Cyberattaques : la France, 4ème source d'attaques au niveau mondial

Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu
06 mai 2019 à 10h20
7
Cyberattaque

Handicapée par les entreprises, la France progresse dans la hiérarchie mondiale des pays les plus infestés par les cybercriminels.

Le branche sécurité du groupe NTT, NTT Security, qui collecte et analyse en permanence les données (logs, alertes, évènements, attaques, etc.) d'entreprises du monde entier, vient de publier son étude annuelle Global Threat Intelligence Report 2019 (GTIR). Il ressort de celle-ci que la France est loin d'être épargnée par les cyberattaquants, bien au contraire, puisqu'elle est représente la quatrième source d'attaques du globe, et donc l'un des pays d'où partent (si l'on se fie aux adresses IP) le plus d'actes malveillants informatiques.

Les cybercriminels exploitent la qualité des services et connexions internet français

Avec 22 % des attaques, les États-Unis occupent sans mal la première place des pays d'où proviennent le plus de cyberattaques, devant la Chine (13 %), et le Japon (6 %). La France arrive juste derrière, en 4ème position, avec 5 % des attaques produites. Au niveau EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), l'Hexagone est sur le podium, 3e avec 9 % des attaques observées.

Dans le cas de la France, ces attaques s'expliquent par des services et des connexions internet d'une certaine qualité, qui facilitent le travail des hackers, qui peuvent plus aisément exploiter cette infrastructure technique.

La France, première sur le secteur des services aux entreprises

NTT Security note qu'en France, en 2018, « une grande partie de l'activité ciblant les organisations était liée aux attaques d'applications spécifiques, aux activités de reconnaissance et aux attaques d'applications Web » En EMEA, la France est même la première source d'attaques sur le secteur des services aux entreprises.

Les experts du GTIR ont également dégagé les différents types d'attaques observées. Avec 32 % des attaques, on retrouve d'abord les attaques Web, suivies des attaques de reconnaissance active (16 %), des attaques spécifiques à des services (13 %) et celles par force brute (12 %).

Alexandre Boero

Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, éc...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (7)

Biggs
Handicapée par les entreprises ???
philumax
Ben oui quoi : y en a plus.
oximini
@raynox pareil… je n’ai pas tout compris là. La France devrait être, de fait, sur la plus haute marche de ce triste podium.
Trav
Ben non quoi : parmi les quatre les pays cités se trouvent les trois premières économies mondiales et la France qui occupe la septième place mais qui fait les frais de ses infrastructures particulièrement performantes.
sources
C’est la France qui est la source ou les attaquent transitent par elle?
exoje
Bon en même temps OVH occupe la 4ème place dans le classement des hébergeurs mondiaux, est-ce que c’est pris en compte ? Ils ont deux datacenters en France si je ne dit pas de bêtise.
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet