Les solutions pour numériser vos cassettes vidéos

Frédéric Cuvelier
04 octobre 2007 à 15h56
0

Principe de l'opération

Nous voulons donc vous présenter une manière aussi simple que possible de convertir vos cassettes pour en faire des vidéos lisibles sur votre ordinateur, votre lecteur DVD ou tout autre appareil capable de lire de tels fichiers. Pour cela, commençons donc par parler des sources compatibles avec ce type d'opération.

Les sources

00C8000000608552-photo-magn-toscope.jpg
Pour savoir quelles sont les types de vidéos qui sont susceptibles d'être numérisés, il ne faut pas se poser la question en terme de format, mais en terme de matériel. En effet, il suffit que votre vidéo puisse être lue par un appareil possédant des sorties audio et vidéo pour être numérisable. Si cela exclut le Super-8 par exemple, cela signifie que tous les formats tels le VHS et ses dérivés, le Hi-8, le Betamax, le Betacam et ses extensions, le Video8, le Digital8, le VCR ou le V2000, qui peuvent être lus par des dispositifs possédant au moins une prise péritel, sont donc, en principe, des candidats pour la numérisation.

Si quasiment tous les supports peuvent être numérisés, il existe une limitation concernant les standards employés et la compatibilité des périphériques utilisés. En effet, il existe 3 standards de télévision : le PAL, le SECAM et le NTSC. Sans entrer dans les détails, sachez que tous les appareils qui nous permettront de réaliser une numérisation ne sont pas forcément compatibles avec ces 3 normes, et qu'il est donc impératif de vérifier que le signal de votre vidéo pourra être correctement interprété par l'appareil qui le convertira. Par exemple, si vous tentez de lire un film codé en PAL avec un appareil compatible SECAM (ou inversement), votre vidéo apparaitra en noir et blanc. Il existe cependant des transcodeurs qui permettent de transcrire un signal vidéo d'un standard vers un autre. Sachez enfin qu'en France, c'est le standard SECAM_L qui prévaut toujours.

Le convertisseur

0096000000123848-photo-tv-acquisition-vid-o-terratec-grabster-av-400-mobile.jpg
Pour numériser un signal analogique, il est nécessaire de faire appel à un périphérique de capture dont l'électronique renferme un convertisseur analogique-numérique, en l'occurrence une puce, capable de convertir le signal analogique en signal numérique compréhensible par l'ordinateur. Les cartes d'acquisition courantes prennent la forme d'une clé USB, d'une carte PCMCIA, d'un module externe interfacé en USB ou en FireWire ou encore d'une carte interne en PCI, voire même d'une carte tuner.

Les branchements typiques

Pour réaliser l'opération de numérisation, il vous faut tout d'abord relier votre source (qui peut donc être tout appareil possédant des sorties audio et vidéo) au périphérique convertisseur. Pour ce faire rien de très compliqué :
  • pour l'audio, tout dépend de votre périphérique ; si celui-ci possède deux prises (l'une rouge, l'autre blanche), un câble RCA (c'est sa dénomination) vous permettra d'effectuer la liaison. Si votre périphérique ne possède pas d'entrées rouge et blanche, mais plutôt une prise jack (comme celle équipant un baladeur par exemple), il existe des câbles dotés des deux embouts RCA à une extrémité, et d'une fiche jack à l'autre.
  • pour la vidéo, vous pourrez utiliser les sorties composite (connecteur jaune) ou S-Vidéo pour relier votre source au périphérique convertisseur. Sachez qu'il existe de très nombreux adaptateurs au cas où les branchements de vos appareils ne s'accorderaient pas. Notez que l'utilisation de la connectique S-Vidéo est préférable si vous avez le choix, car elle offre des performances meilleures que le câble composite.
0125000000600428-photo-rca-jack.jpg
012C000000600492-photo-c-ble-composite.jpg

Adaptateur RCA-Jack et câble composite seront des bons alliés pour convertir votre vidéo

  • enfin si votre source ne possède pas ce type de sorties (RCA, composite ou S-Vidéo), vous pouvez tout a fait utiliser la sortie péritel de votre appareil, puisqu'il existe des adaptateurs se connectant en péritel à votre appareil et offrant des sorties RCA, composite et S-Vidéo.
0096000000608550-photo-adaptateur-p-ritel.jpg

La capture logicielle

Récapitulons : pour effectuer la numérisation d'une de vos cassettes vidéos, vous avez besoin d'un appareil capable de la lire (un magnétoscope fera parfaitement l'affaire pour les VHS) et d'envoyer le signal à un boîtier d'acquisition pouvant le convertir. Reste la question du stockage, voire du traitement de la vidéo capturée. C'est là que pourra intervenir l'ordinateur, une fois qu'il aura récupéré le flux de données sortant de la carte de capture, via l'interface USB ou le Firewire, ou encore directement par le bus PCI dans le cas d'un périphérique interne. Il vous faudra donc un logiciel pour ces opérations.

Il existe une variété de très bons programmes pour la capture et le traitement de la vidéo. Seul problème : ceux-ci sont bien souvent payants ! Nous avons donc eu le souci de chercher des solutions gratuites et performantes pouvant pallier à un Studio ou à un Magix. Malheureusement, elles ne sont pas pléthores. En effet, il n'existe pas énormément de programmes conçus à cet effet, l'une des raisons pouvant être que les possesseurs de caméscopes (qui sont les principaux intéressés par l'acquisition vidéo) reçoivent toujours avec leur matériel un logiciel dédié.

Cependant, nous pouvons déjà citer Windows Movie Maker fournit avec Windows XP ou Vista, ou iMovie pour Mac, livré avec la suite iLife. De plus, nous avons expérimenté quelques logiciels sous Windows, à savoir ABC VideoRoll, Virtual VCR, CaptureFlux et VirtualDub. Seul le premier ne s'est pas montré digne d'intérêt, ABC VideoRoll n'étant pas du tout ergonomique et nécessitant beaucoup plus que de l'intuition pour le faire fonctionner.

00077628-photo-logiciel-pc-captureflux.jpg
CaptureFlux, l'une des bonnes surprises de cet article

Prérequis pour l'acquisition

Lors de l'utilisation des logiciels, vous allez être confrontés à des options concernant la résolution de la vidéo ou la gamme de couleurs à adopter. Voici quelques clés pour faire le bon choix.

Définition de l'image

Au niveau de la capture en elle-même, vous pourrez choisir la résolution de la vidéo numérisée. Cette grandeur est représentée par la combinaison de deux chiffres : le nombre de colonnes et le nombre de lignes. Par exemple, la résolution d'une VHS est de 352x288, soit 288 lignes et 352 colonnes (ou encore 101376 pixels). Plus ces chiffres sont grands, meilleure sera la qualité de l'image. Mais vouloir passer de cette définition à une plus importante (un upscale ou mise à l'échelle vers une vidéo en 720x576 par exemple) peut engendrer des « dropped frames », c'est-à-dire la perte de certaines images, notamment pour des cassettes dont la bande est quelque peu détériorée. Outre une saccade perceptible dans la vidéo, ce phénomène implique, s'il se reproduit trop souvent, une désynchronisation qui peut être importante entre la bande-son et la vidéo. Par ailleurs, le nombre d'images perdues est indiqué sur certains des logiciels que nous vous présenterons, ce qui apporte une première information sur la qualité de la vidéo créée. Si ce
0096000000609414-photo-couleurs-rgb.jpg
nombre est bas, vous pouvez vous permettre de garder une résolution élevée, sinon, essayez une définition plus basse.

Domaine de couleur

Lorsque vous aurez à choisir les divers paramètres qui vous permettront de capturer une vidéo, vous devrez définir le domaine de couleur de votre source, c'est-à-dire préciser quelles seront les nuances accessibles, quelles seront celles qui ne le seront pas. Le RGB (Red-Green-Blue) vous sera proposé avec des précisions différentes (16 ou 24 bits), et vous pourrez également opter pour le code couleur YUV (2 ou 9). Ce modèle est celui dont l'espace colorimétrique est le plus proche de celui d'une source SECAM, celle que vous rencontrerez donc le plus souvent.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

10 jeux bacs à sable et simulateurs de promenades pour explorer l'univers malgré le confinement
Le TOP des promos high-tech à saisir ce samedi soir en attendant le Black Friday
Test vélo électrique VanMoof S3 : une jolie réussite
Le smartphone POCO M3 est (déjà) en promo chez Amazon !
Test Creative Outlier Air V2 : des écouteurs toujours aussi bien pensés, à l’autonomie monstrueuse
La célèbre enceinte Ultimate Ears Megaboom à moins 46% ce week-end
Qu'est-ce qu'un spyware et comment s'en protéger avec un antivirus ?
100€ de remise immédiate sur le Marshall Monitor II ANC chez Amazon
Une TV QLED TLC de 65 pouces à un prix imbattable pour le Black Friday (100 € ODR)
Idée cadeau Noël : la célèbre Fabrique à histoires Lunii est de retour en promo
Haut de page