Google+ ferme ses portes pour le grand public après la découverte d'une faille

Mathieu Grumiaux Contributeur
09 octobre 2018 à 12h04
0
Google Plus
Ink Drop / Shutterstock.com

Google est victime d'une importante faille de sécurité permettant potentiellement d'accéder aux informations personnelles de milliers d'utilisateurs.

Fin de parcours pour le réseau social de Google. Après des années d'agonie, la plateforme Google+ va fermer ses portes progressivement pour une date d'arrêt total au mois août 2019. Mais plus qu'un simple abandon, l'arrêt du service est motivé par une faille importante de sécurité laissée béante par Google pendant près de 3 ans.

Une faille laisse libre accès aux données personnelles des comptes utilisateurs


Selon le Wall Street Journal, la faille de sécurité se situait dans une API (une interface de programmation permettant de connecter son service au réseau social) du réseau Google+. Ce bug date de 2015 et Google n'a pris conscience de son existence qu'en mars 2018, lors d'un audit interne.

Dans un post sur son blog dédié à la sécurité, Google indique que la faille a été bouchée immédiatement après sa découverte, mais le mal était fait. Selon l'entreprise, 500 000 profils ont été touchés et leurs informations vulnérables, parmi lesquelles le nom complet, l'adresse mail, la profession ou encore la date de naissance, mais pas selon l'entreprise aux messages privés ou au numéros de téléphone.

Google minimise le problème


L'entreprise a réagi dans la foulée en indiquant que ces données n'auraient à priori pas été volées durant ces 3 dernières années : « Nous n'avons trouvé aucune preuve qu'un développeur se soit rendu compte de ce bug, ou ait exploité l'API de Google+ en ce sens, et nous n'avons trouvé aucune preuve que des données de profil Google+ ont été utilisées à mauvais escient ».

Google+ revendiquait au dernier comptage en 2015 près de 110 millions d'utilisateurs actifs, mais plusieurs centaines de millions de profils en plus sont inscrits sur le réseau, souvent sans le savoir. En effet, pour pousser son service, Google créait un compte social à l'inscription à l'un de ses services, comme GMail.

Google ne voulait pas subir la même polémique que Facebook


Google a sciemment caché le problème lors de sa découverte en mars 2018. Selon un mémo interne, la société explique vouloir éviter « d'être mis sous le feu des projecteurs avec ou à la place de Facebook ». La polémique Cambridge Analytica a laissé des traces dans l'opinion publique et Google à l'époque avait réussi à passer entre les mailles du filet, alors que Mark Zuckerberg était convoqué devant le Congrès américain pour s'expliquer sur son utilisation des données personnelles.

C'est pourquoi Google préfère mettre la clé sous la porte de son réseau social, qui n'a de toute manière jamais convaincu depuis sa création en 2011. Selon l'entreprise, 90% des inscrits passent moins de 5 secondes sur Google+. Cette faille béante de sécurité n'est que le dernier clou dans le cercueil du service.

Modifié le 09/10/2018 à 15h47
5 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top