Hubble en panne : les équipes au sol testent de nouvelles solutions

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
07 juillet 2021 à 17h15
4
01F4000008007570-photo-hubble-en-2009.jpg
Hubble accuse un peu le poids des années... © NASA

D'ici la fin de la semaine, la NASA et ses partenaires devraient savoir quelle piste prendre pour que le télescope puisse reprendre les opérations, ou s'il faudra continuer de chercher un moyen pour que Hubble puisse enregistrer ses données. Le satellite vieillissant devra malheureusement s'arrêter un jour…

Mais le plus tard possible !

Hubble bundle

Depuis le 13 juin, le télescope Hubble (31 ans) souffre d'un ennuyeux problème au niveau de l'ordinateur qui gère sa charge utile, à savoir les instruments scientifiques de la mission. En effet, le satellite lui-même se porte relativement bien pour son âge, sans trop de problèmes matériels ces derniers mois (un souci mécanique avec le cache rabattable du télescope avait généré quelques frayeurs depuis dissipées), et Hubble communique avec le sol sans problème.

Pour autant, les opérations sont à l'arrêt, ou presque : il est possible de pointer le télescope sur ses lointains objectifs d'observation… Mais l'ordinateur qui commande les différents instruments et enregistre les données avant de les transférer vers le sol est à l'arrêt. Dans un premier temps, les équipes ont tenté un diagnostic, puis essayé de basculer sur l'unité de secours, mais sans succès.

Quoi de neuf docteur ?

Il est donc nécessaire de comprendre le problème. Il s'agit du cœur de la problématique durant la semaine. Le but est d'isoler les composants en faute et d'allumer l'unité « bis » sans générer d'autre erreur. Les efforts se portent sur l'unité qui alimente l'ordinateur (PCU, Power and Control Unit) et sur le CU/SDF (Command Unit/Science Data Formatter), le « cœur » de l'ordinateur qui commande les instruments.

Une unité CU/SDF était elle aussi tombée en panne en 2008… Mais elle avait pu être remplacée en 2009, lors de la toute dernière intervention humaine sur le télescope à l'aide des navettes américaines. Une opération aujourd'hui totalement impossible.

Hubble réparation navette © NASA
Eh oui, c'était un peu plus facile avant. Mais aussi, on ne pensait pas qu'il tiendrait 31 ans... © NASA

Hubble inaccessible…

En effet, la « fin de Hubble », même si elle ne semble pas d'actualité (les équipes semblent confiantes pour remettre le télescope sur pied au cours du mois de juillet), interviendra tôt ou tard dans les années à venir, et au grand dam de très nombreux acteurs publics. Les navettes américaines sont à la retraite. Et même si elles sont encore en bon état, il n'y a plus rien pour les faire décoller, et ce n'est pas d'actualité. D'autre part, les autres capsules habitées des USA, comme Crew Dragon, Starliner et Orion, ne sont pas équipées pour pouvoir rejoindre le télescope, s'y amarrer et le réparer. Il faudrait a minima un bras robotisé comme le Canadarm2 des navettes et un sas pour les sorties en scaphandre.

Il reste toutefois d'éventuels espoirs qui reposent sur Starship, mais il faudrait que ce dernier soit équipé pour arriver jusqu'à l'orbite de Hubble et capturer le télescope. Ensuite, il faudrait soit intervenir dessus avec d'éventuels astronautes, soit le ramener sur Terre. Une chimère, dans l'état actuel du développement. Hubble pourra-t-il attendre si longtemps ?

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Des milliards et des promesses, Jeff Bezos tente de récupérer son contrat lunaire avec la NASA
Galileo : un nouveau projet de recherche de signes de vie extraterrestre voit le jour à Harvard
L'Agence spatiale européenne continue de parier sur le petit lanceur Vega
Festival d'astéroïdes prévu pour la sonde Lucy, bientôt prête pour son décollage
La NASA choisit Falcon Heavy pour envoyer sa sonde Europa Clipper vers l’orbite
Boeing se prépare à un second vol d'essai de sa capsule Starliner en direction de l'ISS
La structure interne de Mars révèle ses secrets grâce à la mission Insight
Tourisme spatial : l'agence américaine de l’aviation modifie les conditions requises pour être qualifié d'astronaute
Le module Nauka arrive en orbite après une odyssée de presque trois décennies
Super Heavy, le plus gros booster de SpaceX, réussit ses premiers essais moteur
Haut de page