L'UE envisage de créer un fonds de 100 milliards d'euros pour contrer les géants du numérique

Alexandre Boero Contributeur
30 août 2019 à 07h57
0
drapeau union européenne.jpg

La Commission européenne souhaiterait concurrencer les GAFA en créant un super-fonds de plusieurs dizaines de milliards d'euros.

L'Union européenne a conscience d'avoir pris beaucoup de retard en matière de numérique sur ses principaux concurrents chinois et, surtout, américains. Pour tenter de rééquilibrer le rapport de force, l'UE pourrait établir une nouvelle stratégie très coûteuse visant à bâtir le Amazon, le Facebook, le Tencent, le Baidu ou le Google européen. La Commission européenne a élaboré un plan XXL dans lequel elle détaille ses ambitions ainsi que le changement de comportement à adopter pour lutter contre les mastodontes américains.

Les 100 milliards d'euros réinvestis dans des entreprises numériques à fort potentiel


Nos confrères de Politico ont pu se procurer le document dans lequel des responsables de la Commission européenne appellent leur présidente, Ursula von der Leyen, à créer un fonds de 100 milliards d'euros, qui serait alimenté par les budgets des États membres de l'Union. Si le montant ne représente que 3,5% de la capitalisation boursière des GAFA américains, comme l'indique le Journal de l'Économie, il reste extrêmement conséquent.


Dans les faits, cette somme serait investie via le système de prises de participation des États membres dans des entreprises européennes prometteuses et au potentiel certain. Les membres de la Commission et auteurs du document militent également pour que l'UE se montre plus féroce dans sa guerre commerciale avec les États-Unis. Si l'Europe ne veut pas s'éloigner un peu des USA et de la Chine, ils réclament que des droits de douane significatifs soient imposés unilatéralement au pays dirigé par Donald Trump.

L'UE n'oublie pas la Chine, qui accorde de lourdes subventions à ses propres entreprises pour booster leur développement. Dans le document, les responsables de la Commission européenne souhaitent donc que la participation de l'empire du Milieu aux appels d'offres sur le sol européen soit moins aisée qu'aujourd'hui.

L'UE pourra mieux agir une fois le Brexit entériné


Mais pour l'heure, toute tentative de chamboulement technico-politique s'avère compliquée. En attendant le Brexit, le Royaume-Uni reste membre de l'Union européenne, ce qui lui permettra jusqu'à sa sortie définitive de poser son veto à toute proposition. Une fois les Britanniques en dehors de la zone, la France et l'Allemagne, qui emmènent la politique numérique, disposeront d'une marge de manœuvre plus importante.


La Commission européenne souhaite s'inspirer de réussites passées, comme la norme mondiale pour les smartphones, qui avait permis à Nokia de se faire un nom sur toute la planète ; mais aussi de sa Commissaire à la Concurrence, l'intrépide Margrethe Vestager, qui menace d'ailleurs Google d'une nouvelle enquête pour abus de position dominante concernant Google for Jobs, après avoir déjà adressé des milliards d'euros d'amende à la firme américaine.

Source : Politico
65 réponses
37 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
iPhone 11 : tout savoir sur le processeur A13 Bionic qui l'anime
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top