Jeu vidéo sur mobile : Facebook publie son tout premier rapport consacré au secteur

27 novembre 2019 à 07h01
0
Fotolia jeu mobile
© Fotolia

Le réseau social a exploré les tendances clés qui ont une influence sur le monde du gaming mobile.

Facebook a publié, lundi 25 novembre, son premier rapport portant sur les tendances clés qui affectent le paysage du jeu vidéo. Pour y parvenir, le réseau social avait commandé l'an dernier une étude mondiale sur le parcours d'achat des consommateurs de jeux vidéo auprès de sa société partenaire Accenture. L'enquête, réalisée auprès de 9 275 personnes de plus de 18 ans issues de pays comme la France, l'Australie, le Canada, les États-Unis ou le Royaume-Uni, fait ressortir des points importants dans l'évolution de tout joueur, comme la personnalisation ou les communautés.

Les joueurs veulent des publicités plus pertinentes, moins répétitives

Beaucoup de mobinautes jouent à des jeux. Mais tous ne voient pas de la même manière leur expérience de jeu, qui évolue avec le temps. Par expérience de jeu, on peut notamment évoquer la publicité. Pour tout joueur sur mobile, l'annonce fait désormais partie du paysage.


Et quitte à ce qu'une publicité perturbe momentanément notre partie, mieux vaut alors que ce soit pertinent. 73 % des utilisateurs de jeux sur mobile considèrent par exemple voir trop de publicités identiques. Il peut en effet arriver qu'une même publicité apparaisse plusieurs fois consécutivement. Une grande majorité des joueurs prônent ainsi une plus grande variété de publicités, de façon à éviter la saturation.

Les mobinautes à la recherche de l'amélioration

Le second pan important de l'étude commandée par Facebook concerne la personnalisation. De manière générale, les mobinautes profitent de jeux gratuits, et se tournent rarement vers l'achat de titres. Mais trois raisons principales vont pousser les joueurs à acheter un jeu vidéo mobile. Il y a d'abord l'argument de la compétition, du challenge qui entre en jeu. 38 % des mobinautes avouent acheter un jeu pour améliorer leurs performances dans ce dernier. 32 % passent à la caisse dans le but de ne plus avoir à attendre pour continuer à jouer. Enfin, 31 % des sondés évoquent leur volonté de rendre leur expérience plus stimulante.

Dans le cas où le joueur ne souhaite pas acheter le jeu, celui-ci doit s'accommoder des publicités. Alors, une aide apportée dans le jeu ou des récompenses pour avoir visionné une vidéo publicitaire lui donneront envie de poursuivre l'aventure.


L'union fait la force

Le dernier point de l'étude est sans aucun doute le plus important. Il concerne l'aspect communautaire du jeu vidéo sur mobile. D'une part, on note qu'1 joueur français sur 4 joue sur mobile pour le faire avec ses amis, histoire d'entretenir un lien social, même bloqué derrière un écran. Un jeu favorisant l'aspect communautaire incite les joueurs à y rester ou à télécharger un nouveau jeu rapidement.

Les joueurs qui privilégient l'aspect communautaire ont en moyenne quatre fois plus de chance de télécharger un nouveau jeu que les utilisateurs d'autres jeux mobiles. Effet d'émulation, donc. Ces mêmes joueurs multiplient enfin par trois la probabilité d'acheter dans le jeu.

Source : Facebook
Modifié le 27/11/2019 à 07h58
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top