Une participation française à Dragonfly, la mission qui partira voler sur Titan

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
16 mars 2022 à 08h25
3
dragonfly sur Titan
Vue d'artiste de la mission Dragonfly sur le sol de la lune Titan. Crédits : NASA

Voilà une raison de plus de suivre la préparation de ce robot multi-rotor qui devrait décoller pour la plus grande lune de Saturne en 2027. Le CNES et la NASA ont signé un accord pour une contribution française à Dragonfly : le chromatographe en phase gazeuse de DraMS, l'un de ses quatre outils scientifiques principaux.

Une marque de confiance, mais aussi un sacré travail à fournir pour les laboratoires français !

Une destinée titanesque

Dragonfly est l'une des plus ambitieuses missions robotisées qui se dessine pour la fin de la décennie 2020. Un robot de 450 kg, à huit rotors, équipé de patins et d'une pile radioactive thermique RTG, qui aura la difficile mission d'aller se poser puis s'envoler à plusieurs reprises pour parcourir le paysage de… Titan.

À pratiquement 1,5 milliard de kilomètres de son point de départ, Dragonfly disposera d'amples fonctions pour étudier son environnement de façon autonome, et quatre suites instrumentales principales. La première est centrée sur sa vision avec la DragonCam, la deuxième est une petite station météo couplée à un sismomètre, DraGMet, la suivante est l'ensemble de spectrométrie de masse DraMS, et le dernier est le spectromètre neutron - rayon gamma, ou DraGNS, qui examinera la composition du sol sous l'engin volant. La France, via un accord tout juste signé entre le CNES et la NASA, participera à cette mission, en particulier sur l'instrument DraMS (et sur DraGMet).

La France, et pas n'importe laquelle…

Le LATMOS (Laboratoire atmosphères, milieux et observations spatiales, CNRS/Université Paris Versailles, Saclay/Sorbonne) s'occupera de la contribution principale, un chromatographe en phase gazeuse, le DraMS-GC. Il permettra, avec le reste de la suite DraMS, de rechercher et d'identifier une gamme de composés organiques et même de potentielles biosignatures dans des échantillons d'atmosphère et de surface.

Une participation qui fait directement référence à l'instrument SAM de Curiosity , actuellement dans sa dixième année de fonctionnement sur la surface de Mars : son chromatographe en phase gazeuse était déjà un apport du LATMOS, et du LESIA (les laboratoires LISA et LGPM participeront aussi à Dragonfly).

Titan Global © NASA/JPL-Caltech
Titan et son épaisse atmosphère, observée avec Saturne en fond… Crédits : NASA/JPL-Caltech

La libellule la plus lointaine de sa génération

Voilà une excellente nouvelle pour les scientifiques français, qui pourront donc participer à l'exploration active de l'une des plus impressionnantes (et à de nombreux égards, l'une des plus mystérieuses) lunes de notre Système solaire.

Titan, sur laquelle l'atterrisseur européen Huygens s'était posé en 2005, reste unique avec sa dense atmosphère chargée de CO2, ses lacs d'hydrocarbures et ses blocs de glace orangée. Voler sur place sera un exercice aussi ambitieux que périlleux. Une aventure et une opportunité unique cependant : il s'agira là de la première mission en 30 ans à partir plus loin que Jupiter (depuis Cassini en 1997), avec un atterrissage prévu sur Titan en 2034.

Source : CP

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
3
fredolabecane
C’est quoi une pile radioactive thermique RTG?
ebottlaender
Officiellement un « Générateur Thermique à radioisotope »<br /> Ce sont des palets de plutonium qui sont chargés dans un tube étanche. Leur chaleur est convertie en électricité qui sert pour le véhicule. Le gros avantage, c’est que c’est stable, prévisible pour des missions de plus de dix ans, et que ça évite d’avoir des panneaux solaires (permet aussi de fonctionner dans toutes conditions y compris la nuit, et de chauffer au besoin le véhicule).
kplan
Une pile qui produit de la chaleur par désintégration nucléaire pour qu’elle soit convertie en électricité.<br /> C’est basique mais efficace.<br /> fr.wikipedia.org<br /> Générateur thermoélectrique à radioisotope<br /> Pages pour les rédacteurs déconnectés en savoir plus<br /> Pour les articles homonymes, voir GTR et RTG.<br /> Un générateur thermoélectrique à radioisotope (en abrégé GTR ; en anglais Radioisotope Thermoelectric Generator, RTG) est un générateur électrique nucléaire de conception simple, produisant de l'électricité à partir de la chaleur résultant de la désintégration radioactive de matériaux riches en un ou plusieurs radioisotopes, généralement du plutonium 238 sous forme de dioxyde de plutonium 238P...<br /> Edit : devancé
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le télescope James Webb va étudier 55 Cancri e, une exoplanète couverte de lave
Des astronautes vers la ceinture d'astéroïdes dès 2073 ?
La capsule Starliner rentre sur Terre cette nuit, et la NASA tient à lui assurer un avenir
La sonde Psyche voit son décollage retardé en septembre à cause d'un problème logiciel
Ça y est, Starlink est officiellement disponible pour un usage semi-nomade
Le télescope James Webb est presque prêt et s'entraîne à suivre des objets
La capsule Starliner de Boeing s'amarre enfin à la station internationale
La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Haut de page