Failles Meltdown et Spectre : de quoi s'agit-il ?

08 janvier 2018 à 18h04
0
Depuis le 3 janvier 2018, les spécialistes de la sécurité informatique n'ont que deux mots sur le bout de la langue : Meltdown et Spectre. En quoi consistent ces failles et peut-on s'en protéger ?

Au coeur de Meltdown, l'« l'exécution spéculative »



L'existence de ces failles n'aurait pas dû être dévoilée au grand jour avant le 9 janvier 2018, mais comme cela se passe souvent dans le monde de l'informatique, l'information a réussi à passer entre les mailles du filet, que les grandes entreprises le veuillent ou non. Depuis le 3 janvier 2018, le monde n'arrête pas de parler de deux failles critiques, surnommées respectivement Meltdown et Spectre.

Ces failles, découvertes par trois équipes de chercheurs travaillant indépendamment les unes des autres, sont très significatives dans la mesure où elles concernent non pas des logiciels mais les processeurs eux-mêmes. La première, Meltdown, concerne « l'exécution spéculative », à savoir le procédé durant lequel le processeur calcule proactivement différents scénarios qu'il pourrait être amené à exécuter. À la différence des échanges « normaux » entre les logiciels et le processeur, soumis à une vérification des droits d'accès, les droits d'accès ne sont pas contrôlés lors de « l'exécution spéculative » : il suffit d'écrire un exploit, et l'ensemble des données de ce type transitant entre le processeur et les logiciels peuvent être captées.

Comme souvent dans ces moments, il est possible de trouver plusieurs explications simplifiée de ces failles, comme celle-ci par @shanselman :




01F4000008742806-photo-le-nouveaux-core-i9-intel.jpg


Spectre, une version Big Brother de Meltdown



La vulnérabilité Spectre, quant à elle, n'implique pas l'accès au kernel (le « saint des saints d'un système d'exploitation »), mais permet à toute personne ayant saisi un code spécifique d'accéder à l'ordinateur avec les privilèges Administrateur. En combinant ensuite l'exécution spéculative et la « prédiction de branchements » (une création préalable de consignes, dont chacune peut être déclenchée à la suite d'un choix fait par l'utilisateur), il est donc possible de capter là aussi la quasi-totalité des données sur un ordinateur en utilisation.

Afin de permettre aux fabricants de processeurs et éditeurs de logiciels de concevoir des « patchs », Intel (touché au premier chef), Firefox et Google, entre autres, ont convenu de ne pas diffuser des informations sur ces familles avant le 9 janvier, mais l'une des équipes qui les avaient identifiées les a devancés en expliquant le tout sur son propre site.

Cette faille a été présentée par @cshirky sur Twitter, en utilisant là-aussi une analogie plutôt simple :





Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Audi fait la promotion de son e-tron... aux stations de recharge Tesla
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Le jeu de rôle anti-Brexit
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Pampers se lance dans les
Orange lance son
2 Français sur 3 auront accès à la 5G en 2025, selon le patron de l'Arcep

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top