Comment des bots parviennent à propager de fausses infos sur Twitter

23 novembre 2018 à 14h07
0
Twitter

Si certains observateurs ont déjà pointé du doigt le rôle joué par les bots dans la diffusion de fake news sur Twitter, une équipe de chercheurs s'est penchée sur leur fonctionnement. Ils ont découvert que, pour donner de la crédibilité à ces infos, les robots comptent sur les êtres humains. Explications.

Sur Twitter, bien que le réseau social tente régulièrement de les supprimer, de nombreux comptes sont en réalité « tenus » par des bots, qui tweetent de façon automatisée. Des robots qui servent notamment à influencer l'opinion, comme lors de l'élection présidentielle américaine de 2016, en relayant des fake news. Des chercheurs de l'Université de l'Indiana, à Bloomington, se sont intéressés à leur façon de procéder.

Donner de la crédibilité en partageant massivement


Il n'est pas toujours évident de distinguer un vrai compte de bot sur Twitter. Pour y parvenir, les scientifiques se sont appuyés sur l'outil Botometer, qui détermine la probabilité qu'un utilisateur soit en réalité une machine. Ils s'en sont servis pour analyser 13,6 millions de tweets, publiés entre mai 2016 et mars 2017.

Cela leur a notamment permis de comprendre que la première action des bots consiste à partager largement un article bidon, juste après sa publication. Le but étant de donner l'impression d'un soutien populaire, malgré une source peu réputée. La fameuse technique du « vous n'en entendrez certainement pas parler dans les médias traditionnels ».

Ainsi, les chercheurs ont constaté que dans les premières secondes suivant la mise en ligne d'un tel article, la plupart des partages étaient l'œuvre de bots. Néanmoins, 10 secondes plus tard, ce sont les êtres humains qui prenaient le relais.

Cibler les influenceurs


Car au-delà de construire artificiellement une crédibilité à l'info, les bots ont une cible bien particulière : les comptes influents. Ils vont alors répondre à des dizaines d'utilisateurs suivis par de nombreux followers, en ajoutant dans leurs tweets un lien vers l'article en question. Il suffit qu'un seul de ces influenceurs retweete le lien et sa visibilité est assurée.

D'après les auteurs de l'étude, lutter contre ces bots via un CAPTCHA, par exemple, serait un bon moyen de limiter la diffusion de fake news. Selon eux, supprimer les 10 000 comptes les plus suspects permettrait de réduire de 70 % le nombre de retweets d'infos non pertinentes.

Une autre solution pourrait consister à faire appel au sens critique des utilisateurs et leur demander de prendre du recul sur ce qu'ils lisent, mais cette tâche est sans doute plus complexe.

Source : ScienceNews
5 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top