British Airways aimerait imprimer des pièces aéronautiques en 3D

15 décembre 2019 à 13h00
0
Avion A320 British Airways

La compagnie aérienne British Airways s'apprête à tester la production de pièces aéronautiques par impression 3D. Ces impressions concerneraient d'abord des éléments accessoires des appareils, comme les tables ou les conteneurs à bagages.

Cela dit, la compagnie a affirmé sa volonté d'étendre la technologie de l'impression 3D à d'autres pièces plus importantes, comme les hublots.

Des pièces 55 % plus légères

L'utilisation de pièces imprimées en 3D présenterait plusieurs avantages aux yeux du constructeur. En cas de casse d'un élément, l'impression 3D doit permettre de le remplacer plus rapidement. Avec ce procédé, les pièces sont susceptibles d'être imprimées à proximité plus ou moins directe des appareils, évitant leur transport. Les pièces imprimées en 3D sont également 55 % plus légères que les pièces traditionnelles selon British Airways.

L'ensemble de ces facteurs doit réduire la quantité de carburant utilisée par l'avion lors de chaque voyage, et donc les émissions de dioxyde de carbone des appareils. L'opérateur a déclaré : « Chaque kilogramme retiré permet d'économiser jusqu'à 25 tonnes d'émissions de CO2 pendant la durée de vie d'un avion ». Une alternative intéressante pour le secteur aéronautique, dont les émissions en CO2 continuent de grimper. Pourtant, le secteur a déjà affiché son ambition de réduire par deux ces émissions d'ici 2050.

D'abord des pièces accessoires

L'avantage est également économique. En plus de réduire la consommation de carburant, l'impression d'une pièce sur site facilitera son remplacement, rendant les appareils plus rapidement opérationnels.

Mais si British Airways veut étendre l'impression 3D à des pièces plus importantes de ses avions, comme les vitres ou les manettes de commandes du cockpit, ses éléments devront tout de même respecter des normes de sécurité, ce qui réduit sensiblement le nombre de producteurs habilitées à les produire. Le site SimpleFlying ajoute à ce propos : « Les fabricants de pièces d'aviation pourraient ne pas accepter que leurs pièces soient disponibles pour une impression à la demande, une alternative qui pourrait entraîner une chute de leurs bénéfices ».

La production d'éléments accessoires doit débuter bientôt, bien que la compagnie n'ait pas communiqué de date précise. L'impression 3D sera ensuite étendue si ces premiers essais sont concluants. À l'instar des bio-carburants, le procédé de l'impression 3D gagne ainsi en crédibilité dans la lutte du secteur aéronautique contre les émissions de dioxyde de carbone.

Source : Simple Flying
4
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Windows 10 : le système de fichiers de Linux bientôt accessible dans l'Explorer
Un vaste trou s'est formé dans la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Les conseils de Hyundai pour maximiser la batterie de son véhicule électrique
scroll top