Le nombre de cyberattaques liées à un contexte électoral aurait triplé depuis 2015

le 13 avril 2019
 0
hacker pirate doigts clavier mac

Un rapport canadien met en évidence la hausse du nombre de cyberattaques visant plusieurs pays pendant les périodes électorales. Une accélération qui aurait démarré au moment de l'élection présidentielle américaine de 2016, influencée par des activistes russes.

Le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) du Canada a alerté cette semaine des dangers croissants pesant sur les élections des pays membres de l'OCDE. L'organisme a en effet publié un rapport dénonçant l'augmentation du nombre de cyberattaques dans un tel contexte.

La Russie pointée du doigt


D'après cette étude, la moitié des pays membres de l'OCDE (qui en compte 36) ayant organisé des élections en 2018 ont fait l'objet d'une ingérence étrangère. Selon le rapport, le nombre de cyberattaques visant des élections a ainsi « plus que triplé depuis 2015 ».

Une hausse brutale qui s'expliquerait notamment par une volonté de reproduire les cybermenaces ayant pesé sur l'élection présidentielle américaine de 2016. Celles-ci semblent avoir influencé le résultat du scrutin, mettant ainsi au jour une véritable ingérence étrangère, finalement attribuée à la Russie. D'ailleurs, le rapport mentionne à plusieurs reprises le pays de Vladimir Poutine comme origine des cyberattaques observées.

Influencer le résultat des élections en manipulant les informations


A la différence des menaces qui pouvaient avoir cours par le passé, les électeurs sont dorénavant la cible privilégiée de ces actions malveillantes. Il s'agit principalement de manipuler l'opinion afin d'orienter le choix des citoyens dans les urnes et favoriser, par exemple, les intérêts de pays étrangers.

Par conséquent, les autorités canadiennes s'inquiètent de subir une influence étrangère lors des prochaines élections législatives, prévues en octobre prochain. En mettant notamment en avant le fait que « des médias parrainés par des Etats étrangers ont déprécié des ministres » du pays. Le gouvernement canadien semble donc bien déterminé à inciter ses concitoyens à prendre du recul quant aux critiques pouvant lui porter atteinte.

Source : Notre temps
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
scroll top