Tim Berners-Lee, inventeur du World Wide Web, veut sauver Internet avec un contrat

Benoît Théry Contributeur
27 novembre 2019 à 10h11
0
Le Britannique Tim Berners-Lee, inventeur du Worl
© AFP/Archives

Plus tôt en novembre, celui que l'on désigne comme le père d'Internet, Tim Berners-Lee, a déclaré que le Web était selon lui cerné par des dangers comme les fausses informations ou la violation des données, arrivant désormais « à un point critique ». Il a alors évoqué son idée de « Contrat pour le Web », censé écarter ces dangers.

Après un an de préparation, l'informaticien britannique a officiellement inauguré cette semaine la campagne de lancement de ce contrat, faisant appel aux entreprises, aux gouvernements et aux citoyens.

Neuf principes pour un Web « meilleur »

Le « Contrat pour le Web » propose neuf principes censés permettre l'émergence d'un « meilleur » Internet, parmi lesquels un accès à Internet pour tous, le respect de la vie privée des personnes ainsi que l'interdiction pour les gouvernements de couper l'accès à Internet aux personnes.

Sur le site de la campagne, le préambule affirme : « Tout le monde a un rôle à jouer dans la protection de l'avenir du Web. Le contrat pour le Web a été créé par les officiels de plus de 80 organisations représentant des gouvernements, des entreprises et la société civile, et définit des engagements guidant les agendas de la politique digitale. Pour atteindre les objectifs du contrat, les gouvernements, les entreprises, la société civile et les particuliers doivent s'engager à poursuivre l'élaboration des politiques, la sensibilisation et la mise en œuvre du texte du contrat ».

Des soutiens de tous horizons

Chaque catégorie d'acteurs doit s'engager à respecter trois principes si elle signe le contrat. Les gouvernements, par exemple, s'engagent à permettre l'accès à Internet pour tous leurs citoyens, et à refuser d'utiliser sa coupure comme moyen de pression. Les citoyens sont notamment appelés à « devenir des créateurs et des collaborateurs du Web », en faisant par exemple la promotion de contenus open-source. Les entreprises, elles, s'engagent notamment à respecter les données personnelles des particuliers et à « développer des technologies soutenant le meilleur de l'humanité ». Elles devront ainsi promouvoir le respect des droits humains tels que décrits dans la charte des Nations Unies relative aux entreprises.

Annoncé pour la première fois au Web Summit de Lisbonne en novembre 2018, la mise au point de ce « Contrat pour le Web » a duré un an. Ce temps a notamment permis aux organismes de chercher des soutiens à l'initiative : ils ont déjà reçu celui des gouvernements français et allemands, ainsi que d'organisations telles que Wikimedia ou la Web Foundation. Le projet a également été approuvé par l'Electronic Frontier Foundation, une ONG de défense des droits sur Internet.

Un seul grand acteur a refusé de signer ce contrat : Amazon. Google et Facebook, eux, en ont accepté les neuf principes, bien qu'ils soient déjà accusés par Amnesty International de « permettre une atteinte aux droits humains à l'échelle d'une population ».

D'après The Guardian, les signataires doivent « travailler sur des solutions aux problèmes les plus complexes ». Faute de quoi, ils pourraient être rayés de la liste des sociétés engagées.

Source : Engadget
Modifié le 27/11/2019 à 10h11
2 réponses
3 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?
BMW profite de la sortie de son SUV pour montrer à Tesla ce qu'est un véhicule blindé

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top