La majorité des publicités anti-vaccins sur Facebook issue de seulement deux organisations

15 novembre 2019 à 15h54
0
vaccin.png

Une étude américaine s'est intéressée aux annonces sponsorisées diffusant sur Facebook de fausses informations sur la vaccination. Bilan : 54 % de ces publicités, publiées entre décembre 2018 et février 2019, ont été achetées par deux activistes luttant contre l'obligation de se faire vacciner.

Des chercheurs des universités américaines George-Washington, Johns-Hopkins et du Maryland ont exploité les archives publicitaires de Facebook, dans le cadre d'une étude publiée dans la revue médicale Vaccine. Ils ont analysé plus de 500 annonces, diffusées entre décembre 2018 et février 2019, grâce aux données désormais fournies par le réseau social, à des fins de transparence.

Fake news sponsorisées

Dans le panel examiné, les scientifiques ont trouvé 163 publicités véhiculant des messages en faveur de la vaccination obligatoire et 145 qui, au contraire, s'y opposaient. Parmi ces annonces anti-vaccins, ou « antivax » pour les intimes, figuraient des titres alarmants comme : « Un nourrisson de 14 semaines en bonne santé reçoit huit vaccins et meurt dans les 48 heures ».

Les opposants aux vaccins étaient souvent enclins à engager des moyens plus importants que leurs défenseurs, en dépensant jusqu'à 499 dollars par publicité (un peu plus de 450 euros). De plus, ils cherchaient généralement à atteindre des audiences plus larges, en ciblant particulièrement les parents de jeunes enfants, supposés plus réceptifs. Bien sûr, les campagnes n'étaient pas toujours désintéressées et pouvaient renvoyer vers des « remèdes naturels », des livres ou des séminaires payants.


Des campagnes pro-vaccination pénalisées

Mais ce qui est d'autant plus notable, c'est l'origine de ces annonces. En l'occurrence, 54 % des publications antivax sponsorisées sur la durée d'étude ont été achetées par deux organisations. Il s'agit du World Mercury Project, ou Children's Health Defense, fondé par Robert F. Kennedy Jr., et de Stop Mandatory Vaccinations, de l'activiste Larry Cook.

Le premier individu cité n'est autre que le neveu de l'ancien président américain John Fitzgerald Kennedy. Défenseur de l'environnement, il s'est également fait remarquer pour ses positions anti-vaccins, critiquées au sein même de sa famille. Quant à Larry Cook, il a eu recours au crowdfunding pour financer sa croisade contre la vaccination, avant de se voir banni de la plateforme GoFundMe et interdit de monétisation par YouTube.

Facebook a réagi à cette publication en indiquant lutter contre la désinformation, par exemple en supprimant les fake news concernant les vaccins. Malheureusement, les mesures prises par le réseau social peuvent se retourner contre des publicités légitimes. Ainsi, des annonces en faveur de la vaccination ont été suspendues, car considérées comme « politiquement sensibles », tandis que des campagnes antivax sont sereinement passées entre les mailles du filet.

Source : The Guardian
Modifié le 19/11/2019 à 06h21
18
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
scroll top