La Chine construit une base de lancement astronautique offshore

15 septembre 2020 à 10h20
6
lancementchine

Le cinquième site de lancement du pays n’est pas sur terre, mais bien sur mer.

Forte de 37 lancements en 2018 et de déjà 26 lancements cette année malgré un contexte défavorable, la Chine construit une cinquième base de lancement astronautique. Afin de s’affranchir des problèmes liés aux sites traditionnels, parfois proches de zones peuplées, celui-ci est bâti en mer, loin des habitations.

De un à 37 lancements en moins de 20 ans

En à peine 20 ans, la Chine s’est imposée comme une nation incontournable dans le domaine spatial. Si en 2001 le pays n’avait effectué qu’un seul lancement par l’intermédiaire de sa fusée Longue Marche, ce chiffre n’a cessé d’augmenter au fil des années. Ainsi, en 2018, une année record, la Chine a procédé à 37 lancements via ses fusées Longue Marche 2, 3, 4 et 11. Pour cette année 2020, déjà 26 lancements ont eu lieu malgré la pandémie de Covid-19.

lancementchine1

Actuellement, le pays dispose de quatre sites de lancement. Ils sont situés à Jiuquan (nord-ouest de la Chine), Taiyuan (nord), Xichang (sud-ouest) et sur l'île de Hainan. La Société de sciences et technologies aérospatiales de Chine (CASC) construit actuellement un cinquième site pour le moins original : il est offshore, c’est-à-dire situé en mer, et mobile.

Il est élaboré au large de la ville de Haiyang, sur la côte de la province orientale du Shandong. Wang Xiaojun, directeur de l'Académie chinoise de technologie des lanceurs (CALT), a récemment visité l’installation. Il rapporte des « progrès substantiels ». Une fois opérationnel, ce site sera utilisé pour le lancement de véhicules légers, mais aussi la construction et l'entretien de fusées, satellites et autres engins spatiaux.

Vous l’imaginez, ces bases de lancement offshore présentent un avantage majeur : elles peuvent être placées loin de zones potentiellement peuplées et minimisent donc les risques pour la population. À vrai dire, ce type d’installations est dans l’ère du temps : SpaceX, la société d’Elon Musk, planche également dessus. Du côté chinois, le 5 juin 2019, un lanceur Long March 11 a déjà été lancé depuis un pas de tir situé au beau milieu de la Mer Jaune, faisant de la Chine la troisième nation à réaliser cette prouesse.

Un succès parmi d’autres

Cette réalisation témoigne bien de l’ambition de l’empire du Milieu pour tout ce qui touche à l’astronautique. Le pays a ouvert le secteur aux investissements privés depuis 2014 et compte plusieurs réalisations majeures à son actif. Outre cette base offshore, citons par exemple son système de navigation par satellite BeiDou , pleinement opérationnel depuis juin, ou encore l'alunissage de son rover Change'-e4, le premier engin ayant foulé la surface cachée de la Lune.

Et si cela ne suffit pas à vous impressionner, terminons par un projet encore plus audacieux : la construction d’une station de recherche scientifique sur la Lune d’ici dix ans.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
5
Fulmlmetal
Le lancement depuis une plateforme maritime n’est pas un exploit en soi ni une avancée. On se souvient tous de l’échec commercial de Sea Launch.<br /> Si lancer depuis la mer permet en effet d’éviter les survols de zone habitées (ce qui n’a jamais été une gêne pour les chinois) il offre surtout la possibilité d’aller jusqu’à l’équateur et gagner ainsi jusqu’à 10% de gain de charge utile. Or en regardant la carte le port d’attache de cette plateforme est presque est nord-est du pays, drôle d’emplacement si on veut profiter de l’équateur. Protéger la population ne tient pas car il reste une bonne partie du pays au dessus. J’ai un peu de mal à comprendre la logique géographique de ce port spatial. Le seul intérêt serait d’aller lancer très loin et surtout près de l’équateur, ce qui ne semble pas être encore le cas et pourquoi avoir choisi un port d’attache au nord-est plutot qu’au sud.<br /> Notons que la lanceur CZ11 qui est utilisé sur cette plateforme est un petit lanceur à poudre (très facile à mettre en oeuvre) qui n’autorise une charge utile que de 700Kg en LEO ou 335Kg en SSO. Ce n’est là aussi pas une révolution dans le domaine spatial. Vu sa situation géographique je parie plus pour du lancement en SSO.<br /> Et pour info la chine a déjà procédé à un lancement depuis cette plateforme en mer à la mi 2019, ce tir ne sera que le second.<br /> Mais contrairement à ce que prétend l’article sur la fin, il n’y a rien d’impressionnant, ni sur ce lanceur à poudre, ni sur la plateforme. Quand à la future base lunaire ce ne sont que des effet d’annonce, ça fait 10 ans que la Chine parle d’aller poser le pied sur la lune. Ils vont déjà avoir beaucoup à faire avec leur future station spatiale et future capsule. Il leur sera difficile de mener de front la construction d’une grande station spatiale, d’une capsule et d’une base lunaire.<br /> Pour finir, la chine lance beaucoup, oui, mais ce sont quasiment tous des satellites chinois gouvernementaux, soit militaires soit scientifiques. elle tire pour ses propres besoins et elle a très largement les moyens de générer ce besoin, notamment du coté militaire.
ebottlaender
Sans entrer dans le débat sur CZ-11 et la base offshore, la Chine est constante sur ses ambitions lunaires. Ils n’ont jamais annoncé de base lunaire et encore moins d’aller poser le pied sur la Lune «&nbsp;depuis 10 ans&nbsp;». Ce sont des commentateurs occidentaux qui évoquent cette possibilité. Certains officiels chinois évoquent à présent un objectif à l’horizon 2028-30 mais ce n’est pas encore défini.
Fulmlmetal
Peu importe ce programme lunaire habité chinois qui reste encore très flou, mais sur le fond de cet article, j’avoue ne pas comprendre la logique de faire une plateforme maritime de lancement dans le nord-est du pays alors qu’elle aurait été largement plus efficace au sud …
Element_n90
C’est une plate-forme mobile donc ils la fabriquent au nord dans une ville avec un chantier naval et après, une fois finie, ils la déplacent au sud… enfin moi je dis ça…
Element_n90
…un SNLE qui tire un pruneau M-51, c’est aussi une base de lancement offshore et comme le-dit pruneau dépasse la limite de Karma (enfin je crois), c’est donc une base de lancement astronautique offshore. Bref, les Chinois ils font qu’à nous copier !!
Niverolle
Je suis pas certain que lancer un M51 soit bon pour ton karma .
Element_n90
Pour mon karma, je ne sais pas, mais pour ceux d’en face, à coup sûre, non !!
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Zooz dévoile trois vélos électriques légers au style BMX bientôt disponibles en Europe
ByteDance ne vendra pas TikTok US à Microsoft ! Oracle tient désormais la corde
La version Android d'Apple Music mentionne
Accusé d'être bâti sur un mensonge, le constructeur Nikola est dans la tourmente
Google annonce la version Go d'Android 11 pour les smartphones avec 2 Go de RAM
Razer fait aussi des chewing-gum pour gamers parce que... Pourquoi pas ?
Portland promulgue l'interdiction de la reconnaissance faciale la plus stricte des US
Bill Gates ne croit pas du tout aux avions et aux poids-lourds électriques
VPN pas cher : Surfshark VPN ou PureVPN, quel VPN à moins de 3€ choisir ?
L'ex-P.-D.G. de Volkswagen va être jugé pour le scandale du Dieselgate
Haut de page