L'oie d'Untitled Goose Game s'inscruste dans Windows et macOS grâce à un développeur facétieux

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
14 février 2020 à 10h49
0
Untitled Goose Game
© HouseHouse

Mise à jour du 14/02 à 10h40 : le programme permettant d'inviter l'oie d'Untitled Goose Game sur son ordinateur est désormais aussi disponible sur macOS. Le créateur a mis à jour son site Internet permettant de le télécharger.

Untitled Goose Game, c'était LA sensation australienne du jeu indépendant en 2019. L'oie qu'on y incarne a pour mission de semer le trouble dans une paisible bourgade. Mais elle s'incruste aujourd'hui sur Windows via un programme hilarant imaginé par un jeune fan.

On vous voit venir. « Mais il est déjà disponible sur PC, Untitled Goose Game ? ». Exact. Mais on ne parle pas là du jeu signé par House House, mais bien d'une sorte d'assistant virtuel... incarné par l'oie du jeu. Qu'est-ce qui pourrait mal se passer ?



Un véritable virus que l'on installe soi-même

Codé en quelques jours par Sam Chiet, 18 ans à peine, le programme se propose de faire apparaître aléatoirement l'oie du jeu sur votre environnement Windows. Celle-ci se lancera alors dans des défis complètement absurdes, comme vous voler le pointeur de la souris, ou déplacer aléatoirement des fenêtres pour vous rendre fous.

Parfois, l'oie sortira d'un coin de l'écran, tirant avec elle un mème choisi aléatoirement (totalement personnalisable). Ou vous laissera entendre son cacardement caractéristique, aussi hilarant que crispant.


Le caractère imprévisible et totalement débile de ce programme est exactement ce qui a motivé son créateur à se mettre au boulot. Il faut aussi préciser que l'oie peut également s'immiscer dans vos parties de jeu vidéo, où elle déclenchera des tirs à tout va, ou vous fera tourner en bourrique. Un vrai petit virus que l'on installe de son plein gré ! Bien entendu, une simple pression sur la touche Esc. permet de s'en débarrasser sans plus de cérémonie.

Clippy a trouvé son maître

« Je suis un grand fan des choses qui sont délicieusement ridicules, et c'est — je l'espère — exactement ce dont il s'agit », explique le créateur du programme à The Verge. « C'est un petit assistant de bureau, dont l'unique but est de se mettre en travers de votre travail ». De quoi donner des sueurs froides à n'importe qui a connu Clippy, l'assistant de bureau du Windows des années 90.

En l'espace d'une nuit, c'est une véritable communauté qui s'est organisée autour de la création de Sam Chiet. Son site est déjà inondé de commentaires, et un Discord a été créé pour que les fans puissent partager leurs créations. En effet, le jeune créateur a été prompt à ajouter quelques fonctionnalités à son programme diabolique. Chacun peut désormais ajuster les paramètres de l'oie de malheur dans les fichiers de configuration, ainsi qu'ajouter ses propres GIFs et images pour personnaliser l'expérience.


Une chose est sûre : certains ne vont pas comprendre ce qui leur arrive en découvrant une oie sur leur ordinateur en arrivant au bureau lundi matin. Et je ne vise évidemment personne au sein de la rédaction Clubic.

Source : Itch.io
Modifié le 14/02/2020 à 11h09
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
La (très bonne) app Votre Téléphone de Microsoft se dote encore de nouvelles fonctionnalités
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
scroll top