La majorité des publicités anti-vaccins sur Facebook issue de seulement deux organisations

Bastien Contreras Contributeur
15 novembre 2019 à 15h54
0
vaccin.png

Une étude américaine s'est intéressée aux annonces sponsorisées diffusant sur Facebook de fausses informations sur la vaccination. Bilan : 54 % de ces publicités, publiées entre décembre 2018 et février 2019, ont été achetées par deux activistes luttant contre l'obligation de se faire vacciner.

Des chercheurs des universités américaines George-Washington, Johns-Hopkins et du Maryland ont exploité les archives publicitaires de Facebook, dans le cadre d'une étude publiée dans la revue médicale Vaccine. Ils ont analysé plus de 500 annonces, diffusées entre décembre 2018 et février 2019, grâce aux données désormais fournies par le réseau social, à des fins de transparence.

Fake news sponsorisées

Dans le panel examiné, les scientifiques ont trouvé 163 publicités véhiculant des messages en faveur de la vaccination obligatoire et 145 qui, au contraire, s'y opposaient. Parmi ces annonces anti-vaccins, ou « antivax » pour les intimes, figuraient des titres alarmants comme : « Un nourrisson de 14 semaines en bonne santé reçoit huit vaccins et meurt dans les 48 heures ».

Les opposants aux vaccins étaient souvent enclins à engager des moyens plus importants que leurs défenseurs, en dépensant jusqu'à 499 dollars par publicité (un peu plus de 450 euros). De plus, ils cherchaient généralement à atteindre des audiences plus larges, en ciblant particulièrement les parents de jeunes enfants, supposés plus réceptifs. Bien sûr, les campagnes n'étaient pas toujours désintéressées et pouvaient renvoyer vers des « remèdes naturels », des livres ou des séminaires payants.


Des campagnes pro-vaccination pénalisées

Mais ce qui est d'autant plus notable, c'est l'origine de ces annonces. En l'occurrence, 54 % des publications antivax sponsorisées sur la durée d'étude ont été achetées par deux organisations. Il s'agit du World Mercury Project, ou Children's Health Defense, fondé par Robert F. Kennedy Jr., et de Stop Mandatory Vaccinations, de l'activiste Larry Cook.

Le premier individu cité n'est autre que le neveu de l'ancien président américain John Fitzgerald Kennedy. Défenseur de l'environnement, il s'est également fait remarquer pour ses positions anti-vaccins, critiquées au sein même de sa famille. Quant à Larry Cook, il a eu recours au crowdfunding pour financer sa croisade contre la vaccination, avant de se voir banni de la plateforme GoFundMe et interdit de monétisation par YouTube.

Facebook a réagi à cette publication en indiquant lutter contre la désinformation, par exemple en supprimant les fake news concernant les vaccins. Malheureusement, les mesures prises par le réseau social peuvent se retourner contre des publicités légitimes. Ainsi, des annonces en faveur de la vaccination ont été suspendues, car considérées comme « politiquement sensibles », tandis que des campagnes antivax sont sereinement passées entre les mailles du filet.

Source : The Guardian
Modifié le 19/11/2019 à 06h21
18 réponses
10 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top