British Airways aimerait imprimer des pièces aéronautiques en 3D

15 décembre 2019 à 13h00
0
Avion A320 British Airways

La compagnie aérienne British Airways s'apprête à tester la production de pièces aéronautiques par impression 3D. Ces impressions concerneraient d'abord des éléments accessoires des appareils, comme les tables ou les conteneurs à bagages.

Cela dit, la compagnie a affirmé sa volonté d'étendre la technologie de l'impression 3D à d'autres pièces plus importantes, comme les hublots.

Des pièces 55 % plus légères

L'utilisation de pièces imprimées en 3D présenterait plusieurs avantages aux yeux du constructeur. En cas de casse d'un élément, l'impression 3D doit permettre de le remplacer plus rapidement. Avec ce procédé, les pièces sont susceptibles d'être imprimées à proximité plus ou moins directe des appareils, évitant leur transport. Les pièces imprimées en 3D sont également 55 % plus légères que les pièces traditionnelles selon British Airways.

L'ensemble de ces facteurs doit réduire la quantité de carburant utilisée par l'avion lors de chaque voyage, et donc les émissions de dioxyde de carbone des appareils. L'opérateur a déclaré : « Chaque kilogramme retiré permet d'économiser jusqu'à 25 tonnes d'émissions de CO2 pendant la durée de vie d'un avion ». Une alternative intéressante pour le secteur aéronautique, dont les émissions en CO2 continuent de grimper. Pourtant, le secteur a déjà affiché son ambition de réduire par deux ces émissions d'ici 2050.

D'abord des pièces accessoires

L'avantage est également économique. En plus de réduire la consommation de carburant, l'impression d'une pièce sur site facilitera son remplacement, rendant les appareils plus rapidement opérationnels.

Mais si British Airways veut étendre l'impression 3D à des pièces plus importantes de ses avions, comme les vitres ou les manettes de commandes du cockpit, ses éléments devront tout de même respecter des normes de sécurité, ce qui réduit sensiblement le nombre de producteurs habilitées à les produire. Le site SimpleFlying ajoute à ce propos : « Les fabricants de pièces d'aviation pourraient ne pas accepter que leurs pièces soient disponibles pour une impression à la demande, une alternative qui pourrait entraîner une chute de leurs bénéfices ».

La production d'éléments accessoires doit débuter bientôt, bien que la compagnie n'ait pas communiqué de date précise. L'impression 3D sera ensuite étendue si ces premiers essais sont concluants. À l'instar des bio-carburants, le procédé de l'impression 3D gagne ainsi en crédibilité dans la lutte du secteur aéronautique contre les émissions de dioxyde de carbone.

Source : Simple Flying
4
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 est mort ? Canonical vous invite à essayer Ubuntu
La vignette Crit'Air devient obligatoire pour les véhicules en vente ou en location
Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans
L'UE dévoile son projet de
La 5G, une aberration écologique… et économique ?
OneWeb produit à présent deux satellites par jour !
Cyberpunk 2077 repoussé au mois de septembre
Une ONG accuse YouTube de favoriser la propagation de fake news sur le changement climatique
Un député LREM veut inscrire une référence aux Lois de la robotique dans la Constitution
Le nouveau navigateur Microsoft Edge basé sur Chromium est dispo au téléchargement

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top