Données personnelles : Facebook accusé de créer des « profils fantômes » de personnes non-inscrites

25 octobre 2011 à 15h38
0
Après avoir demandé à Facebook de lui communiquer l'ensemble des informations qu'il détenait sur sa personne, un étudiant autrichien a eu la surprise de recevoir un CD contenant un document de 1 200 pages. Au regard des données transmises, Max Schrems accuse le réseau social d'avoir créé des « profils fantômes » de personnes non-inscrites sur le site et d'être en possession d'informations sur ces individus.

00FA000004621730-photo-facebook.jpg
Un internaute autrichien vient de soulever de nouvelles interrogations au sujet des pratiques du site Facebook. Max Schrems reproche à Facebook de créer sans aucun consentement des « profils fantômes » (shadow profiles) de personnes non-inscrites sur le site. Ces informations seraient recueillies via des synchronisations de carnets d'adresses, de smartphones ou grâce à l'importation de comptes de messagerie instantanée.

Dans sa plainte (.pdf), Schrems précise que : « Facebook collecte des noms, numéros de téléphone, adresses ou des informations professionnelles d'utilisateurs mais également de non-utilisateurs. Cela signifie que Facebook Irlande rassemble une masse importante de données concernant une personne sans aucun consentement ni notification. [..] Ces informations peuvent constituer des données sensibles comme une opinion politique, religieuse, philosophique, l'orientation sexuelle et plus encore ». L'étudiant ajoute que certaines suggestions de contacts sont basées sur ces profils fantômes.

Pour rappel, il est possible de demander à Facebook de communiquer l'ensemble des informations dont il dispose. Il suffit pour cela de se rendre sur le formulaire appelé « demande de données personnelles » et de se munir d'une pièce d'identité scannée. Cette requête se base sur la directive européenne (95/46/CE) qui précise que l'éditeur d'un site doit transmettre aux utilisateurs qui en font la demande les informations les concernant.

Suite à ces déclarations et au dépôt de 22 plaintes devant les autorités irlandaises, Ecrans.fr explique que l'Autorité de protection de la vie privée irlandaise (l'équivalent de la Cnil) a ouvert une enquête sur les pratiques du réseau social. Face à ce début de polémique, le service a rappelé que cette procédure de communication des informations était tout à fait légitime. Toutefois, Facebook ne s'est pas prononcé sur l'existence ou non de ces profils fantômes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Fibre optique : Google n'exclut pas le marché européen
Apple : un projet de TV, dirigé par le créateur d'iTunes ?
Etude : les ventes de tablettes dépassent celles des netbooks
Le BlackBerry PlayBook OS 2.0 disponible en version bêta
Amped Wireless : des équipements Wi-Fi longue portée jusqu'à 2,5 km
SugarSync : le concurrent de Dropbox lancé en France
Groupon traîne deux employés de Google en justice
Standards du web : jQuery veut devenir le porte-parole des développeurs
Affaire Gustave Courbet : un internaute français attaque Facebook
Audience : Google+ passe devant Twitter en France
Haut de page