British Airways aimerait imprimer des pièces aéronautiques en 3D

15 décembre 2019 à 13h00
4
Avion A320 British Airways

La compagnie aérienne British Airways s'apprête à tester la production de pièces aéronautiques par impression 3D. Ces impressions concerneraient d'abord des éléments accessoires des appareils, comme les tables ou les conteneurs à bagages.

Cela dit, la compagnie a affirmé sa volonté d'étendre la technologie de l'impression 3D à d'autres pièces plus importantes, comme les hublots.

Des pièces 55 % plus légères

L'utilisation de pièces imprimées en 3D présenterait plusieurs avantages aux yeux du constructeur. En cas de casse d'un élément, l'impression 3D doit permettre de le remplacer plus rapidement. Avec ce procédé, les pièces sont susceptibles d'être imprimées à proximité plus ou moins directe des appareils, évitant leur transport. Les pièces imprimées en 3D sont également 55 % plus légères que les pièces traditionnelles selon British Airways.

L'ensemble de ces facteurs doit réduire la quantité de carburant utilisée par l'avion lors de chaque voyage, et donc les émissions de dioxyde de carbone des appareils. L'opérateur a déclaré : « Chaque kilogramme retiré permet d'économiser jusqu'à 25 tonnes d'émissions de CO2 pendant la durée de vie d'un avion ». Une alternative intéressante pour le secteur aéronautique, dont les émissions en CO2 continuent de grimper. Pourtant, le secteur a déjà affiché son ambition de réduire par deux ces émissions d'ici 2050.

D'abord des pièces accessoires

L'avantage est également économique. En plus de réduire la consommation de carburant, l'impression d'une pièce sur site facilitera son remplacement, rendant les appareils plus rapidement opérationnels.

Mais si British Airways veut étendre l'impression 3D à des pièces plus importantes de ses avions, comme les vitres ou les manettes de commandes du cockpit, ses éléments devront tout de même respecter des normes de sécurité, ce qui réduit sensiblement le nombre de producteurs habilitées à les produire. Le site SimpleFlying ajoute à ce propos : « Les fabricants de pièces d'aviation pourraient ne pas accepter que leurs pièces soient disponibles pour une impression à la demande, une alternative qui pourrait entraîner une chute de leurs bénéfices ».

La production d'éléments accessoires doit débuter bientôt, bien que la compagnie n'ait pas communiqué de date précise. L'impression 3D sera ensuite étendue si ces premiers essais sont concluants. À l'instar des bio-carburants, le procédé de l'impression 3D gagne ainsi en crédibilité dans la lutte du secteur aéronautique contre les émissions de dioxyde de carbone.

Source : Simple Flying
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
max_971
ça parait intéressant mais j’espère que tout ça sera contrôlé et utilisé par des techniciens très bien formés.<br /> Les pièces à l’intérieur des cabines ne poseront pas de problèmes s’il y a une « grosse bulle » dans la pièce mais les hublots, c’est un peu plus dangereux.
KlingonBrain
Justement, il est probable que l’impression 3d SLS soit moins susceptible de causer un défaut de matière qu’un procédé de fonderie classique.
Nmut
Quelque soit la méthode de fabrication, il y a des risques et il y a bien sur les procédures adaptées pour détecter les défauts! <br /> Chaque type de fabrication à ces qualités et ces defauts, le choix se fait en fonction du besoin.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Game Awards 2022 : et le titre de jeu de l'année est décerné à...
Final Fantasy XVI : un trailer spectaculaire qui donne envie avec une date de sortie
Diablo IV : retour en Enfer confirmé pour cet été
Street Fighter 6 et Tekken 8 font parler les poings et frappent très fort !
De nouvelles exclusivités PlayStation arrivent sur PC
Hideo Kojima passe une tête aux Game Awards pour présenter son nouveau projet
Star Wars Jedi Survivor : la suite de Fallen Order se dévoile enfin
CCleaner se met à jour et s'attaque un peu plus à Windows 11
Forfait mobile : voici sans doute la meilleure offre du moment (100 Go + 1 mois gratuit)
Droit à l'oubli : l'UE vous donne le droit de faire supprimer de fausses informations sur Google
Haut de page