Google for Jobs soupçonné d'abus de position dominante par la Commission européenne

Alexandre Boero Contributeur
29 août 2019 à 06h37
0
google-logo.png
© Pixabay

L'Union européenne se demande si Google ne favorise pas son propre son service d'offres d'emplois au détriment des autres, sur son moteur de recherche.

Il y a deux mois, la France accueillait le service Google for Jobs, déjà proposé aux États-Unis depuis deux ans, puis étendu à d'autres pays comme le Canada, le Royaume-Uni ou l'Allemagne. La fonctionnalité, accessible directement depuis le moteur de recherche, fait office de véritable agrégateur d'offres d'emploi. Seulement, l'Union européenne craint que la firme de Moutain View soit en train de s'adonner à un abus de position dominante (un de plus) en priorisant son propre service.

Vestager vs Google, épisode IV

Mardi, la toujours très active Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, a donné une conférence de presse à Berlin durant laquelle elle a déclaré avoir ouvert, avec ses équipes, une enquête préliminaire afin de déterminer si le géant Google favorisait ses services maison en matière de recherche d'emploi sur son moteur de recherche.


Google for Jobs est un outil très simple d'utilisation. Du moment que vous insérez le terme « emploi » à votre requête, l'agrégateur américain prend place tout en haut de votre page de résultats et recense les annonces de plusieurs plateformes majeures comme Pôle Emploi, Monster, Hellowork ou Cadremploi.

Sauf qu'aujourd'hui, pas moins de vingt-trois plateformes de recherche d'emploi (allemandes ou britanniques par exemple) ont demandé à la Commission européenne de se pencher sur la pratique.

Google emploi
(© Alexandre Boero pour Clubic)

Le lourd passif de Google en matière de concurrence

Au début du mois de juin, lors du lancement du service en France, nous vous faisions part de nos craintes de cannibalisation de ce nouveau pan des recherches sur le moteur de Google, même s'il faut quitter la plateforme pour pouvoir présenter sa candidature sur le site où l'offre est initialement publiée.

En cette période de rentrée, cet intérêt de l'Union européenne pour son service de recherche d'emploi est forcément une mauvaise nouvelle pour Google. La filiale du groupe Alphabet a déjà été condamnée à plusieurs reprises en Europe au motif d'abus de position dominante, avec des amendes record : 2,42 milliards d'euros en 2017 pour son comparateur de prix Google Shopping ; 4,34 milliards d'euros en 2018 pour son OS mobile Android et 1,49 milliard d'euros en mars 2019 pour sa régie publicitaire AdSense.

Source : Challenges
1 réponses
2 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Sans enquête antitrust, Windows Mobile aurait dominé Android... selon Bill Gates
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
La Chine lutte contre l'addiction au jeu en imposant un couvre feu et une limite de temps quotidienne
Pick-up Tesla : cochez la date, le concurrent du Rivian R1S présenté dans deux semaines
Le Samsung Galaxy Fold en rupture de stock en cinq petites minutes en Chine
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Un bouton sur Netflix pour passer les blagues sur Donald Trump pendant un spectacle
Edge basé sur Chromium, aka Chredge, sera bien disponible sur Linux

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top