Actrice X repentie : Google condamné à désindexer des données de son moteur

16 mars 2011 à 12h51
0
00FA000004070748-photo-google-mountain-view.jpg
Une internaute française a obtenu gain de cause auprès du tribunal de grande instance de Montpellier : ce dernier a ordonné à Google de désindexer certaines pages de son moteur de recherche, faisant le lien entre la plaignante et un film porno amateur.

Marie C., la plaignante, avait tourné dans un film pornographique amateur il y a plusieurs années. Depuis devenue institutrice, cette dernière avait constaté en 2009 que le film était disponible via Google, en tapant certaines requêtes telles que « Marie C. swallows » et « Marie C.+ école de laetitia », rapporte le site Legalis.

Une situation qui a poussé l'internaute à demander la désindexation des liens auprès de Google en novembre 2009, mais la firme n'a pas accédé à sa requête, malgré de nombreuses relances. En septembre 2010, Marie C. a donc porté l'affaire devant le TGI de Montpellier.

En premier lieu, Google s'est défendu en expliquant que « Google exerce un simple rôle d'indexation des sites existant sur internet et qu'il lui appartenait, notamment, d'agir directement à l'encontre des éditeurs ou des hébergeurs des sites concernés, afin de solliciter le retrait des contenus en cause ». En d'autres termes, pour l'entreprise, Marie C. aurait dû se tourner vers les sites indexés et non vers le responsable de leur indexation. En second lieu, Google a expliqué que « la suppression générale demandée est matériellement impossible, la désindexation du moteur de recherche des pages web renvoyant à la vidéo litigieuse n'étant possible que si elles sont précisément identifiables par leur adresse URL », chose que la plaignante n'aurait fourni que très tardivement dans la procédure.

Le TGI de Montpellier a tranché en reconnaissant que l'indexation des pages incriminées constituait une atteinte à la vie privée de Marie C. Le tribunal a également précisé qu'il incombait à Google « d'aménager la possibilité d'un retrait a posteriori des données à caractère personnel en permettant la désindexation des pages à la demande de la personne concernée ». Une ordonnance que Google a déjà commencé à exécuter.

C'est la deuxième condamnation de Google en quelques jours concernant les résultats de son moteur de recherche : l'entreprise a été condamnée pour violation de droits d'auteur en France la semaine dernière.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Des écrivains chinois accusent Baidu d'infraction au droit d'auteur
Publicité mobile : Google et Apple multiplient leurs efforts
Ebay accusé d'utiliser PayPal pour espionner ses vendeurs
Nokia : quand la tablette s'approche du produit de série
Unboxing de l'HTC Incredible S
IBM ouvre un nouveau centre d'innovation au Mexique
VOD en 3D : Samsung achalande tant bien que mal avec son propre service
30% des sites web présenteraient une faille exploitable
Microsoft dément (en quelque sorte) la mort de Zune
Twitter ajoute une dose de sécurité en https
Haut de page