C'est reparti ! Hubble, réparé, reprend ses observations de l'univers

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
19 juillet 2021 à 10h15
13
Hubble_01 © NASA
Hubble, photographié lors d'une des missions des navettes américaines pour le réparer et le maintenir en ligne. Crédits : NASA

Il aura fallu un peu plus d'un mois aux équipes pour basculer en toute sécurité sur l'unité de secours qui gère les observations scientifiques. Le télescope Hubble a repris ses opérations normales ce week-end, et la NASA espère qu'il sera capable de tenir encore plusieurs années.

Avec 31 ans au compteur, c'est un sacré vétéran !

Avez-vous essayé de l'éteindre et de le rallumer ?

Plusieurs semaines de recherches ont été nécessaires avant d'identifier la panne survenue le 13 juin dernier. Mais après une analyse fine des données, les équipes ont identifié le bloc qui posait problème et empêchait l'ordinateur de gestion des instruments scientifiques sur le télescope Hubble d'enregistrer des données.

Il s'agissait du PCU, ou Power and Control Unit, composant qui se charge d'alimenter l'ordinateur et sa mémoire, qui fait partie d'un bloc plus important nommé « SI-C&DH » (Science Instrument Command and Data Handling). Le 14 juillet, les responsables ont pris la décision de basculer sur l'unité SI-C&DH de secours, dont Hubble est heureusement équipé grâce à une redondance de la plupart de ses composants. Un choix prudent, mais qui a porté ses fruits. Le 16 juillet, le télescope a passé avec succès un bilan de santé complet, qui a ouvert la voie à la reprise des observations, dès le 17 juillet.

Depuis samedi, Hubble fonctionne donc à nouveau à plein régime.

Hubble Galaxies © NASA/ESA
Et dire qu'un jour il faudra se passer de Hubble. Dur... Crédits : NASA/ESA/HST

Un potentiel encore riche

« Hubble est un télescope iconique, qui continue de nous donner les moyens d'observer le cosmos depuis trois décennies », a remarqué l'administrateur de la NASA Bill Nelson, qui a remercié ses équipes pour leur travail. L'agence américaine responsable de Hubble avec l'ESA, espère pousser la durée de vie du télescope pour quelques années encore. Car s'il est vulnérable à ce genre de pannes, tout est pensé pour économiser son potentiel que les contrôleurs de la mission estiment encore élevé. En particulier, des campagnes comparatives pourront être organisées d'ici l'année prochaine entre Hubble et le futur fleuron de l'observation spatiale, le James Webb Space Telescop (JWST)…

C'est reparti pour un tour !

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
8
Kahn-San
c’est génial, ça aurait été une grosse perte si la panne avait été irréparable
Zakalwe
… Musk aurait fait quelque chose.
ebottlaender
Il n’y a rien qu’il pouvait faire.
f-dzt
Envoyer une Tesla ?
Zakalwe
ebottlaender:<br /> Il n’y a rien qu’il pouvait faire.<br /> Si, voir message suivant.
Zakalwe
ebottlaender:<br /> Il n’y a rien qu’il pouvait faire.<br /> Si. Remettre sur pied une navette (je sais je sais… je sais, ne t’inquiète pas.) D’ailleurs, il n’y a pas de plan B si le le JWST échoue. C’est un projet bien plus complexe qu’Hubble et c’est un coup de poker. Il peut parfaitement échouer. On ne peut plus se permettre de ne pas avoir un télescope dans l’espace. Hubble est le seul qui peut être réparable. Si nécessaire, on sera bien obligé d’y retourner.
ebottlaender
Il est impossible de remettre sur pied une navette, et il faudra plusieurs années avant qu’un éventuel Starship soit capable d’approcher Hubble (si et seulement si la NASA et l’ESA sont d’accord).<br /> Donc non, il n’y a rien qu’E. Musk ne puisse faire pour lui.<br /> Et oui, JWST n’est pas conçu pour être réparé. Quand bien même, il n’y a rien pour aller envoyer des réparateurs au point de Lagrange L2.
cid1
Super, qu’il nous tirent des images du style «&nbsp;fond profond&nbsp;» encore longtemps.<br /> Lui et les deux rovers opportunity et son confrère dont j’ai oublié le nom…curiosity peut-être ne font pas dans l’obsolescence programmée.
fakbill
JWST n’est PAS le replaçant du HST : les deux télescopes n’observent pas aux même longueurs d’ondes. JWST c’est de l’infrarouge, pour plein de bonnes raisons scientifiques et techniques. Cependant, il reste de la science à faire dans le visible/UV.<br /> Une fois HST mort, on n’aura plus rien qui observera dans le visible dans l’espace.
fakbill
" Si nécessaire, on sera bien obligé d’y retourner."<br /> Bah non, ça couterait beaucoup beaucoup moins cher de refaire un HST-like et de l’envoyer avec une falcon de la taille qui va bien.<br /> Bien sûr, même si on reste sur une classe 2mètres, ça prendra du temps car pas mal de composants de HST sont obsolètes.Il est donc illusoire de partir sur le même design.
orionb1
je suis quand même admiratif de la durée de vie de cet engin et de la capacité de le «&nbsp;réparer&nbsp;» à distance pour qu’il fonctionne encore des années<br /> par contre, maintenant, on a plus de redondance pour ce composant, là, si je comprends bien ?
Kahn-San
oui là effectivement plus le droit à une panne <br /> mais toutes les années en plus seront du bonus (il avait déjà eu une prolongation du budget de 2016 à 2021)<br /> un peu comme les rovers martiens prévu pour quelques mois ou années et qui sont utilisés jusqu’à la panne
polluxhdc
Oui les équipes sont très investies dans leurs robots. J’ai eu la chance d’assister à une présentation de Steven Squyres où il parlait des missions de Spirit et Opportunity et on sentait que même si Opportunity avait duré plus de 14 ans de plus que sa mission de départ, il était triste de l’avoir perdu.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
L'année 2022, compliquée sur Terre ? Sur Mars aussi...
Thomas Pesquet et l'ISS : les magnifiques photos d'une idylle très spatiale
Starlink : les chats bousculent l'Internet d'Elon Musk
Et si... on envoyait des tardigrades vers des étoiles lointaines grâce à un laser ?
Les start-up du NewSpace s'organisent pour proposer des dépôts de carburant en orbite
La recherche médicale déchiffre peu à peu les problèmes de vision chez les astronautes
Haut de page