Avions bondés, peu de contrôle dans les aéroports... le mauvais exemple du secteur aérien

19 avril 2020 à 16h45
27
aeroport-tapis.jpg
© Pixabay

Des voix s'élèvent pour dénoncer le laxisme des autorités s'agissant des aéroports et de la branche commerciale du secteur aérien, qui ne respectent pas les consignes de sécurité sanitaires.

Depuis plusieurs semaines, l'activité commerciale dans les aéroports est quasiment à l'arrêt, et ce dans une partie du monde. Exemple symbolique, le deuxième aéroport français, celui d'Orly, a vu sa partie commerciale fermer à la fin du mois de mars. Si les avions sont dans une grande majorité cloués au sol durant cette crise sanitaire provoquée par le coronavirus, certains volent toujours, en affichant complet, faisant fi des recommandations et mesures sanitaires prodiguées par le gouvernement.


Le souci du remplissage des avions

Si certains témoignages étaient déjà apparus sur les réseaux sociaux, celui relayé par France 2 permet la médiatisation à grande échelle du laxisme de l'aérien, à l'heure où les autorités appellent à la prudence et au respect des gestes et réflexes à adopter pour éviter ou tout du moins diminuer les risques de contamination.

Samedi 18 avril, la journaliste Charlotte Gillard a lancé l'alerte en postant, sur Twitter, une photo prise depuis l'avion Air France dans lequel elle avait embarqué, à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, à destination de Marseille.

Résultat : un vol qui affiche complet, et des passagers collés les uns aux autres, sans siège d'écart, loin de respecter la distance minimale recommandée devant séparer deux individus. Qui plus est, la journaliste a confirmé, plus tard dans le JT de 20 heures, que seuls quelques passagers portaient un masque.



Les compagnies aériennes mauvaises élèves, tout comme les aéroports, trop laxistes

Les compagnies aériennes ne sont pas tenues de respecter les recommandations sanitaires. Pour des raisons économiques évidentes, le nombre de vols a été réduit au strict minimum, et Air France, comme d'autres compagnies dans le monde, essaie de remplir le peu d'avions en circulation, pour que chaque vol soit rentable, même si ce terme ne veut aujourd'hui plus dire grand-chose dans un secteur qui perd des centaines de millions, voire des milliards d'euros chaque jour.

Dans les aéroports, ce n'est guère mieux. Certes, la distance sociale est respectée. Mais plusieurs internautes relaient n'avoir assisté à aucun contrôle sanitaire. Quant aux attestations de déplacement et de voyage, elles ne sont pas non plus contrôlées.

Le secteur aérien n'a donc pour l'instant pas pris exemple sur le ferroviaire, où la SNCF ne met en vente qu'un siège sur deux pour les rares TGV qui circulent encore, et où « seuls les voyageurs munis d'un billet, de leur attestation de déplacement dérogatoire et d'un justificatif de déplacement, pourront monter à bord », indique la compagnie.

Modifié le 20/04/2020 à 08h57
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
27
19
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Coronavirus : la page de résultats de Google est complètement remaniée
Samsung vous encourage à transformer son packaging en cabane pour chat
Aptoide piraté : des mots de passe d'utilisateurs partagés en ligne
Répéteur Netgear WiFi, pour un WiFi parfait pendant le confinement
Traçage numérique : les chercheurs français et allemands annoncent Robert, leur projet de protocole
J.J. Abrams travaille sur une série Justice League Dark pour HBO Max
NEO·Classics | Starfox : la petite révolution de la Super Nintendo !
Coronavirus : le Comic-Con de San Diego est bien annulé
Facebook ajoute deux émojis pour montrer son affection (malgré la distanciation sociale)
Haut de page