconnaître que quand on voit les chiffres pour Starship+SuperHeavy (4600 tonnes de propergols), ainsi que la conception des réservoirs, il y a de quoi s’inquiéter. Si ça_pète, ça va faire du dégât.
Fluche
Quand j’ai vu les moteurs du SuperHeavy, j’ai cru à un remake de la N-1… Les Raptors V1 sont, comme à l’époque, les NK-15, des moteurs innovants … Wait and see mais de loin, trés loin
warpShadow
@Fluche: La différence, c’est surtout l’ordinateur de bord (et heureusement !). C’est lui qui a éclaté toutes les N-1 au décollage. Celui made in SpaceX, il fait des aterrissage de précision sur une plate-forme en mouvement sans faillir depuis 5 ans, on peut donc s’attendre à un meilleur dénouement
Space_Boy
@Eric : toujours un grand plaisir pour lire vos articles ! Merci.<br /> Je reste toujours surpris de la fragilité de ces fusées. Ca fait 50 ans qu’on va dans l’espace. Comment ils ont pu monter un truc de travers? Il n’y pas de contrôles? Sensors? Je n’y connais rien, mais si c’est si compliqué pour avoir une fiabilité? En même temps, le risque 0 n’existe pas.
Regis_d_Acheres
Les Starships : 100 personnes = sauvegarde pas plus possible que dans un avion.
ebottlaender
Déjà, merci <br /> Ensuite, il peut y avoir de nombreux facteurs qui expliquent un tel échec après une super série de réussites. Un changement d’équipe (2-3 départs à la retraite remplacés sur le tard), une baisse de la qualité des vérifications parce que justement le lanceur est «&nbsp;tellement fiable&nbsp;», une suite de mauvais contrôles… Il est toujours possible de monter un truc de travers, voire à l’envers. Le tout c’est de s’en rendre compte quand c’est encore possible de corriger. Donc ce n’est jamais l’erreur d’une seule personne ou d’une seule équipe, mais de tout un processus de vérification et de validation qui était mal fichu.
juju251
Martin_Penwald:<br /> La plus importante explosion non nucléaire est celle d’une fusée soviétique N-1, le 3 juillet 1969, à Baïkonour, dont la puissance est estimée à presque la moitié de celle d’Hiroshima. On notera sur les vidéos qu’on peut trouver l’éjection du module de secours un peu avant que la fusée n’explose.<br /> Et vu la conception de la fusée, seule une partie des 2300 tonnes de propergols a explosé. Le reste est retombé sur terre sous forme de gouttelettes de liquide enflammé pendant ½ heure.<br /> здоровье !<br /> D’origine humaine. <br /> Parce que sinon, le Krakatoa à éclaté bien plus fort …
Martin_Penwald
Ah oui, bonne remarque.
yann_ducept
Très hautement improbable! Les erreurs dans l’industrie ça arrive.
Fluche
Heureusement que le «&nbsp;calculateur&nbsp;» KORD n’est pas à bord du Starship!!! <br /> Mais attention, aux «&nbsp;recettes&nbsp;» logiciels qui sont maintenant rodées, sur Falcon 9 block5 et sur Falcon Heavy. Rien ne prouve qu’elles sont adaptées à ce lanceur hors normes (sinon pourquoi les essais manqués sur les premiers «&nbsp;SN&nbsp;»…)
kasuya_mishima
Bonsoir, c’est aussi une tradition de leur mettre un coup de pied aux fesses avant de monter
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

L'iPhone 12 Mini passe sous la barre des 600€ avec cette offre folle 🔥
Forfait pas cher : Free mobile fracasse le prix de sa série 90 Go !
Xiaomi nous en dit plus sur sa voiture électrique et les technologies maison qu'elle embarquera
Samsung Galaxy Z Fold 3 versus Galaxy Z Fold 4 : des évolutions suffisantes pour changer de smartphone ?
Cette solution VPN vous accompagne jusqu'à l'automne 2025 à -83% !
Non, vous ne rêvez pas ! Tesla a installé une piscine sur un Superchargeur
Pour vous, le meilleur antivirus du marché est disponible à -60% pendant un an !
Après Samsung et Xiaomi, c'est au tour de Motorola d'officialiser son Razr 2022
Microsoft introduit l'effet Mica dans Word 2021
Microsoft corrige plus de 120 failles, dont 17 critiques
Haut de page