Vietcong

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
24 avril 2003 à 15h35
0
00D2000000057720-photo-vietcong.jpg
Les temps changent. Alors que la Seconde Guerre Mondiale avait jusque là toutes les faveurs des éditeurs, il semblerait que la tendance printemps / été 2003 soit plutôt à la Guerre du Vietnam. Plusieurs projets ont été annoncés et l'un d'entre eux est déjà disponible, mais comme son nom, Vietcong, ne le laisse pas supposer, c'est avec un uniforme de l'armée américaine que vous visiterez la luxuriante jungle vietnamienne.

Vietcong se déroule peut-être au Vietnam. Il a beau être édité par une compagnie américaine. Il n'en demeure pas moins un pur produit... Tchèque ! Aussi surprenant qu'elle puisse être, cette provenance n'est pas forcément mal venue, bien au contraire, et les petits gars à la tête du projet Vietcong ne sont pas des débutants. En effet, Illusion Softworks était déjà à l'origine de l'excellent Mafia qui s'était rendu célèbre par l'ambiance qu'il parvenait à distiller.


On cherchait un gars qui s'appelait Charlie...

Platoon, Apocalypse Now ou Deer Hunter semblent être les références des auteurs de Vietcong. Des références beaucoup plus sérieuses que Forest Gump ou Good Morning Vietnam et qui de ce fait donnent le ton général que l'on peut attendre du jeu. Cette reconstitution vidéo-ludique de la Guerre du Vietnam, l'une des premières, tente de plonger son public dans l'enfer vert à l'aide d'une ambiance et d'une représentation graphique aussi réalistes que possible.

Nous sommes en 1967 et la guerre n'a pas encore atteint son point culminant. Steve R. Hawkins est le nouvel officier chargé des renseignements et accessoirement il sera votre nouveau meilleur ami pour toute la durée de la campagne, voire peut-être un peu plus. A proximité de la frontière cambodgienne, sa nouvelle section occupe le camp de Nui Pek à partir duquel elle devra prendre part à différentes missions qui constitueront les différentes étapes de l'unique campagne simple joueur que l'on peut déjà décrire comme longue et difficile. Composée d'une vingtaine de missions, elle repose en effet sur la notion de réalisme et il faudra rester concentré pour rester en vie : les Vietcongs sont partout et la progression dans la jungle doit se faire très lentement.

00D2000000057721-photo-vietcong-defort-votre-monsieur-transmissions.jpg
00D2000000057722-photo-vietcong-ca-c-est-vous-d-sol.jpg
00D2000000057723-photo-vietcong-hornster-la-brute-de-l-quipe.jpg

De part et d'autres ce sont vos frères d'armes, mais la sale trogne au milieu, c'est vous !

La plupart du temps, notre héros est accompagné de son équipe des forces spéciales : cinq gros bras très entraînés et dotés qu'une fonction particulière dans le groupe. Il y a tout d'abord Defort qui nous permet de garder le contact avec la base, d'appeler des renforts ou bien encore un soutien aérien. Hornster est la brute de service : tout en puissance, il ne pense qu'à jouer de la grenade pour se frayer un chemin. Crocker est le médecin de la troupe et au moindre bobo c'est lui qu'il faut voir pour récupérer des points de vie : ne vous éloignez pas trop de lui car sans son aide c'est sûr les minuscules trousses de premiers soins qu'il faut se rabattre ! Bronson, sapeur de son état, est un bon tireur mais c'est surtout lui qui transporte les munitions de l'escouade. Enfin, Le Duy Nhut est un vietnamien outré par l'attitude du Vietcong. Sa connaissance du terrain et des villageois du coin font de lui l'éclaireur parfait, il guide tout ce petit monde à travers la jungle.


Ambiance réussie

Les premières minutes du jeu sont l'occasion de faire connaissance et vous aurez par exemple droit aux petits commentaires de Hornster lorsque vous ferez quelques essais au stand de tir. Mais bien vite, le Capitaine du camp vous trouve quelques occupations et c'est par une distribution de riz que vous ferez vos premiers pas au Vietnam. Cette première mission, très courte, est surtout là pour que les réfractaires aux didacticiels puissent se faire la main sans trop de dangers : il s'agit simplement de contourner et de débusquer quelques snipers vietcongs.

00D2000000057724-photo-vietcong-un-petit-tour-en-bateau.jpg
Ensuite, le jeu devient plus intéressant et les objectifs plus variés. Il faudra tour à tour récupérer des soldats prisonniers, apporter votre soutien à une escouade en difficulté, faire de la reconnaissance ou éliminer une menace blindée. Certaines missions se feront même en solitaire comme par exemple celle qui vous conduira à explorer le labyrinthe de tunnels creusé par les Vietcongs : une véritable ville souterraine complètement plongée dans le noir mais truffée de soldats ennemis... Stress garanti ! Si la plupart du temps c'est avec vos compagnons que vous verrez du pays, ne croyez pas que c'est plus reposant pour autant. Malgré la puissance de feu de votre escouade, il faudra avancer tout doucement, utiliser le moindre rocher pour se protéger et faire attention aux nombreux pièges mis en place par l'ennemi.

C'est le point fort mais aussi ce qui pourra déplaire dans Vietcong. La campagne est effectivement relativement classique dans son déroulement et rappelle souvent Medal Of Honor, mais il faut bien avouer que le niveau de difficulté est nettement plus élevé et que l'action ne prend pas la même forme. Le jeu est beaucoup plus posé et réfléchi que dans les autres FPS. Les développeurs ont très bien retranscrit cette atmosphère particulière de la guerre en pleine jungle. Du fait de la végétation, on ne voit pas à dix mètres, tout est tranquille et tout d'un coup un véritable déluge de feu s'abat sur la compagnie, il faut alors se planquer derrière le premier arbre venu, localiser l'ennemi et tenter de riposter sans se faire prendre à revers ! Dans certains passages particulièrement encaissés c'est même encore pire : en plus de devoir regarder tout autour de soi, il faut aussi lever le nez au ciel pour ne pas tomber dans une embuscade ! Regardez quelques séquences de Full Metal Jacket pour avoir une idée de ce que c'est car même si la réalisation n'a rien de cinématographique, le stress, l'ambiance sont tout ce qu'il y a de plus présents dans Vietcong !


Un rendu graphique impressionnant !

Ne nous leurrons pas, si l'atmosphère de la jungle vietnamienne est si bien rendue c'est en grande partie grâce à la réalisation du jeu. Il faut dire que les gars de Illusion Softworks et leurs collègues de Pterodon ont réussi une bien belle prouesse qu'il convient de saluer comme il se doit. C'est la première fois, exception faite d'un niveau de Soldier Of Fortune 2, que la jungle est si bien représentée dans un jeu vidéo. Le niveau de détails aurait parfois pu être un peu plus élevé et certains objets ont la fâcheuse tendance à pixéliser lorsque l'on s'approche d'un peu trop près, mais dans l'ensemble c'est une grande réussite. La végétation est touffue, les paysages sont variés et nous avons tout le temps cette inconfortable impression de ne pas connaître le coin !

00D2000000057726-photo-vietcong-evacuation-des-bless-s.jpg
00D2000000057727-photo-vietcong-attention-aux-pi-ges.jpg
00D2000000057728-photo-vietcong-un-petit-coin-de-paradis.jpg

Variété des armes, des missions et des situations !

L'aspect sonore n'est pas en reste et la mission souterraine est à ce titre un modèle du genre. Il fait complètement noir dans ces tunnels et pour ne pas risquer d'être découvert, il ne faut pas abuser de la lampe torche : Hawkins n'aura donc d'autres choix que de se guider "aux sons" et en particulier aux voix des Vietcongs qui ne manqueront de vous rendre fébrile ! Dans la jungle c'est au moins aussi réussi et aux tirs d'armes à feu, se mêle le bruit de la végétation et même celui de certains animaux. On regrettera simplement que la musique pourtant constituée de morceaux célèbres (Deep Purple, The Stooges...) ne servent que pendant les briefings, les scènes intermédiaires ou les menus : remarquez, au plus fort du combat "Hey Joe" n'est peut-être pas ce qu'il y a de plus indiqué !

Les cartes du jeu sont absolument énormes et malgré cela, les chargements restent relativement rares. Il faut dire que les développeurs ont usé d'un artifice déjà remarqué sur Medal Of Honor et qui risque d'en déranger plus d'un. Afin que les joueurs ne se perdent pas, le chemin à travers la jungle est pour ainsi dire "balisé" : sur les "bords", la végétation devient si épaisse qu'il n'est tout simplement plus possible de passer. Finalement, il ne devient plus possible que d'emprunter les "chemins" prévus par les développeurs et même si en règle général ce n'est pas gênant, certains regretteront ces limitations. De la même manière, on ne peut s'empêcher de relever un défaut relativement fréquent et que nous aimerions bien voir corrigé. Il arrive souvent et en particulier dans les endroits exigus que vos stupides compagnons ne vous bloquent tout simplement le passage... Rageant de devoir recharger une partie et re-nettoyer une zone pour si peu !

00D2000000057725-photo-vietcong-en-plein-briefing.jpg
Ne terminons toutefois pas sur une note négative et la réalisation est dans l'ensemble très efficace même si un cran en-dessous des références du genre. Vietcong reste un très beau jeu et se permet en plus d'être relativement léger. Pour le faire tourner très convenablement, un "simple" processeur à 1.2 GHz, 256 Mo de mémoire et une carte 3D 64 Mo devraient faire l'affaire : il faut dire que le rythme relativement lent des missions laisse moins apparaître les saccades. Cette légèreté devrait permettre à tous d'en profiter et devrait simplifier l'organisation de grandes parties réseaux. Il faut dire que le multijoueurs est une des grandes qualités de Vietcong qui permet des affrontements à 64 en réseau local ou via Internet. Les différentes modes de jeu sont bien sûr présents (coopératif, deathmatch ou capture the flag) mais c'est par la richesse de son décor et par les possibilités qui en découlent (traverser de rivière en rampant, snipe dans les fougères...) que Vietcong se démarque et renouvelle vraiment les parties multijoueurs : un petit tour du côté de la démo devrait d'ailleurs suffire pour vous convaincre !


Conclusion

Vietcong fait immanquablement penser à un Medal Of Honor du Vietnam. Les points communs entre les deux jeux ne manquent pas d'apparaître et c'est avec un certain plaisir que l'on se plonge dans cette campagne solo encore plus longue et à l'ambiance encore plus réussie. Il est par contre regrettable de retrouver également les défauts du jeu d'Electronic Arts comme par exemple une linéarité dans le déroulement des missions parfois pesante et quelques petits bugs techniques qui viennent parfois gêner notre progression.

Malgré ces quelques lacunes, Vietcong reste un excellent titre. L'action n'est certes pas aussi efficace que dans un FPS conventionnel mais Illusion Softworks et Pterodon ont largement trouvé de quoi compenser avec une aventure riche en sensations et en émotions qui tranche avec l'aspect "bourrinage" de nombreux jeux. Le multijoueurs vient d'ailleurs renforcer encore cet aspect avec des parties évidemment moins nerveuses que de coutumes mais avec aussi ce style singulier qui pousse les participants à jouer à cache-cache dans les fougères ou à ramper dans les rivières.

Vietcong ne plaira certainement pas à tous les "Quakers" de France et de Navarre mais il devrait intéresser ceux qui au-delà d'un simple défouloir recherche une aventure plus immersive... Reste maintenant à attendre la réponse du berger à la bergère : 2015, développeur de Medal Of Honor, prépare lui aussi un titre sur la Guerre du Vietnam !


Vietcong

6

Les plus

  • Ambiance bien présente
  • Bande son remarquable
  • Jungle bien rendue
  • Multijoueurs efficace

Les moins

  • Quelques petits bugs
  • Un peu trop "dirigiste"

Note globale8

Réalisation8

Prise en main7

Durée de vie8

Modifié le 20/09/2018 à 15h35
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Quand Jean Castex avoue spontanément ne pas avoir téléchargé StopCovid
Annoncée lors du Battery Day, la Tesla Model S Plaid aura jusqu'à 840 km d'autonomie
RTX 3090 : NVIDIA calme les ardeurs des joueurs avant la sortie cet après-midi
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Beyond Good & Evil 2 : une enquête lève le voile sur un développement chaotique

Charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top