L'Irlande demande à Facebook de changer sa politique sur la vie privée

07 février 2012 à 17h21
0
En Irlande, l'autorité chargée de la protection des informations personnelles (DPC) a donné jusqu'à la fin mars au réseau social pour modifier certaines conditions d'utilisation. En attendant, Facebook a reçu l'étudiant autrichien Max Schrems qui avait accusé le site de créer sans aucun consentement des « profils fantômes ». Ce dernier s'est déclaré satisfait des modifications à venir.

00FA000004931530-photo-04621730-photo-facebook.jpg
En octobre dernier, Max Schrems, un internaute autrichien avait reproché à Facebook de créer sans aucun consentement des « profils fantômes » (shadow profiles) de personnes non-inscrites sur le site. Il expliquait que ces informations étaient recueillies via des synchronisations de carnets d'adresses, de smartphones ou grâce à l'importation de comptes de messagerie instantanée.

Schrems avait ensuite porté l'affaire devant l'équivalent de la Cnil d'Irlande (pays où se trouve le QG européen de Facebook). Selon l'AFP, deux représentants du réseau social ont rencontré cet étudiant afin de lui expliquer que certaines modifications allaient être prochainement mises en place.

Peu d'informations ont été données sur la nature de ces changements mais Facebook aurait certifié qu'à l'avenir les contenus seront réellement supprimés si un utilisateur le désire et ne seront donc plus présents dans aucune base de données du réseau social.

Pourtant, récemment une enquête menée par le site ArsTechnica a révélé que certaines photos supprimées par les utilisateurs sur Facebook restaient tout de même accessibles trois ans plus tard, par l'intermédiaire de liens directs. Dans son explication, le réseau social a indiqué avoir modifié son système de stockage et que ces éventuelles copies de sauvegarde encore stockées devraient disparaître d'ici quelques dizaines de jours.

En attendant cette modification, l'étudiant autrichien Max Schrems s'est dit satisfait de ces mesures. Il précise : « si les modifications ne sont pas les conditions conformes au droit européen, nous demanderons à la DPC de prendre une décision formelle ». De son côté, l'autorité irlandaise a donné jusqu'à la fin du mois de mars pour que le réseau modifie ses conditions d'utilisation. Rendez-vous est donc pris.

Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de rempli...

Lire d'autres articles

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page