Facebook signe une évolution molle de ses politiques pour bannir les deepfakes

Pierre Crochart
Expert smartphone & gaming
07 janvier 2020 à 15h43
0
Facebook Logo
© Facebook

Alors que l'élection présidentielle américaine approche, Facebook tente de se racheter une conduite. Mais pas en imposant des règles strictes aux politiques qui, dans leurs campagnes publicitaires, peuvent encore raconter tout et n'importe quoi. Non, pour combattre les fake news, le réseau social mise plutôt sur une interdiction des deepfakes.

Du moins... sauf exception. Car comme l'explique Monika Bickert, Vice-présidente de la stratégie de Facebook sur le blog de l'entreprise, les deepfakes créés dans un but « parodique ou satirique », ou encore « les vidéos qui ont été éditées seulement pour omettre ou changer l'ordre des mots » auront encore toute leur place sur le réseau.

De nouvelles règles en forme de passoire

À la lecture du post de blog de Facebook, on se rend vite compte que l'on a ici affaire à une demi-mesure particulièrement molle. Sous couvert de lutter « activement » contre la propagation de fausses informations, le réseau social admet que seule une infime partie des deepfakes sera effectivement supprimée de ses espaces.

Dans les faits, seules les vidéos impliquant des techniques avancées d'apprentissage profond et d'intelligence artificielle sont dans le viseur des modérateurs. Toutes les vidéos n'ayant impliqué que des logiciels d'édition rudimentaires passeront ainsi entre les mailles du filet. Illustration de cette tolérance : le célèbre détournement de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, dont la voix a été volontairement ralentie — la faisant passer pour ivre — restera en ligne.


Malgré tout, Facebook se garde le droit de labelliser de telles vidéos comme étant des « shallowfakes » (ou cheap fakes) afin d'éviter leur propagation dans les flux d'actualités et les empêcher d'apparaître dans des publicités. Pourquoi ne pas simplement les supprimer ? Monika Brickert explique que cela serait contreproductif. « Si nous supprimions simplement toutes les vidéos manipulées, labellisées par les fact checkers comme étant fausses, lesdites vidéos seraient toujours disponibles ailleurs sur Internet ou les réseaux sociaux. En les laissant en ligne et les affichant comme étant des fakes, nous fournissons aux internautes de précieuses informations et du contexte ».

Rien à voir, évidemment, avec le fait que les fake news sont plus virales que n'importe quel autre type de publication sur Facebook.

Un changement de politique opportun

Un petit pas, donc, qui est en plus de cela auréolé d'un opportunisme à peine voilé de la part de Facebook. Comme le rappelle Le Figaro, Facebook (par l'intermédiaire de Monika Bickert) sera prochainement auditionné par la Chambre des représentants des États-Unis au sujet des deepfakes et des cheapfakes qui inondent sa plate-forme.


La Vice-présidente de la stratégie de l'entreprise sera également questionnée sur les engagements de Facebook à lutter contre les faux comptes, régulièrement utilisés pour augmenter la viralité de certains contenus et donc influencer l'opinion. Un point sur lequel l'intéressée revient en quelques mots sur son post de blog, avançant que ses équipes restent mobilisées de façon « proactive » sur la détection des faux comptes.

Source : Facebook
Modifié le 07/01/2020 à 15h46
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
L'ESA travaille sur une usine capable de transformer la poussière de Lune en oxygène
La Toyota Mirai propulsée à l'hydrogène, prévue en 2020, promet 650 km d'autonomie

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top